Parution de Clio@Themis n° 13 : Du comparatisme au droit comparé, regards historiques

DOSSIER

  • Jean-Baptiste Busaall, Fatiha Cherfouh et Gwenaël Guyon

    Introduction

    1. La comparaison fait intrinsèquement partie de la démarche du juriste, elle en est même un élément ontologique. L’opération de qualification juridique consiste à confronter réalité factuelle et réalité juridique. Le commentaire d’arrêt est également un exercice de mise en rapport entre un texte et son application. La comparaison peut aussi être source de clivage philosophique, entre ceux qui prônent l’analyse du droit tel qu’il est et ceux qui souhaiteraient mettre face à face l’être et le devoir-être, si (…)
  • Sylvain Soleil

    Pourquoi comparait-on les droits au XIXe siècle ?

    Résumé : De nombreux auteurs européens et américains, juristes ou non, comparaient les droits bien avant la formalisation d’une discipline juridique spécifique, au tournant des XIXe et XXe siècles. Cet article examine un corpus d’ouvrages et d’articles du XIXe siècle pour rechercher les mobiles de leurs auteurs et en déduire la diversité/complémentarité des approches. Il peut s’agir de critiquer, promouvoir et réformer ; d’offrir des données, exposer des législations et les classifier ; de donner des (…)
  • Jean-Louis Halpérin

    Associations, réseaux et ambitions nationales des comparatistes de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale

    Résumé : En partant de l’exemple du Congrès de Paris en 1900 et de son image, cet article s’interroge sur les relations entre la dimension internationale des réseaux formés par les comparatistes et l’origine nationale de ces juristes, susceptible d’être la source de préjugés nationalistes. La première partie porte sur les associations nationales de droit comparé fondées à la fin du XIXe siècle : la Société de législation comparée, l’Internationale Vereinigung für vergleichende Rechtswissenschaft und (…)
  • Pierre Allorant et Walter Badier

    La Société de législation comparée : boîte à idées du parlementarisme libéral de l’Empire libéral à la République opportuniste

    Résumé : La Société de législation comparée fondée en 1869 par les avocats Paul Jozon et Alexandre Ribot, sous le patronage d’Edouard Laboulaye, marque le double projet scientifique et politique de contribuer à l’affirmation du courant libéral français et à l’amélioration de la législation en se nourrissant de l’étude des systèmes juridiques, constitutionnels et judiciaires étrangers. « Pépinière de sénateurs inamovibles » selon Jean-Marie Mayeur et Alain Corbin, mais aussi de députés, de ministres, (…)
  • Annamaria Monti

    Le comparatisme dans les facultés de droit italiennes à la veille de la Grande Guerre

    Résumé : Les méthodes comparatives constituaient-elles des outils classiques pour les juristes italiens du XIXe siècle ? Au vu de l’histoire politique du pays, comparer leur semblait en effet tout à fait naturel. Toutefois, ce n’est qu’à la fin du siècle, sur fond de crise de l’État libéral et de son droit, que le comparatisme acquiert des dimensions nouvelles. Alors que les méthodes d’enseignement du droit sont l’objet de débats critiques animés, un comparatisme nouveau se développe alors qui se présente (…)
  • David Gilles

    Quand comparaison juridique n’est pas raison politique.
    Les juristes Britanniques et Canadiens-Français comme analystes des systèmes de common law et de droit civil en amont de l’Acte de Québec (1774)

    Résumé : La conquête du Canada par les Britanniques en 1759-1763 ouvre une période d’intenses mutations et d’une certaine fébrilité sur le plan juridique et institutionnel. En l’espace de quinze ans, plusieurs orientations sont prises, obligeant à une évaluation comparatiste des droits français et anglais pour bâtir le futur juridique de la nouvelle colonie britannique. Jusqu’à l’Acte de Québec, les juristes d’origine britannique et française vont analyser, comparer les mérites de ces deux modèles (…)
  • Hugo Beuvant

    Comparer à l’ombre de la Grande Nation. L’activité juridique des réformateurs des républiques sœurs

    Résumé : 1789, la France entre en Révolution. À la suite de cette onde de choc, les élites européennes sont amenées à réfléchir sur les modèles offerts par la Grande Nation. En effet, les Français, portés par le messianisme révolutionnaire, souhaitent exporter leur modèle. En s’attachant à l’aire géographique des républiques sœurs (batave, cisalpine, helvétique), cet article s’intéresse, à travers plusieurs illustrations, à la façon dont les réformateurs de ces républiques ont comparé les modèles juridiques. (…)
  • Francesco Aimerito

