Parution du volume 41 des C@hiers du CRHIDI | Gens de robe, gens de guerre : ordre public et ordre social

 

  • Éric Bousmar, Stanislas Horvat, Catherine Lecomte & Emese K. E. von Boné

En mémoire de Philippe Annaert

  • Arnaud Paturet

De quelques aspects juridiques et sociétaux des sépultures des soldats dans l’ancienne Rome

  • Sylvie Le Strat-Lelong

Rétablir l’ordre au comté de Bourgogne. L’action des réformateurs d’Eudes IV en 1337 et 1343-1344

  • Renaud Limelette

Recherche sur le conseiller-commissaire au parlement de Flandre

  • Sébastien Dhalluin

Quand la robe se révolte : la désobéissance des magistrats du parlement de Flandre aux ordres de Louis XIV

  • Benoît Lagasse

Les différents types de fief dans la principauté de Liège suivant Charles de Méan

  • Raphaël Cahen

Joseph-Marie Portalis (1778-1858) et la liberté de la presse vers 1820

  • Frederik Dhondt

La neutralité permanente de la Belgique et l’histoire du droit international : quelques jalons pour la recherche

  • Hélène Duffuler-Vialle

De la caserne aux maisons closes : la réglementation de la prostitution au profit de l’institution militaire (1900-1939)

 

Droit et santé. Identités professionnelles

Droit et santé – Identités professionnelles, conférence doctorale du CTHDIP, 7 décembre 2018, 10 h, Bibliothèque Germain Sicard, Faculté de droit

Que travaille-t-on lorsqu’on s’intéresse à la manière dont les juristes saisissent le fait médical : le droit de la santé, ou le droit et la santé ?

Dans le cadre des Rencontres du CTHDIP,  Céline Pauthier (Université de Strasbourg) interroge les contours de ce champ disciplinaire à travers son expérience d’historienne du droit spécialiste des questions médicales.

Conférence de présentation de l’ouvrage Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559), donnée par Patrick Arabeyre et Xavier Prévost à l’École nationale des chartes le 26 novembre 2018.

La conférence de présentation de l’ouvrage Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559), donnée par Patrick Arabeyre et Xavier Prévost à l’École nationale des chartes le 26 novembre 2018 est disponible en ligne sur la chaîne Youtube de l’École des chartes : Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559)


https://www.youtube.com/watch?v=j3F6u2YAXw4&feature=youtu.be

Rituels et Conduites ordaliques Injustices et Vérités

Ce colloque transdisciplinaire prend appui sur quatre publications antérieures : La Vengeance (1981-1984 et 2004), LeSerment (1991), Les Justices de l’Invisible (2013) et Henry Lévy-Bruhl  Juriste sociologue (2018).

            Histoire et préhistoire, Droit et pré-droit, Philosophie et Anthropologie de la Nature, Ethnologie et Sociologie-, Sciences psychologiques et morales, religieuses et théologiques,Sciences du Langage, de la Vie et de la Santé… sont invités à croiser leurs regards sur le phénomène universel des ordalies, ces épreuves physiques vitales de véridicité ayant valeur de juste preuve.

Cette brève évocation des ordalies élémentaires nous a permis de souligner l’ensemble tripartite divination-serment-ordalie, qui préside à l’instauration de la justice divine dans maintes sociétés actuelles.

Gustave Glotz, en quête des idées primordiales à la source même de l’institution ordalique et ses nombreux rituels (par l’eau, le feu, la terre…), dans la Grèce primitive, s’interrogeait en 1904 sur sa destinée dans la Grèce historique : il soulignait son merveilleux don de métamorphose dans le cadre de la Cité où elle exerça une infinie variété de fonctions : duel judiciaire, tirage au sort des prêtres et des magistrats athéniens…

            C’est l’étude des nouvelles ordalies, dites conduites ordaliques qu’il nous faut à présent étudier…

Raymond Verdier

Université Paris Nanterre

Bâtiment Pierre Grappin (B)

