Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS

  • Vous êtes enseignant-chercheur, chercheur, doctorant, ingénieur et technicien, bibliothécaire,
  • Vous êtes ou allez être impliqué dans un projet de numérisation des sources de la recherche,
  • Vous êtes troublé par le domaine des « Humanités numériques »,

L’action nationale de formation « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS » est faite pour vous. Elle est organisée du 9 au 13 octobre 2017 au Centre Paul-Langevin d’Aussois (73) par la MSH Val de Loire, par la formation continue du CNRS et par des acteurs des « Humanités numériques »

Elle vise à vous présenter les nouveaux contextes et cadres de travail de la recherche en sciences humaines et sociales et à vous sensibiliser aux différents enjeux du monde des données numériques.
La recherche en SHS doit maintenant prendre en compte l’arrivée massive de sources numérisées ou nativement numériques. L’hétérogénéité des formats, la multiplicité des normes et standards ou la détérioration accélérée des supports montrent bien que l’ère numérique impose un nouveau cadre de travail à la recherche en sciences humaines et sociales.
La formation vous donnera une formation concrète et pratique introduisant à tous les aspects de la gestion de projets de sources numériques de la recherche en sciences humaines et sociales. Pour vous aider dans l’organisation des projets numériques souvent multidisciplinaires, elle vous permettra de vous situer dans le paysage numérique et de s’orienter, en fonction de vos objectifs. Afin de vous permettre de mieux comprendre toutes les questions relatives à la gestion d’un projet, vous serez mis en situation en s’appuyant sur un cas pratique.

Cette ANF bénéficie du soutien de la commission nationale de formation permanente du CNRS, de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (InSHS) du CNRS, du consortium CAHIER (Corpus d’Auteurs pour les Humanités – Informatisation, Édition, Recherche) et de la collaboration du bureau de la formation permanente de la Délégation Régionale Centre Limousin Poitou-Charentes (DR8).
Pour plus d’informations sur la formation : http://anf.msh-vdl.fr

Les inscriptions à la formation se font sur le site, elles sont ouvertes jusqu’au 15 mai 2017.

Contacts :

Laurence Rageot (Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire) et Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS), coordinateurs de la formation. anf.sourcesnumeriques@univ-tours.fr

ANF-2017_plaquette

Pouvoir des formes, écriture des normes. Brièveté et normativité (Moyen-Âge / Temps Modernes).

Pouvoir des formes, écriture des normes.

Brièveté et normativité (Moyen-Âge / Temps Modernes).

Dijon, Presses universitaires de Dijon, 2017, 218 p., 20 €.

                      

Comment les normes sont-elles produites et transmises dans des formes, en particulier dans des formes dites « brèves »? Quel est le rapport entre une forme réglée et la normativité ? Quelles opérations de classement et de règlement du monde se lisent dans la structure des formes? Pourquoi des énoncés, juridiques, poétiques, politiques, se veulent-ils brefs et en quoi cette qualification intervient-elle dans la production d’une normativité ou, différemment, dans la perception qu’il y a des règles ?

Loin de considérer la brièveté comme un fait en soi ou une mesure objective des choses, les contributions pluridisciplinaires réunies ici en interrogent la valeur d’opacification ou de clarification, de réduction de la pensée mais aussi de mémorisation des règles, de décontextualisation autant que de production d’un certain ordre d’intelligibilité. Ce sont ainsi des actions – inscrites dans des pouvoirs et des institutions, productrices de discours, de modélisations, de formalités – qui constituent le coeur de ces analyses.

