Colloque Extraire et comprendre. Contributions de l’intelligence artificielle en droit, santé et histoire. Université de Rouen, 18-19 mars 2020

Ce colloque clôture le projet PlaIR 2.018 (2015-2020), projet interdisciplinaire réunissant le laboratoire LITIS (Laboratoire d’Informatique Traitement de l’Information et des Systèmes) et l’IRIHS (Institut de Recherche Interdisciplinaire Homme Société) autour de la question de l’indexation documentaire. PlaIR 2.018 étend les objectifs des projets PlaIR (2009-2012) et PlaIR 2.0 (2013-2016), en s’ouvrant aux humanités numériques, notamment dans le domaine du patrimoine numérique et du droit. PlaIR 2.018 couvre l’ensemble de la chaîne éditoriale numérique pour Numériser, Transformer, Enrichir, Éditer et Exposer des ressources documentaires.

Mercredi 18 mars

Usages et technologies pour les humanités numériques

9:00 – 9:30 Accueil des participants 

9:30 – 9:45 Introduction aux journées

9:45 – 10:45 Conférence invitée

Joan Andreu SANCHEZ, Université Polytechnique de Valence.

Large-scale probabilistic text indexing

10:45 – 11:30 Session 1: Traitement des documents écrits 

– Reconnaissance d’écriture. Y. Soullard, G. Cazals
– Pattern spotting. L. Heutte, P. Tranouez

Pause

11:45 – 12:30 Session 2 : Technologies et usages
– Nouvelles technologies pour l’édition génétique sur le web. Y. Leclerc
– Visualisation, annotation et correction collaborative. P. Tranouez, D. Antelme

– Reconstitution, visualisation et augmentation de plans et cartes. P. Tranouez

12:30 – 14:00 déjeuner sur place

14:00 – 15:00 Conférence invitée
Pierre LARRIVEE, Morgane PICA, CRISCO, Université de Caen Normandie. 
Faire vivre six siècles de coutumier normand

15:00 – 17:00 Posters – Démonstrations
Annotations collaboratives, Édition numérique, Indexation, Extraction, Reconnaissance…

17:00 – 17:15 Synthèse de la journée 

17:30 Cocktail

Jeudi 19 mars

Explicabilité, Interprétabilité, IA, en droit et santé

9:00 – 9:30 Accueil des participants 

9:30 – 10:30 Conférence invitée

Dr Mehdi TAALBA et Dr Jean-Philippe LEROY, CHU de Rouen

Apports de l’indexation automatique et de la sémantique aux nouvelles applications en santé

10:30 – 11:15 Session 3 : Information de santé
– Portail terminologique en Santé. J. Grosjean
– Outil d’annotation automatique des textes cliniques
– Application à l’entrepôt de données de santé du CHU de Rouen

Pause

11:30-12:30 Conférence invitée
Aurore HYDE, CUREJ, Université de Rouen Normandie. 
Évaluation transparente des systèmes d’IA en droit

12:30 – 14:00 déjeuner sur place

14:00 – 15:00 Session 4 : Recherche documentaire en Droit
– L’institut du Droit International des Transports. C. Legros, L. Couturier – Assistance pour la recherche documentaire en droit. L. Vercouter, F. Perotto
– Personnalisation, analyse de traces. M. Holzem, Y. Saidali

15:00 – 16:30 Posters – Démonstrations
Annotations collaboratives, Indexation, Interprétabilité, Explicabilité, Traitement automatique du Langage…

16:30 : Synthèse du colloque. Conclusions, perspectives.

Comité organisateur

Yamina BENSAADOUNE, IRIHS, Université de Rouen Normandie Fabienne BOCQUET, LITIS Université de Rouen Normandie Julien GROSJEAN, CHU de Rouen
Laurent HEUTTE, LITIS Université de Rouen Normandie Maryvonne HOLZEM, DYLIS, Université de Rouen Normandie Thierry PAQUET, LITIS Université de Rouen Normandie

Albane ROUSSEL, IRIHS Université de Rouen Normandie Katia ROVIRA, CRFDP, Université de Rouen Normandie Pierrick TRANOUEZ, LITIS Université de Rouen Normandie

Université de Rouen Normandie

Maison de l’Université, 3 Place Émile Blondel 76130 Mont Saint-Aignan

Penser l’ancien droit public : regards croisés sur les méthodes des juristes (III)

Penser l’ancien droit public : regards croisés sur les méthodes des juristes (III), colloque sous la direction scientifique de N. Laurent-Bonne et X. Prévost, avec le soutien du CTHDIP, Toulouse, Manufacture Bâtiment S Auditorium MS001, 26 et 27 mars 2020.

Programme

Jeudi 26 mars 2020 à 14h

sous la présidence de Philippe Nelidoff, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole, doyen de la faculté de droit et science politique.