Salle des Conférences, au RdC

Mercredi 5 décembre 2018

9h-13 h

Accueil : 9h-9h15

9h15-10h45 Présidence : Denis SALAS, Président de l’Association française d’Histoire de la Justice

Raymond VERDIER : Note de présentation

Alain PETIT : Les Quatre Eléments dans la philosophie pré-socratique

Gérard COURTOIS : L’ordalie et l’efficacité du religieux

——

11h-13h Présidence : Gérard Courtois, Professeur émérite d’Histoire du Droit

SébastienDALMON : Les expositions d’enfants dans la tragédie grecque : une pratique ordalique ?

Andreas HELMIS : Procédés ordaliques et pratiques du serment dans le monde grec d’époque romane

Bernadette MENU : Le serment par la Vie ; une conduite ordalique dans l’Egypte pharaonique ?

——

14h15-18h30

14h15-16h15 Présidence : Antoine Garapon, S.G. Institut des Hautes Etudes sur la Justice

Christian MAYISSE :L’ordalie du Motendo chez les Masangu du Gabon

Odile JOURNET : L’interrogatoire du mort en pays Joula-Felup (Sénégal)

Papa OGOSECK : Les ordalies dans l’Afrique subsaharienne : fondement et évolution

Alphonse NGOMA : Croix-Koma et les preuves ordaliques chez les Bakongo

——

16h30-18h30 Présidence : Jean-Pierre POLY, Professeur émérite d’Histoire du Droit

Paulette Roulon-Doko : L’ordalie dite du poison en Afrique noire

Blaise BAYILI : Les ordalies hier et aujourd’hui au Burkina-Faso

Maurice SANOU : La justice divine chez les Bobo-Fing du Burkina-Faso

Raymond VERDIER : Le mal sorcier et la vérité du feu en pays Kabyè (Togo)

——

Jeudi 6 décembre 2018

9h-13h

Présidence : Sophie Démare-Lafont, Présidente de la Société d Histoire du Droit

Christophe ARCHAN : Le duel judiciaire en Irlande Médiévale

Gilduin DAVY : L’ilôt de l’honneur dans la société Viking

Philippe HAUGEARD : Le duel judiciaire dans la chanson de geste

——

BrunoLE MESLE : Résistance du duel judiciaire et réactions canoniques dans la chrétienté occidentale (XIIe-XIIIs.)

SoazickKERNEIS : La fabrique de l’ordalie dans l’Antiquité tardive

——

14h15-17 h

14h15-15h30 Présidence : Christiane Besnier, Rédacteur en chef de Droit et Cultures

Marc Valleur, Medecin Psychiatre :Entre Jeu et Suicide, les conduites ordaliques

Michel Debout, Professeur de médecine légale, membre du Conseil Economique et social :

A propos du suicide

——

15h45-17h Présidence : Marc Valleur, ancien médecin chef de l’hopital Marmottan

Fehti Benslama, Professeur de psychopathologie clinique Univ. Paris Diderot :

Un furieux désir de sacrifice, le surmusulman

——

Colloque organisé par

l’association française droit et cultureS,

l’Association française pour l’Histoire de la Justice

et le Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit

L’éducation à la citoyenneté

L’éducation à la citoyenneté, colloque des doctorants de l’Institut d’histoire du droit, 11 décembre 2018, Faculté de Droit et des Sciences sociales, Hôtel Aubaret, Salle Walline, 15 rue Sainte-Opportune, Poitiers

Programme

Matinée

10h15 : Accueil des participants
M. Didier Veillon, Doyen de la Faculté de Droit et des Sciences sociales

 Présidence de M. Damien Salles , Professeur à l’Université de Poitiers

10h25 : Le service militaire en temps de paix : être patriote, devenir citoyen
David Compaoré

10h45 : L’éducation à la citoyenneté dans les manuels citoyens au XIXe siècle
Nicolas Leblanc