    La comparaison comme méthode d’élaboration des lois au XIXe siècle : le cas de l’Italie (1814-1866)

    Résumé : L’Italie de 1814-1866 peut être considérée comme une aire géographique privilégiée pour la comparaison comme méthode d’élaboration des codes ; probablement, en Europe, l’une des aires les plus concernées par ce phénomène. Y furent promulgués une trentaine de grands recueils de législation qui peuvent être rattachés à la catégorie des codes « modernes » : les codes promulgués dès la Restauration et jusqu’en 1859 par les différents États « préunitaires », puis les premiers codes du Royaume unitaire, datant (…)
  • Guillaume Richard

    De la prudence à la critique : quelques avatars du modèle dans la comparaison des droits publics (fin du XIXe-début XXe siècles)

    Résumé : Loin de se rallier à l’enthousiasme pour la transposition ou l’unification des droits entre États, mise en avant par les promoteurs du Congrès de droit comparé tenu à Paris en 1900, plusieurs juristes publicistes, comme Larnaude, défendent la prudence avec laquelle considérer l’effet pratique de la comparaison des droits : les expériences étrangères ne peuvent être envisagées indépendamment de leur contexte culturel ou politique et forment des contre-modèles plutôt que des modèles à imiter. Cette (…)
  • Dmitry Poldnikov

    Le renouvellement scientifique du droit civil russe au travers de la méthode comparative entre 1861 et 1917

    Résumé : Cette étude présente la transformation scientifique du droit civil russe entre 1861 et 1917 autour de trois points de repère (le rationalisme, le romanisme, le comparatisme) et, tout particulièrement, au travers de la méthode comparative. La base empirique est fournie par les principaux travaux doctrinaux sur le droit civil et son histoire, y compris les cours de droit civil et les publications concernant la méthodologie des recherches juridiques préparées par Dmitri Meier, Constantin (…)

VARIA

  • Maria Natale

    Michel de L’Hospital : un legista al servizio della Monarchia

    Résumé : Cet article se propose d’examiner la politique conduite par Michel de L’Hospital, nommé chancelier de France en 1560. Ayant pour but de restaurer l’unité du corps mystique français déchiré entre protestantisme et catholicisme, Michel de L’Hospital conduit un programme de réforme inspiré par l’humanisme français. Considérant la monarchie comme la synthèse du corps social et l’interprète de son unité, il lutte contre l’autarchie et la corruption du parlement de Paris, porte la création de juges-consuls (…)

 