 

Introduction, par Laurence Giavarini (université de Bourgogne)

Administrer / juger : l’entrée dans la procédure et l’institution par la brièveté

  1. « L’exemple ou la norme ? De l’art d’administrer par formulaire (XIIIe-XIVe siècle) », par Arnaud Fossier (université de Bourgogne)
  2. « Le fait bref du cardinal. Autour du Stilo legale de GB Luca », par Paolo Napoli (EHESS)
  3. « Des notables aux maximes du droit : le report des décisions de justice et la forme brève autour de la Renaissance », par Géraldine Cazals (université de Rouen)
  4. « Le sens de la brièveté des décisions de justice comme mode d’écriture du droit », par Fanny Malhière (université de Bourgogne)

Un « paysage de normes » : l’équivocité normative des formes brèves

  1. « Aux grands maux les formes brèves. Equivoque des règle et sens de la formule dans le discours juridique (XVe-XVIIe siècle) », par Frédéric Martin (université de Nantes)
  2. « Du liber locorum rerum à la maxime de droit, Le Caron et la forme brève », par Stefan Geonget (université de Tours)
  3. « Les maximes de Machiavel », par Stéphane Bonnet (lycée Victor Hugo)
  4. « L’expression du devoir dans les quatrains de président Favre », par Eric Tourrette (université de Lyon III)

Dénaturaliser la brièveté des formes littéraires

  1. « Une forme morale en trompe l’œil. Grisélidis de Ch. Perrault », par Mathilde Bombart (université de Lyon III)
  2. « Mesure de la mesure : forme du cas et de l’exemple (André Jolles et La Fontaine) », par Laurence Giavarini (université de Bourgogne)
  3. « Ce n’est pas l’auteur qui parle… Un pari éditorial de la SFIO en 1908 », par Vincent Chambarlhac (université de Bourgogne)

Eléments de bibliographie.

Index des notions

Sommaire

Projet de Master Romanité (en partenariat entre les universités de La Rochelle, Limoges et Rabat)

Plaquette_Master_Romanite

In varietate concordia. Telle est la devise de l’Europe. Tel est l’objectif poursuivi par tous ceux qui souhaitent bâtir la République des Lettres. Tel est l’esprit dans lequel le projet de master Romanité, conçu et proposé par le Professeur Jacques Bouineau (université de La Rochelle) incite à s’inscrire (rentrée universitaire 2017).

« L’union dans la différence ».

Le projet de diplôme qui est offert à la communauté universitaire repose sur un pari. Celui de croire que la culture pourra unir les hommes. La tentative n’est pas neuve. Cependant jamais une formation n’avait à ce point tenté de concilier les différences.
L’idée de ce pari découle d’une longue pratique. Depuis plus d’un quart de siècle, le groupe de recherche « Méditerranées » a utilisé le socle culturel méditerranéen comme un instrument de dialogue, et plus encore, même, comme une langue commune. Les deux rives de la Méditerranée portent cet héritage commun, qui constitue par ailleurs un des ciments de l’Europe.
Au XXIe siècle, il convient de faire advenir un homme nouveau, à la fois ancré dans sa culture et cosmopolite. La globalisation a mis en lumière de nombreuses impasses. C’est pour tenter de les contourner que cette formation est proposée à ceux qui rêvent d’un homme universel plutôt que d’un humanoïde.

Le projet « Romanité » présente trois atouts essentiels dans la formation des étudiants en droit.
Il consiste dans la création d’un master (1 et 2) en partenariat, ce qui constitue une totale innovation dans le paysage universitaire français.
Rattaché au champ « droit », mention « Droit des libertés », ce master est décliné tout d’abord autour d’une majeure (histoire du droit) et d’une mineure (sciences économiques). Il est ensuite conçu en partenariat entre trois universités : La Rochelle (établissement porteur), Limoges et Mohammed V (Rabat), dont le dialogue sera assuré par des visioconférences, l’enregistrement de cours, les échanges entre étudiants.
Il vise enfin à repenser les relations université/entreprise, conçu qu’il est à la fois pour permettre à l’université de mieux placer ses diplômés et à l’entreprise d’accueillir des cadres dotés d’une solide formation académique.