Débats

11h15 : L’école coloniale de Paris
Axelle Drouinaud

11h35 : L’éducation à la citoyenneté dans les écoles en AOF et AEF
Kodbaye Moyelle et Améli Denke Koko

Débats

Après-midi

Présidence de M. Adrien Lauba, Maître de conférences à l’Université de Poitiers

14h15 : Le rôle des missions religieuses dans l’éducation à la citoyenneté dans l’Afrique coloniale française : l’exemple de la Côte d’Ivoire
Katienefowa Yeo

14h35 : L’enseignant colonial en AOF aux XIXe et XXe siècles, pédagogue ou colonisateur ?
David Zirignon

Débats

15h10 : La politique éducative dans les mandats français et britannique : les cas de la Palestine et de la Syrie
Yao Kouame

15h30 : Ethique, éducation et citoyenneté au féminin dans le Vietnam contemporain
Sarah Tachard

Débats

Inscription obligatoire avant le 4 décembre 2018 auprès de :

Mme Karine Bouhier
43 place Charles de Gaulle
Bât. e9
TSA 81100 – 86073 Poitiers cedex 09

Modalités et frais d’inscription : Gratuit Le colloque est ouvert à la formation continue des avocats et des magistrats

Romy Sutra, Le Comité de jurisconsultes des congrégations. La mobilisation du droit républicain au service de la cause religieuse (1880-1905)

Madame Romy Sutra soutiendra publiquement sa thèse intitulée

Le Comité de jurisconsultes des congrégations. La mobilisation du droit républicain au service de la cause religieuse (1880-1905), dirigée par Monsieur Philippe NELIDOFF

Soutenance prévue le vendredi 30 novembre 2018 à 14h00
Lieu :   2 Rue du Doyen-Gabriel-Marty 31042 Toulouse Cedex 9, salle des thèses

Jury

M. Philippe NELIDOFF   Université Toulouse 1 Capitole   Directeur de thèse
M. Jean-Christophe GAVEN   Université Toulouse 1 Capitole   Examinateur
M. Frédéric AUDREN   CNRS – École de droit de Sciences Po   Rapporteur
Mme Jeanne-Marie TUFFERY-ANDRIEU   Université de Strasbourg   Rapporteur

 

Mots-clés : congrégations, Comité jurisconsultes, anticléricalisme, militantisme judiciaire, République, résistance

 

Résumé :