L’Anthropologie à la Renaissance. Université de Rouen 20-21 novembre 2017

À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de penser l’homme non seulement comme sujet mais aussi comme objet de savoir, et qu’aurait été ainsi rendue possible la naissance de l’anthropologie, progressivement définie comme science de l’homme dans ses variations culturelles. Ce ne serait que dans les années 1750 que serait sortie de ses balbutiements et de sa préhistoire cette discipline, avant son institutionnalisation au XIXe siècle, autour des enjeux liés à l’histoire naturelle de l’homme, et le développement d’ambitions tendant à embrasser tous les aspects de la connaissance de l’homme. D’autres travaux cependant questionnent fortement cette analyse, qui retrace logiquement l’archéologie de la définition contemporaine de l’anthropologie et en explicite les présupposés méthodologiques et scientifiques qui s’y veulent attachés. En effet, cette chronologie semble pour le moins rigide, voire quelque peu anachronique pour qui s’intéresse aux périodes plus anciennes, et notamment à la Renaissance. Les travaux de Claude Blanckaert l’ont bien montré, bien qu’encore rare et d’un emploi non réglé, le terme d’anthropologie est attesté en français dès le début du XVIe siècle. Certes, le thème central de l’anthropologie philosophique de la Renaissance, puis de l’âge classique, reste « la connaissance de soi ». Mais, dès la fin du siècle, se dégagent deux orientations des recherches « anthropologiques » : l’une vise, au profit du sujet, les règles de la sagesse et de bonheur basées sur l’économie de l’affectivité, la police des mœurs et les devoirs de l’homme de qualité, l’autre prend l’homme pour objet d’analyse, dans sa phénoménologie concrète, tant anatomique que psychologique ou politique (C. Blanckaert, 1989 : « L’anthropologie en France, le mot et l’histoire », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris). Ainsi le début du XVIIe siècle correspondrait-il, déjà, à un moment essentiel d’affirmation de la discipline. Bien d’autres travaux par ailleurs démontrent à quel point la Renaissance peut constituer pour l’histoire de la naissance ou du développement de l’anthropologie une période centrale. Plusieurs développements en sont bien connus : les découvertes géographiques qui se multiplient depuis la fin du Moyen Âge obligent les Européens à une rencontre avec l’altérité qui exige une reconsidération de l’humanité. Ainsi, les récits de voyages qui se multiplient donnent un certain nombre de descriptions ethnographiques des peuples rencontrés. Dès le début du XVIe siècle, avec le retour de certains grands explorateurs, les premiers Indiens débarquent en Europe. Les premières collectes d’objets exotiques donnent lieu à l’apparition d’Americana dans les cabinets de curiosités. Par l’intensité des échanges marchands qui y ont cours, Rouen est à cet égard un lieu d’importance. La célèbre fête cannibale organisée pour l’entrée d’Henri II en 1550 l’atteste. Tandis que l’humanisme célèbre la grandeur et la dignité de l’homme, les Indiens sont certes regardés par certains comme des étrangetés, des sauvages voire des bêtes farouches ; ils sont rapidement aussi identifiés comme des membres à part entière d’une humanité qui voit sa dimension et ses caractéristiques reconsidérées. Parfois vus comme les derniers représentants d’un âge d’or ou d’un paradis perdu, ils sont intégrés à la chaîne de l’humanité comme des primitifs, dans le cadre de conceptions évolutionnistes. Tandis que, grâce aux travaux de Vésale, s’ouvre le moment anatomique de la science de l’homme, l’unité de l’espèce humaine est affirmée. En dépit d’importants travaux, souvent centrés sur des évènements et sur des figures majeures de ces développements, l’importance de ces différents phénomènes dans le développement de l’anthropologie à la Renaissance mérite d’être précisée.

C’est à un tel travail qu’invite le présent colloque, dont les actes sont destiné à constituer un dossier pluridisciplinaire qui sera publié dans la revue numérique Clio@Themis (http://www.cliothemis.com).

Voir le programme

Lire la suite

CEDANT – Collegio di Diritto Romano 2018 – Le Code Théodosien

Le Centre d’Etudes et de Recherches sur les Droits Antiques (CEDANT) organise en janvier 2018 à l’Université de Pavie le 14e Collegio di Diritto Romano. Le thème retenu est « Il codice Teodosiano: redazione, trasmissione, ricezione » sous la direction de Detlef Liebs (Universität Feiburg) et de Dario Mantovani (Università di Pavia)

Pour en savoir plus

Comparer les droits dans une recherche historique – les pièges, les méthodes, les ressources.

Journée d’études , formation doctorale, Rennes, le 5 décembre 2017 (PDF)

Le 5 décembre 2017, à l’initiative de son directeur le Professeur Sylvain Soleil, l’axe « Théorie et histoire des systèmes juridiques » de l’Institut de l’Ouest Droit et Europe (IODE), propose, en partenariat avec l’Association des Historiens du Droit de l’Ouest, le Centre d’Histoire du Droit et l’école doctorale de droit et de science politique (Rennes, Nantes, Angers, Le Mans, Brest, Vannes) une formation doctorale ouverte à tous les doctorants en histoire du droit. Cette formation prendra la forme d’une Journée d’étude organisée au sein de la Faculté de droit de Rennes, sur le modèle d’une table ronde, au cours de laquelle les participants témoigneront des aspects de leurs recherches les confrontant à l’existence ou à l’absence d’une méthode de comparaison des droits.

Comparer les droits dans une recherche historique soulève bien des questions. Une recherche historique visant à confronter plusieurs systèmes juridiques peut-elle s’appuyer sur une méthode ou plusieurs méthodes d’analyse comparative ? Un chercheur s’intéressant au travaux accomplis par des « comparatistes » (réformateurs, ou simples observateurs) peut-il distinguer chez-eux l’usage d’une méthode comparative identifiable ou doit-il, pragmatiquement, s’en tenir à l’étude successive des diverses modalités de la comparaison juridique ?

A ces deux questions principales, qui en génèrent bien d’autres, les intervenants apporteront des réponses, qui, selon la période et les thèmes envisagés dans leur recherche, seront susceptibles de différer. Orchestrée par les Professeurs Jacques Bouineau et Sylvain Soleil, cette Journée se donne pour but, par le croisement des interventions et les discussions qui s’en suivront, de stimuler et d’enrichir la réflexion des doctorants en histoire comparée.