Pour de plus amples informations et le programme d’enseignement : http://droit-gestion.univ-larochelle.fr/Master-mention-Histoire-du-droit-et-des-institutions-parcours-Romanite-De-l-Antiquite-au-dialogue-euro-mediterraneen#apropos

2017-2018_dos_candidature-M1_HDI

Appel à communications

Colloque international

Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé.
L’œuvre de Guillaume Budé au prisme du savoir humaniste cinq siècles et demi après sa naissance

Paris, 3-5 mai 2018

Au cours de son existence bien remplie, Guillaume Budé (1468-1540) a conçu, publié, augmenté nombre d’œuvres dont la valeur littéraire et la portée scientifique ont profondément marqué son époque et la postérité, à l’égal de son contemporain Érasme. Or les productions de Budé sont connues de façon inégale, demeurent parfois peu étudiées, non traduites, dépourvues d’éditions modernes, malgré un regain d’intérêt qui s’est déployé tout au long du xxe siècle comme en ce début du xxie. Le colloque « Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé » a pour ambition de revenir, à la lumière des recherches les plus récentes, sur les différentes facettes d’une œuvre polycentrique, allant de l’essai historique novateur qu’est le De Asse et partibus eius à l’épistolographie humaniste en grec et latin, des traductions de textes grecs en latin (de Plutarque à Basile de Césarée) à la lexicographie grecque (Commentarii linguæ Græcæ), de l’exégèse des sources du droit romain (Annotationes in Pandectas) aux recommandations politiques de l’« Institution du prince », en passant par les considérations morales et religieuses confiées tour à tour aux lettres, aux digressions et à deux traités indépendants, De Transitu hellenismi ad christianismum et De Contemptu rerum fortuitarum.

À travers l’analyse de ce corpus multiforme, il s’agit en premier lieu de retracer les différentes sources de Budé, intellectuelles et matérielles, filtrées par sa formation hybride de juriste humaniste au sein des cénacles de l’humanisme parisien, depuis le cercle d’hellénistes alimenté par Georges Hermonyme de Sparte, puis par Janus Lascaris, et le groupe de savants réuni autour de Jacques Lefèvre d’Étaples, jusqu’aux premiers lecteurs du roi et aux imprimeurs humanistes de la génération de Robert Estienne, sans oublier sa riche expérience à la cour. Il importe également de bien comprendre les méthodes de travail d’un atelier si surprenant, ce dont la documentation existante fournit d’intéressants échantillons en termes de cahiers autographes, d’annotations marginales, de réécritures diverses. Le style budéen pourrait aussi faire l’objet de nouvelles investigations : comment définir et caractériser la latinité si singulière du prosateur ? Avons-nous mesuré toutes les implications de son recours — et de son amour — pour la langue grecque ? Y aurait-il une manière philologique propre à l’auteur du De Asse, prompt à mettre en œuvre les savoirs antiques ? On n’oubliera pas que Budé le latiniste prit aussi sa part à l’illustration de la langue française, que ce soit avec l’ « Institution du Prince » ou avec l’ « Epitome » du De Asse.

À la convergence de plusieurs disciplines, nous nous proposons d’identifier les parcours que Guillaume Budé a tracés, cerner les passerelles entre les différents noyaux de son écriture, reconstituer l’unité intellectuelle de son œuvre à une époque où la diffusion du patrimoine écrit de l’Antiquité achevait sa première grande saison et ouvrait l’époque des études philologiques spécialisées.

Les propositions, d’un volume de 2000 caractères au plus, sont à adresser à l’un des organisateurs au plus tard le 3 mai 2017, assorties d’une brève présentation bio-bibliographique.

Organisation :

Christine Bénévent, EnC, Paris (christine.benevent@enc-sorbonne.fr) ;

Romain Menini, Univ. Paris-Est Marne-la-Vallée (romain.menini@hotmail.fr) ;

Luigi-Alberto Sanchi, Cnrs-I.H.D., Paris (luigialberto.sanchi@gmail.com)

Responsables : Christine Bénévent, Romain Menini, Luigi-Alberto Sanchi

La neutralité des juristes

Conférence doctorale de Fatiha Cherfouh (Université Paris V – Descartes) le 27 mars 2017 à 14h à l’Université Toulouse 1 Capitole, CTHDIP.