En 1864, le Syllabus opposait l’intransigeance romaine aux principes fondateurs de la société moderne. Le concile du Vatican de 1870, en exaltant la figure du pontife, souverain infaillible, seul rédempteur envisageable face à un monde en perdition, cristallise ces oppositions. En France, les catholiques se trouvent dans une position délicate. Si l’avènement de Léon XIII et sa politique de conciliation tendent à apaiser les tensions, du côté du gouvernement républicain désireux de s’inscrire dans la durée, on entend achever l’œuvre de la Révolution en faisant triompher les principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Mais, dans le pays, nombreux sont ceux qui espèrent encore une restauration monarchique, seul rempart contre l’anarchie et l’athéisme grandissants. L’affrontement entre ces deux entités, l’une indissociablement liée à l’ordre ancien, et l’autre aspirant au progrès et à l’émancipation, traduit en réalité l’émergence d’une nouvelle ère : celle de la séparation du politique et du religieux. Perçues comme des obstacles à l’enracinement de la nouvelle République, les congrégations, vestiges d’un autre siècle et fer de lance de la conquête ultramontaine, seront alors désignées comme les « indésirables » de cette fin de siècle. Ces congrégations, « milice multicolore et sans patrie » selon les mots de Gambetta, ont su, tout au long du XIXe siècle, se reconstituer et recouvrer une influence croissante dans les secteurs clés que constituent l’enseignement et l’assistance. Inquiet de cette renaissance, le gouvernement aspire alors à faire taire les ambitions de l’Église catholique et de ses soldats congréganistes. C’est par la force de la loi, du moins le prétend-il, que le gouvernement espère parvenir à son objectif, l’idée étant de procéder pas à pas dans la laïcisation de la société afin d’éviter de froisser l’opinion, encore attachée, dans une majorité et surtout au début du régime, à cette image familière du religieux ou de la religieuse, incarnation de la charité. Dès 1879, le gouvernement va lancer son programme, et s’employer à affaiblir ce pouvoir concurrent par le biais d’une législation anticongréganiste ciblant des points stratégiques. Toutefois, cette idéologie « laïcisatrice », même savamment dissimulée par un voile de légalité, ne rassemble pas que des adeptes. Ainsi, des juristes catholiques vont méthodiquement s’organiser autour d’œuvres chargées d’assurer la défense des droits des catholiques. Les décrets d’expulsion de mars 1880 vont notamment conduire à la création du Comité de jurisconsultes des congrégations, instamment réclamé par les maisons religieuses. Réunissant avocats, magistrats et professeurs de droit, il sera dirigé durant toute son activité par le baron Armand de Mackau, figure emblématique de la droite conservatrice. Le conflit entre les congrégations et la République demeure bien souvent exclusivement examiné sous un prisme politico-religieux. Le fonds d’archives du Comité ouvrait dès lors une porte nouvelle sur les pratiques juridiques des défenseurs des congrégations, révélant ainsi comment une poignée de juristes catholiques s’organisa pour diriger la lutte sur le terrain du droit. À partir de là, s’imposait donc de repenser le problème sous l’angle d’un militantisme original, celui d’un militantisme juridique catholique. Cette étude tendra donc à examiner la manière dont ces juristes catholiques se sont paradoxalement emparés du droit républicain comme arme de revendication, comme outil de défense d’une cause et comme mode de protestation contre la politique anticongréganiste menée de 1880 à 1905.

Parution : Xavier Prévost, Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559), Ecole des Chartes, 2018.

Xavier Prévost, Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559) dans la collection Mémoires et documents de l’École des chartes.Plus d’informations : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100088940

Présentation : L’affermissement du pouvoir monarchique constitue l’un des principaux facteurs de transformation du droit en France à la Renaissance, notamment à travers la promulgation croissante de lettres patentes, qui commencent à être imprimées à l’unité à la fin du XVe siècle. Si l’initiative revient d’abord aux imprimeurs-libraires, les institutions monarchiques s’aperçoivent rapidement des bénéfices d’une telle reproduction et amorcent la régulation de ce marché par l’attribution de privilèges de librairie. La protection ainsi accordée se double du contrôle d’une activité qui touche à une prérogative essentielle du roi : faire loi.Outre ses effets sur le marché du livre juridique, la mise sous presse des lois royales ne reste pas sans incidence sur le processus législatif lui-même, introduisant un certain nombre d’innovations et d’expérimentations. Si le cas des originaux imprimés retient en particulier l’attention, la très grande majorité des pièces imprimées demeure néanmoins constituée de copies privées à destination d’un public de juristes et d’érudits. L’intensification de l’impression des lois à partir du règne de François Ier permet alors le développement d’un mode non institutionnel de diffusion et de conservation grâce à la formation de collections d’actes royaux imprimés, qui constituent encore aujourd’hui une ressource inépuisable pour la connaissance de la législation monarchique.Tout en offrant un panorama des textes législatifs, cette histoire matérielle de la loi à l’aube de l’État moderne dévoile ainsi des aspects méconnus des formes du droit par le recours à l’histoire du livre.

Les réformateurs des républiques sœurs face au modèle juridique français (1795-1806)

M. Hugo Beuvant soutiendra sa thèse de doctorat en droit, le mardi 27 novembre 2018 à 13h30, salle du Conseil de la Faculté de droit et de science politique de Rennes.