Nous serons très heureux de recevoir à l’adresse suivante (assohdo@gmail.com) et au plus tard pour la date du 5 novembre, les candidatures des doctorants intéressés par cette journée de formation. De même, nous les prions d’avance de nous communiquer à la même adresse et sur un document d’une page, un résumé de la thématique qu’ils souhaitent aborder.

Souhaitant que cet événement retienne votre attention et suscite les candidatures, nous vous serions également très reconnaissants de bien vouloir contribuer à sa diffusion.

Avec nos meilleurs sentiments.

 

 

 

 

 

Association des Historiens des Facultés de Droit

Assemblée générale ordinaire de l’Association des Historiens des Facultés de Droit

L’Assemblée se tiendra le 28 octobre 2017 à 11 h (Faculté de Droit de Paris, Salle des conseils).

Le résultat du prix de thèse 2017 de l’AHFD sera proclamé.

ahfd

Un concours ouvert pour le Prix de thèse 2017 distinguera les meilleures thèses de Doctorat en Droit, Sciences politiques ou Sciences économiques, de caractère historique soutenues au cours des années civiles 2015 ou 2016.
Jury :
Brigitte BASDEVANT-GAUDEMET, Président, (Université Paris -Sud-Saclay)
Marta PEGUERA-POCH (Université de Lorraine)
René-Marie RAMPELBERG (Université Paris Descartes)
Martial MATHIEU (Université Grenoble Alpes)

Lire la suite

Les places marchandes (colloque)

Colloque Les places marchandes. Des foires médiévales au e-commerce, Universités de Rennes 1 et de Bretagne Sud, 19 et 20 octobre 2017, Faculté de droit et de Science politique de Rennes 1

Responsable : Romain BAREAU, Maître de conférences à l’Université Bretagne Sud, membre du Centre d’histoire du droit de l’Université de Rennes 1 (IODE),

Co-responsables : Luisa BRUNORI, Chargée de recherche au CNRS-Université de Lille 2 et Edouard RICHARD, Université de Rennes 1

Le commerce a connu ces dernières années de profondes mutations, sous les effets conjugués de la mondialisation, du progrès technique et du développement d’internet. S’offre désormais aux consommateurs du monde entier un marché gigantesque, où sont disponibles toute sorte de produits, pouvant être livrés dans des délais extrêmement courts. Pour répondre à ces nouveaux besoins, de nouvelles places marchandes ont fait leur apparition sous la forme de sites web commerçants qui viennent durement concurrencer les traditionnels magasins, marchés locaux et centres commerciaux.

Lire la suite

Les racines conceptuelles du droit des affaires européen

Conférence doctorale de Luis Brunori, 5 octobre 2017, Université Toulouse Capitole, Faculté de droit et de science politique, Bibliothèque Germain Sicard (AR 206) à 14 h

« Sur la spécialité et l’universalité du droit commercial beaucoup a été dit, donnant lieu à un débat passionnant qui est loin d’être clos .
La vocation transfrontalière de la lex mercatoria, qui pourtant porte dans son ADN les caractères du particularisme juridique , a conduit les juristes d’aujourd’hui à parler d’un ordre juridique « anational » .
Cette qualification par négation a – à notre avis – le défaut de faire abstraction du substrat culturel et de la civilisation juridique dans lesquelles le droit des affaires s’est façonné.
En effet, si ce droit si profondément proprium a donné lieu à une uniformité indéniable à l’échelle européenne, les raisons de ce phénomène ne peuvent pas être trouvées uniquement dans la force irréfrénable du marché.
Au-delà des raisons de praticité, y-a-t il peut-être une fluidité plus profonde au niveau de la culture juridique et de l’anthropologie juridique qui nous permette de dégager des caractères proprement européens de l’évolution du droit des affaires ?

Lire la suite

Conférence du Professeur Fred Stevens

Mercredi 20 septembre (11 h30), à l’occasion de la rentrée du master 2 Histoire du droit de l’Université de Rennes 1, une conférence inaugurale nous sera présentée par  Monsieur Fred Stevens, professeur à la faculté de droit de l’Université catholique de Louvain, que nous avons l’honneur d’accueillir en terre bretonne. Le professeur Stevens nous fera partager sa connaissance de l’histoire du droit belge en traitant précisément de La politique linguistique en matière juridique en Belgique (1795-1935).
Impatient de vous retrouver nombreux à Rennes pour cette conférence de rentrée en salle Marcel Planiol, le bureau de l’A.H.D.O vous prie de recevoir, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos sentiments les plus dévoués,
 
L’Association des Historiens du Droit de l’Ouest.