Accueil

Florent Garnier, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole, directeur du CTHDIP

Propos introductifs

Nicolas Laurent-Bonne, professeur à l’université Clermont Auvergne, et Xavier Prévost, professeur à l’université de Bordeaux

L’État

« L’État comme fiction dogmatique », Pierre Brunet, professeur à l’École de droit de la Sorbonne (université Paris I)

« L’anthropologie et la fabrique de l’État », Soazick Kerneis, professeur à l’université Paris-Nanterre

« Point de vue franco-allemand. Présentation et remarques introductives comparées » :

« Penser l’ancien droit public : un devoir non accompli » Aurore Gaillet, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole, membre de l’Institut universitaire de France Michael Stolleis, professeur émérite de la Goethe-Universität (Frankfurt am Main)

Vendredi 27 mars 2020 à 9h

sous la présidence de Michael Stolleis, professeur émérite de la GoetheUniversität (Frankfurt am Main), et Aurore Gaillet, professeur à l’université Toulouse            1          Capitole,            membre            de        l’Institut           universitaire     de        France. Le droit administratif

« À quelles conditions peut-on parler de droit administratif avant 1789 ? », Grégoire Bigot, professeur à l’université de Nantes

« Lectures de l’arrêt Blanco (Tribunal des conflits, 8 février 1873) » Fabrice Melleray, professeur à l’École de droit de Sciences Po

Les libertés publiques

« L’histoire, étai du droit des libertés », François Saint-Bonnet, professeur à l’université Paris II Panthéon-Assas

« Peut-on écrire une histoire des libertés publiques ? »,Cyrille Dounot, professeur à l’université Clermont Auvergne

Vendredi 27 mars 2020 à 14h

sous la présidence de Jacques Krynen, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole.

La justice

 « Les «gens du parlement» sont-ils des parlementaires ? », Anne Rousselet-Pimont, professeur à l’École de droit de la Sorbonne (université Paris 1)

« L’individu face au jugement. Le développement d’une culture des garanties processuelles au XVIIIe siècle », Paolo Alvazzi del Frate, professeur à l’università degli studi di Roma Tre

L’impôt

« Peut-on penser le droit fiscal sous l’Ancien Régime ? », Cédric Glineur, professeur à l’université de Picardie Jules Verne

« De l’«impôt» et de l’«État» dans l’enquête sur la genèse de l’État moderne.Retour sur un moment de la recherche française et européenne », Olivier Mattéoni, professeur à l’École d’histoire de la Sorbonne (université Paris I)

Conclusions générales du cycle « Regards croisés sur les méthodes des juristes » : Frédéric F. Martin, professeur à l’université de Nantes.

Continuer la lecture

Histoires contemporaines du droit

F. Audren, A.-S. Chambost et J.-L. Halpérin, Histoires contemporaines du droit, coll. Méthodes du droit, Paris, Dalloz, 2020.

Présentation (site de l’éditeur) :

“Histoires contemporaines du droit. Pourquoi ce pluriel ? Parce qu’il ne s’agit pas d’évolution chronologique, mais d’une réflexion critique sur la manière d’aborder la discipline, les différents aspects du droit, ses acteurs, ses lieux de production, etc.

Au lieu de raconter l’histoire depuis 1700 à nos jours, les auteurs envisagent une méthode pour substituer une histoire des controverses à une histoire se voulant neutre, pour substituer une histoire décloisonnée à une histoire purement disciplinaire, pour substituer une histoire globalisée à une histoire nationale.

A rebours de la spécialisation des savoirs juridiques qui polarise la plupart des approches de l’histoire du droit, ce manuel d’histoires contemporaines du droit propose par conséquent une histoire critique (autocritique, en ce qu’elle interroge la cohérence interne de la discipline), qui assume à la fois l’originalité chronologique (XIXe-XXe siècles) et la diversité des points de vue que ses auteurs proposent sur la discipline (avec une ouverture aux travaux étrangers ainsi qu’aux méthodes d’autres disciplines)”.

Voir l’ouvrage

Sommaire :

Partie 1 : Un champ disciplinaire, des modes d’existence
1. Une histoire nationale ?
2. Une histoire longue ?
3. Une histoire contemporaine ?
Partie 2 : Historiographie plurielle
1.Une histoire des normes juridiques
2. Une histoire des professionnels du droit
3. Une histoire de la dogmatique juridique
4. Une histoire des usages et des usagers du droit
5. Une histoire politique du droit
Partie 3 : Permanence et discontinuité des activités juridiques
1. Juger
2. Légiférer
3. Administrer
4. Enseigner
Partie 4 :Le métier du juriste à l’épreuve de l’histoire
1. Le juriste en écrivain
2. Le juriste en expert
3. Le juriste en majesté
4. Le juriste en voyageur

Mélanges Jean-Louis Thireau

Liber amicorum. Mélanges réunis en hommage au professeur Jean-Louis Thireau, Revue d’histoire des facultés de droit et de la culture juridique, 2019, n° hors-série, Textes rassemblés par Anne Dobigny-Reverso, Xavier Prévost et Nicolas Warembourg.