Le jury sera composé de :


M. Victor Monnier, Professeur à l’Université de Genève

Mme Karen Fiorentino, Professeur à l’Université de Bourgogne

M. Jacques Bouineau, Professeur à l’Université de La Rochelle

M. Fred Stevens, Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain

M. Francesco Di Donato, Professeur à l’Université Parthénope de Naples

M. Sylvain Soleil, Professeur à l’Université de Rennes 1, directeur de thèse

Prix Montesquieu 2018

Prix Montesquieu 2018 attribué à Monsieur Térence CARVALHO pour sa thèse La physiocratie dans l’Europe des Lumières. Circulation et réception d’un modèle de réforme de l’ordre juridique social, Université de Renne I, soutenue le 21 novembre 2016.

Ce prix de l’AFHIP a été décerné par un jury composé d’Anthony Mergey (Université Paris II), Francesco Di Donato (Université Parthénope Naples) et François Quastana (Université de Lille).

Sept thèses concouraient:

Térence CARVALHO, La physiocratie dans l’Europe des Lumières. Circulation et réception d’un modèle de réforme de l’ordre juridique social, Université de Renne I, 21 novembre 2016, sous la direction d’A. Mergey.

Ludovic DE THY, L’écriture des lois constitutionnelles de 1875. La fondation de l’ordre constitutionnel de la IIIe République, Université de Bourgogne, 20 juin 2017, sous la direction de P. Charlot.

Jérôme HENNING, Le radicalisme d’Edouard Herriot et la crise des institutions (1905-1954), Aix-Marseille Université, 9 décembre 2017, sous la direction de J.-L Mestre et E. Gasparini.

Benoît MONTAY, Doctrine des fonctions de l' »Exécutif », Université Paris II panthéon-Assas, 25 novembre 2017, sous la direction de S. Rials.

Marion NARRAN, La résistance conservatrice à l’individualisme juridique. Conceptions de droit privé et activités législatives entre 1789 et 1830, Université de Montpellier, 12 décembre 2016, sous la direction de J.-L. Coronel de Boissezon.

Hélène ORIZET, Le service public de l’éducation nationale sous la troisième République, Université de Nantes, 7 novembre 2017, sous la direction de G. Dumont et G. Bigot.

Tanguy PASQUIET-BRIAND, La réception de la Constitution anglaise au XIXe siècle. Une étude du droit politique français, Université Paris II, 1er octobre 2015, sous la direction de P. Lauvaux.

Le Prix  Montesquieu sera remis au lauréat en février 2019 lors de la Cérémonie de remise des prix de la faculté de droit et de science politique d’Aix-Marseille.

Informations fournies par Monsieur Michel Ganzin, Président de l’AFHIP

Des facultés sur le front du droit (23 novembre 2018)

Présentation le 23 novembre 2018 de l’exposition virtuelle Des facultés sur le front du droit. Les facultés de Toulouse et de Paris dans la Grande Guerre en présence des commissaires de l’exposition Anne-Sophie Chambost (Université Jean Monnet – Siant-Etienne), Florent Garnier (Université Toulouse Capitole) et Alexandra Gottely (Bibliothèque Cujas).

23 novembre 2018 à 10h30, Bibliothèque Cujas, Salle des périodiques, 2 rue Cujas, Paris.

Affiche

Du lieutenant criminel au juge d’instruction

Du lieutenant criminel au juge d’instruction. Evolutions historiques et défis contenporains, S. Blot-Maccagnan, G. Callemein (sous la direction de), PUR, Collection L’Univers des normes, Rennes, 2018.

Présentation des auteurs (4e de couverture) :  » Le magistrat-instructeur est une figure séculaire de la justice pénale française. Depuis la période moderne, le lieutenant criminel, auquel le juge d’instruction a succédé à la suite de la transition révolutionnaire, est un rouage essentiel du procès criminel. Sa mission – instruire le procès – et les pouvoirs qui lui sont dévolus en font le symbole de la procédure de type inquisitoire. Les qualificatifs reçus, depuis le romanesque « homme le plus puissant de France » au « petit juge », s’ils ne reflètent pas son statut réel, montrent son influence sur l’inconscient collectif et les projections chimériques de la société sur cette profession.