L’Etat libre islandais, conférence de Mme le doyen Ragnhildur Helgadóttir

Conférence doctorale du CTHDIP, mardi 14 novembre 2017 à 14 h (Université Toulouse Capitole, Salle AR206)

File:Abraham Ortelius-Islandia-ca 1590.jpgDans cette conférence, Ragnhildur Helgadóttir (Dean School of Law, Reykjavik University) va discuter des institutions de l’État libre islandais – Þjóðveldisöld – (environ 930-1264). L’État libre dessine les idées constitutionnelles et politiques des peuples du Nord pendant le Moyen Âge et peut être utile pour la comparaison avec les systèmes plus familiers aux juristes et historiens du droit français. Cet État était caractérisé par une absence de pouvoir exécutif et le pouvoir législatif-judiciaire était conçu comme un seul pouvoir. La fin du l‘État libre et les changements légaux qui ont suivi ont abouti à un État ressemblant bien plus aux autres États Européens de l‘époque seront aussi discutés.

Présentation de la conférencière

Ceux de la Faculté. Des juristes toulousains dans la Grande Guerre

Ceux de la Faculté. Des juristes toulousains dans la Grande Guerre, O. Devaux et F. Garnier, Études d’Histoire du Droit et des Idées Politiques, n° 24/2017, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole (à paraître)

Bon de souscription jusqu’au 1er octobre 2017 (cf. infra)

La Faculté de droit à la veille de la Grande Guerre s’inscrit dans un long héritage. Cette institution confrontée à la guerre est contrainte de s’adapter. La guerre se révèle être moins une rupture qu’une période d’adaptation aux circonstances. Ce conflit s’inscrit dans une temporalité plus longue, des années 1880 aux années 1930, de renouvellement et de défrichement scientifique portée en particulier à Toulouse par son doyen Maurice Hauriou.

En offrant la transcription et l’édition critique des séances du conseil et de l’assemblée de la Faculté de Droit entre le 15 novembre 1913 et le 24 juin 1919, cette publication propose de mettre en lumière le quotidien de cette institution, les prises de position et les actions de ses enseignants dont les allocutions prononcées chaque année par le doyen Maurice Hauriou engagé dans une « guerre du droit ». Ainsi la guerre a eu différentes conséquences sur l’organisation et le fonctionnement de la Faculté de droit. La documentation en relation avec cette période rend compte de la formation de diverses mémoires. La Faculté par ses engagements tant humains que sur le terrain du droit et des valeurs est pleinement investie dans ce conflit.

Cette étude livre aussi, à partir des rapports annuels du doyen de la Faculté de droit au Conseil de l’Université ainsi que du Livre d’or de la Faculté, la situation des étudiants restés à Toulouse ou partis au combat. Ils éclairent alors la fabrique d’une mémoire institutionnelle avec, par exemple, la constitution d’une « liste funeste et glorieuse » des étudiants morts pour la France. Ils mettent également en lumière l’accueil de 167 étudiants américains démobilisés qui suivent des cours à la Faculté de droit entre avril et juin 1919. Ces étudiants ont publié, sans doute plus régulièrement qu’ailleurs, un journal : Qu’est-ce que c’est ? entre le 19 mars 1919 et le 30 juin 1919. Culture juridique, influence politique et relation internationale se trouvent étroitement liées. Cette culture juridique française inventée puis promue est alors l’une de ces pierres d’angle dans la construction de ce qu’on qualifiera plus tard politique d’influence.

Lire la suite

Publication : Laetitia Guerlain, L’école de Le play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science social, tome 34 de la bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, LGDJ, 2017, 564 p.

 

Laetitia Guerlain, L’école de Le play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science social, tome 34 de la bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, LGDJ, 2017, 564 p.