Les juristes sont-ils neutres ? Peuvent-ils l’être ? Doivent-ils l’être ? La neutralité des juristes est-elle une question méthodologique ou axiologique ? A partir de plusieurs exemples de polémiques ayant opposés des juristes (autour de la première guerre mondiale, de Vichy, de l’arrêt Perruche, …), la présente conférence invite à réfléchir sur la démarche du juriste.

Conférencière :
Fatiha Cherfouh, maître de conférences en histoire du droit à l’Université Paris Descartes. Elle est spécialiste de la pensée juridique et de la doctrine du XIXe siècle.

Quelques indications bibliographiques :

Lochak D. et Troper M., « La neutralité de la dogmatique juridique : mythe ou réalité ? » dans Théorie du droit et scienceAmselek P.  (dir.), Paris, puf, 1994, p. 293-324  (Lochak D., « Une neutralité impossible », p. 293-309 ; M. Troper, « Entre science et dogmatique, la voie étroite de la neutralité », p. 310-324).

Lieu : Université Toulouse 1 Capitole, Faculté de droit et de science politique, Bibliothèque Germain Sicard, AR 206 (14h-16h)

Les ressorts de l’extraordinaire

Les ressorts de l’extraordinaire. Justice et police dans la fabrique de l’exception. Perspectives historiques et contemporaines (sous la direction de J.-C. Gaven)

Colloque les 30 mars et 31 mars 2017, Université Toulouse Capitole, CTHDIP

ProgrammeArgumentaire (J.-C. Gaven) :

« Depuis plusieurs années, les questions relatives aux progrès d’un droit pénal extraordinaire, dérivant vers une possible métamorphose de la justice criminelle, passionnent la doctrine et les praticiens. Sur fond de « lutte » anti-terroriste et, plus largement, de répression d’actes liés à des formes d’expression et/ou de violences politiques, l’équilibre sans cesse réévalué entre sûreté individuelle et collective d’un côté, et libertés personnelles et sociales de l’autre, se trouve à nouveau sous le feu de l’évolution des formes extraordinaires de la criminalité et des sensibilités contemporaines. Droit pénal de l’ennemi, dangerosité, mesures de sûreté, pour ne citer qu’eux, semblent bouleverser les assises les plus anciennes de la justice criminelle – médiévales et canoniques – comme ses principes les plus classiques, reformulés à partir du XVIIIe siècle et tout au long de la période contemporaine. Face à des notions émergentes et envahissantes, face, également, à l’évolution récente de la procédure, la faute, la culpabilité, la présomption d’innocence, le sens et l’exécution des peines, les frontières même du procès sont frontalement ou discrètement remis en cause.