Or, depuis la fin du XXe siècle, on observe un glissement procédural qui se traduit par une remise en cause du statut de ce magistrat. C’est ainsi que le projet de réforme de 2009 préconisait son remplacement au profit d’un juge des libertés et d’un renforcement des fonctions du parquet. Si ce projet n’est plus d’actualité, les problématiques liées au juge d’instruction et à la procédure pénale demeurent. Des spécialistes de la question judiciaire se sont ainsi réunis afin d’apporter une réflexion d’ensemble sur ces questions. Cet ouvrage livre leurs conclusions et propose ainsi de resituer ces enjeux contemporains par une approche pluridisciplinaire ».

Voir la présentation de l’ouvrage (Ici)

Regards croisés sur les traductions du discours juridique: perspectives historiques

vendredi 16 novembre 2018

17h00Conférence animée par :

Les conférenciers :

Hugo Beuvant, doctorant en en droit à l’université Rennes 1 
Thérence Carvalho, maître de conférences en droit à l’université Lyon 3 Jean Moulin 
Mathilde Lemée, docteur en droit à l’université Rennes 1

et les modératrices :

Virginie Buhl, doctorante en traductologie à l’ESIT, professeur agrégée d’anglais à l’université Paris 2 Panthéon-Assas 
Agata de Laforcade, docteur en droit, enseignant-chercheur et responsable du pôle juridique à l’ISIT

Contact : Juliette Ringeisen-Biardeaud

Entrée libre

Centre Assas – Salle 214 
Université Paris 2 Panthéon-Assas 
92 rue d’Assas
75006 Paris


Manon Sereni, Le droit pénal du crédit dans la doctrine juridique, d’une crise à l’autre (1715-1789)

Madame Manon SERENI soutiendra publiquement sa thèse intitulée

Le droit pénal du crédit dans la doctrine juridique, d’une crise à l’autre (1715 – 1789) dirigé par Madame Christine MENGES LE PAPE

Soutenance prévue le samedi 17 novembre 2018 à 9h00
Université Toulouse 1 Capitole 2 rue du Doyen-Gabriel-Marty 31042 Toulouse Cedex 9, salle des thèses

Jury

Mme Christine MENGES LE PAPE Université Toulouse 1 Capitole Directeur de these
Mme Jeanne-Marie TUFFERY-ANDRIEU Université de Strasbourg Rapporteur
M. Louis-Augustin BARRIèRE Université Lyon 3 Rapporteur
M. Thierry GARé Université Toulouse 1 Capitole Examinateur

 

Mots-clés : Finance,Criminel,Droit,Histoire,Crédit,pénal

 

Résumé :

Ces recherches portent sur l’encadrement pénal de la monnaie fiduciaire au XVIIIe siècle, ainsi que sur la recherche d’un équilibre entre le débiteur et son créancier. Les banqueroutes frauduleuses et les malversations des particuliers, comme celles des comptables publics, portent atteinte à la confiance. Or celle-ci est nécessaire à la circulation des effets de papier. À ces crimes anciens, s’en rajoute un autre, qui a l’apparence de la nouveauté : l’agiotage. La spéculation est en plein essor. Quant à l’usure, ses contours restent incertains et des voix libérales demandent la fin de la prohibition du prêt à intérêt. La rareté du numéraire lors des guerres, les besoins pécuniaires d’un État sans cesse endetté, la nécessité de faire se rencontrer les capitaux et l’esprit d’entreprise pour développer l’industrie et le commerce, entraînent la recherche de solutions nouvelles. La problématique du crédit se pose tout au long du siècle des Lumières. La question est ici abordée par le biais de la doctrine juridique et criminelle, en tenant compte du contexte économique et politique dans lequel évoluent les jurisconsultes.