Au XIXème siècle, les relations entre le droit et la sociologie naissante ont revêtu de multiples formes. Certains juristes se sont adonnés à une véritable sociologie qui prenne pour objet le droit ; d’autres ont tenté d’informer la théorie du droit par la théorie sociologique, en important certains concepts. Cet ouvrage ambitionne de contribuer à l’histoire des rapports entre le droit et la science sociale au XIXème siècle, en mettant en lumière une autre déclinaison possible, jusqu’alors peu étudiée, de ces difficiles relations : celle de l’attirance d’une partie des juristes pour la sociologie empirique incarnée, sous la Troisième République, par l’École de Frédéric Le Play. C’est en effet au sein de la science sociale leplaysienne que les juristes de la Troisième République s’investissent le plus. Tandis que certains, guidés par leur catholicisme, envisagent la science sociale leplaysienne comme une arme de combat au service du conservatisme, d’autres s’en saisissent sur le plan méthodologique, afin de tenter de rénover une science du droit jugée trop légicentriste et formaliste. L’École leplaysienne, de son côté, accueille volontiers ces nombreux juristes, tant leur savoir-faire technique se révèle précieux pour rendre possibles les réformes de la société qu’elle appelle de ses voeux. Armée de nouvelles compétences juridiques, l’École leplaysienne entend s’ériger, à l’aide de ses travaux monographiques, en guide du travail législatif, afin de faire de la législation positive une application de la Loi morale. Ce faisant, elle s’affirme bel et bien comme une École de la Loi, bien plus que comme une École de la coutume, comme l’historiographie la dépeint fréquemment.

Prix de thèse de l’École doctorale de droit de l’Université de Bordeaux (2012)
Second prix de thèse de l’Association des historiens des facultés de droit (2013)
Cette publication a reçu le soutien de l’École doctorale de droit de l’Université Montesquieu Bordeaux IV

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Natalino Irti, Le nihilisme juridique, Dalloz, Rivages du droit

Natalino Irti, Le nihilisme juridique, Dalloz, Rivages du droit, 2017.

Une récente publication en histoire et philosophie du droit dans la collection Rivages du droit de N. Irti (professeur à La Sapienza) connu notamment, parmi une importante bibliographie, pour ses ouvrages L’étà della decodificazione (1979) ; La cultura del diritto civile (1990) ; L’ordine giuridico del mercato (2004) ou encore L’uso giuridico della natura (2013).

« Dans ce livre encore inconnu en France malgré sa notoriété en Italie et au-delà, Natalino Irti nous propose une analyse qui peut sembler effrayante : notre droit a perdu son centre et la guerre des valeurs fait rage, l’Etat étant dorénavant submergé par les antagonismes et la techno-économie mondiale. S’impose alors le constat du nihilisme juridique. En juriste, mais également en historien et en théoricien ou philosophe, le professeur italien nous livre ici une réflexion originale et exigeante, lucide et stimulante. Il nous offre une vision à la fois réaliste et passionnée de l’évolution du droit contemporain italien et européen. Loin de conduire au désespoir, il met le droit à nu pour ouvrir l’espace des possibles et redonner aux citoyens la liberté du choix. Ni tragique ni désespéré, le nihilisme juridique de Natalino Irti met en exergue la valeur de la démocratie et souligne le rôle à la fois modeste et essentiel des juristes au sein d’une société postmoderne en crise » (présentation par Nader Hakim).

Lire la suite

Les mutations médiévales. Journée en souvenir du Professeur Christian Lauranson-Rosaz

Les Mutations Médiévales. Journée en souvenir du Professeur Christian Lauranson-Rosaz, Clermont-Ferrand, 6 octobre 2017 (École de droit, Amphithéâtre Chabrol) à partir de 9h30 (entrée libre)

« Durant trois décennies, le professeur Christian Lauranson-Rosaz a contribué à la promotion des études médiévales dans les facultés de droit. Un an après sa disparition, ses élèves de Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Lyon ont souhaité se réunir le vendredi 6 octobre 2017 afin de lui rendre un hommage scientifique consacré aux nombreuses mutations qui rythment l’histoire du droit médiéval.

Cette rencontre sera placée sous le signe de l’érudition qui conduit le chercheur sur les chemins tortueux des hautes époques médiévales. Néanmoins, elle sera empreinte de l’esprit du Maître pour qui l’Université, l’enseignement et la recherche ne pouvaient se concevoir sans camaraderie, bienveillance et plaisir de l’ouverture aux autres et au monde.

La journée accueillera donc à l’École de droit de Clermont-Ferrand, toutes celles et tous ceux, proches et moins proches, collègues, amis et famille qui désirent célébrer la mémoire du professeur Lauranson-Rosaz et son héritage » (R. Oulion et P. Ganivet).

Programme

Lire la suite