Lire la suite

Anthropologie à la Renaissance. Appel à contributions

L’anthropologie à la Renaissance

APPEL À CONTRIBUTIONS

Journée d’étude, Université de Rouen, 21 novembre 2017

Dossier thématique à paraître dans la revue Clio@Themis, janvier 2019

Argumentaire

À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de penser l’homme non seulement comme sujet mais aussi comme objet de savoir, et qu’aurait été ainsi rendue possible la naissance de l’anthropologie, progressivement définie comme science de l’homme dans ses variations culturelles. Ce ne serait que dans les années 1750 que serait sortie de ses balbutiements et de sa préhistoire cette discipline, avant son institutionnalisation au XIXe siècle, autour des enjeux liés à l’histoire naturelle de l’homme, et le développement d’ambitions tendant à embrasser tous les aspects de la connaissance de l’homme. D’autres travaux cependant questionnent fortement cette analyse, qui retrace logiquement l’archéologie de la définition contemporaine de l’anthropologie et en explicite les présupposés méthodologiques et scientifiques qui s’y veulent attachés. En effet, cette chronologie semble pour le moins rigide, voire quelque peu anachronique pour qui s’intéresse aux périodes plus anciennes, et notamment à la Renaissance. Les travaux de Claude Blanckaert l’ont bien montré, bien qu’encore rare et d’un emploi non réglé, le terme d’anthropologie est attesté en français dès le début du XVIe siècle. Certes, le thème central de l’anthropologie philosophique de la Renaissance, puis de l’âge classique, reste « la connaissance de soi ». Mais, dès la fin du siècle, se dégagent deux orientations des recherches « anthropologiques » : l’une vise, au profit du sujet,  les règles de la sagesse et de bonheur basées sur l’économie de l’affectivité, la police des mœurs et les devoirs de l’homme de qualité, l’autre prend l’homme pour objet d’analyse, dans sa phénoménologie concrète, tant anatomique que psychologique ou politique (C. Blanckaert, 1989 : « L’anthropologie en France, le mot et l’histoire », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris). Ainsi le début du XVIIe siècle correspondrait-il, déjà, à un moment essentiel d’affirmation de la discipline. Bien d’autres travaux par ailleurs démontrent à quel point la Renaissance peut constituer pour l’histoire de la naissance ou du développement de l’anthropologie une période centrale. Plusieurs développements en sont bien connus : les découvertes géographiques qui se multiplient depuis la fin du Moyen Âge obligent les Européens à une rencontre avec l’altérité qui exige une reconsidération de l’humanité. Ainsi, les récits de voyages qui se multiplient donnent un certain nombre de descriptions ethnographiques des peuples rencontrés. Dès le début du XVIe siècle, avec le retour de certains grands explorateurs, les premiers Indiens débarquent en Europe. Les premières collectes d’objets exotiques donnent lieu à l’apparition d’Americana dans les cabinets de curiosités. Par l’intensité des échanges marchands qui y ont cours, Rouen est à cet égard un lieu d’importance. La célèbre fête cannibale organisée pour l’entrée d’Henri II en 1550 l’atteste. Tandis que l’humanisme célèbre la grandeur et la dignité de l’homme, les Indiens sont certes regardés par certains comme des étrangetés, des sauvages voire des bêtes farouches ; ils sont rapidement aussi identifiés comme des membres à part entière d’une humanité qui voit sa dimension et ses caractéristiques reconsidérées. Parfois vus comme les derniers représentants d’un âge d’or ou d’un paradis perdu, ils sont intégrés à la chaîne  de l’humanité comme des primitifs, dans le cadre de conceptions évolutionnistes. Tandis que, grâce aux travaux de Vésale, s’ouvre le moment anatomique de la science de l’homme, l’unité de l’espèce humaine est affirmée. En dépit d’importants travaux, souvent centrés sur des évènements et sur des figures majeures de ces développements, l’importance de ces différents phénomènes dans le développement de l’anthropologie à la Renaissance mérite d’être précisée.

Lire la suite

Dictionnaire historique des académiciens de Lyon

« Fondée en 1700, l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon participe depuis plus de trois siècles à la vie culturelle et scientifique de la cité. Ce Dictionnaire présente les notices biographiques et bibliographiques de 824 académiciens à partir notamment des archives de l’Académie ».

Notre collègue Nicole Dockès-Lallement a particulièrement œuvré notamment à la présentation des juristes tels Prost de Royer, Exupère Caillemer, Paul Rougier, René et Pierre Garraud, Charles Appleton, Louis Josserand, Georges Garaudy, Albert Chavanne ou encore Roger Nerson.

Présentation

Lire la suite

L’humanisme juridique. Séminaire de l’année 2018.

Année 2018

Définir l’humanisme juridique par les sources : quelques textes des XVe-XVIe siècles

L’Institut d’histoire du droit de l’université Panthéon-Assas (Paris II), en collaboration avec l’Institut de recherche Montesquieu/CAHD de l’université de Bordeaux, organise en 2018 des séances de séminaire qui ont lieu au Collège Sainte-Barbe, en salle Collinet (4 rue Valette, 75005 Paris, 3e étage), le vendredi de 14h30 à 16h30.

Programme 2018 – Séminaire Humanisme juridique