Exposition virtuelle : Des facultés sur le front du droit

Des facultés sur le front du droit : Paris et Toulouse dans la Grande Guerre

La réflexion sur la Première Guerre mondiale a emprunté diverses voies historiographiques. Ce conflit a été perçu depuis cent ans de

manière militaire, diplomatique puis dans sa dimension sociale et culturelle. Il a été donné à voir, notamment par la restitution de nombreux témoignages, le quotidien des acteurs de la guerre, sur le front, dans les tranchées et à l’arrière. C’est à certains des acteurs, étudiants et professeurs de facultés de droit, que cette exposition virtuelle s’intéresse.

Traiter de l’histoire des facultés de droit de Paris et de Toulouse pendant le premier conflit mondial, c’est faire le choix de considérer ces institutions comme imbriquée dans un temps social, économique, intellectuel et politique mais également traiter d’histoires du droit diverses et complémentaires de ce premier quart du XXe siècle. Ce temps doit aussi être éclairé à la lumière des évolutions de la science du droit, notamment des réflexions intellectuelles liées à la guerre, d’une communauté particulière, celle d’enseignants parisiens et toulousains, tant comme un entre-soi que de juristes en réseaux et en relation en Europe.

« Capitale du droit » (Paris) et Faculté de province (Toulouse) prennent position sur le « front du droit ». C’est à saisir et comprendre la Grande Guerre à travers des juristes, leurs actions, leurs discours et leurs idées au sein des deux institutions considérées séparément ou comparativement que cette exposition virtuelle entend apporter quelques lumières nouvelles. Elle n’est pas à proprement dit une histoire des facultés de droit pendant la Première Guerre mondiale. Elle n’est pas non plus une histoire sociale des étudiants et des enseignants. Par le prisme de certaines thématiques fortes, elle souhaite davantage interroger le quotidien d’acteurs qui forment ou qui ont été formés au sein d’une institution, les possibles tensions entre position scientifique et discours patriotique, la mobilisation dans la guerre du droit et l’engagement pour la construction de la paix, l’affirmation d’un discours par le vecteur d’une autorité décanale et l’expression rhétorique de conceptions du droit ou encore de la fabrique d’une mémoire institutionnelle.

Sur ce site, l’internaute y trouve, au centre de la page d’accueil, et dans les onglets du haut, un accès aux différents articles, réunis par thèmes. Sur la droite, une série de galeries : avec toujours un renvoi vers les textes précédemment évoqués, elles présentent les documents, iconographiques ou textuels, qui illustrent, complètent et fondent ces analyses. Un ordre, qui a semblé logique aux créateurs de l’exposition, est proposé. Libre à l’internaute de le suivre ou non.

Commissariat : Anne-Sophie Chambost (Université Jean Monnet), Alexandra Gottely (Bibliothèque interuniversitaire Cujas) et Florent Garnier (Université Toulouse Capitole)

Cette exposition fait partie d’un ensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires (Label Mission Centenaire)

Conférence – Sur le front du droit – 19 novembre 2018

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (E.A 789) organise un cycle de conférences sur les juristes européens et américains dans la Grande Guerre.

Ce cycle de conférences est organisé en collaboration avec le Collège supérieur du Droit et l’École européenne de droit.

Les conférences sont destinées aux étudiants et au grand public. Elles ont pour objectif commun de questionner la place des juristes et du droit au cours de la période 1914-1918 et dans l’après-guerre. Comment le droit est appliqué au cours de cette période ? Comment ces circonstances sont prises en considération par le juge et la doctrine ? En quoi la guerre influe-t-elle sur la formation et le développement de domaine(s) juridique(s) ?

Lundi 19 novembre 2018 (14 h), Université Toulouse Capitole, Salle des conférences, BU de l’Arsenal

Aurélien ANTOINE (Professeur à l’Université de Saint-Etienne), L’influence de la Première guerre mondiale dans l’affirmation de la discipline du droit public au Royaume-Uni (Résumé)

Ces conférences font partie d’un ensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires (Label Mission Centenaire)