Table des matières :

Quelques notes sur le genre du traité dans la production juridique française du premier XVIe siècle, par Patrick Arabeyre

Sur l’identification progressive de la Science des arrêts à la Jurisprudence, par Sylvain Bloquet

Molinaeus Noster Charles du Moulin (1500-1566), oracle du droit, praticien engagé et fondateur de l’école juridique française, un modèle de jurisconsulte dans la France du XIXe siècle, par Géraldine Cazals

Le Liber Iudiciorum et la formation des obligations contractuelles dans le droit Wisigoth, par David Deroussin

Juge et partie, les observations des tribunaux sur l’application et l’interprétation du futur code civil (1801), par Alain Desrayaud

Une remise en cause de l’absolutisme des hommes ou l’empire des femmes selon Mary Wollstonecraft, par Anne Dobigny-Reverso

Continuité ou rupture dans l’histoire de la pensée juridique ? Exégèse, transtextualité et positivisme légaliste du Cours de Code Napoléon de Charles Demolombe, par Nader Hakim

Les Essais sur l’idée du parfait magistrat, par Jacques Krynen

La pratique du don mobil en Normandie à l’époque moderne, par Virginie Lemonnier-Lesage

La résistance des coutumes polynésiennes à la réception du droit français (1842-2000), par Bruno de Loynes de Fumichon

La doctrine commercialiste avant le Code de commerce, par Alexis Mages

Des usages du droit comparé lors des travaux préparatoires du Code civil des français, par Laurent Pfister

L’obéissance aux lois royales selon Antoine Loisel à travers ses huict remontrances faictes en la chambre de justice de Guyenne sur le subject des edicts de pacification, par Xavier Prévost

Les violences faites aux femmes : une illustration à travers les déclarations de grossesses en Touraine (1749-1790), par Laurent Reverso

Droit comparé en terres d’Anjou d’après les commentaires coutumiers de René Choppin, par Anne Rousselet-Pimont

Les créances privilégiées des nourrices d’enfants confiés par leurs parents au XIXe siècle, par Michel Vidal

« Jurisconsultus idemque orator » Retour sur la lettre de Pétrarque à Marco Portonari sur les études de droit (Rerum Familiarium XX. 4), par Nicolas Warembourg

Le marché du mérite. Penser le droit et l’économie avec Léonard Lessius

Le professeur Wim DECOCK, de la KU Leuven et de l’Université de Liège, présentera son livre intitulé:

Le marché du mérite. Penser le droit et l’économie avec Léonard Lessius

Date

13 Mars 2020 à 10H30

Lieu

Lille
Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales
Salle des Actes

Organisation

Propos introductifs : 

Luisa BRUNORI, chargée de recherche HDR au CHJ, ULille-CNRS

Discutant : 

Alexis AUDEMAR, doctorant au CHJ, ULille

 

Deuxième volet du cycle de journées d’études « Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles) », Florence Renucci, Silvia Falconieri, Catherine Fillon et Laetitia Guerlain (dir.), université de Bordeaux, 13 mars 2020.

Matinée > 9h-12h L’enseignement juridique dans les écoles préparatoires de droit

Accueil des participants Propos introductifs

Laetitia Guerlain, université de Bordeaux

L’éphémère École de droit de l’Île Bourbon : velléités et échecs (1825-1837)
Jérémy Boutier, Université Aix-Marseille

Les objectifs de la formation juridique à l’École préparatoire à l’enseignement du droit de Fort-de-France : entre mythes et réussites (1883-1948)
Elodie Coutant, université de Bordeaux

Former les praticiens du droit dans l’Inde française : l’École de droit de Pondichéry (1838-1954)
Laetitia Guerlain, université de Bordeaux, Florence Renucci, CNRS/ IMAF

12h-14h- pause dejeuner

Aprés-midi > 14h-17h Adaptations et mutations de l’enseignement juridique hors de la métropole

14h-14h45 Survivre à la fin du régime capitulaire : la stratégie d’adaptation de l’École Française de Droit du Caire

Catherine Fillon, Université Jean Moulin Lyon III

14h45-15h30 L’enseignement du droit au Cambodge post-colonial et post- communiste : enjeux et usages d’un terrain de compétition internationale

Adélaïde Martin, Université Paris Nanterre


15h30-16h15 Droit français en contexte chinois, ou quatre juristes et leurs temps

Mingzhe Zhu, China University of Political Science and Law

Appel à communication: Approches épistémologique et historiographique du droit criminel. Jalons pour une histoire intellectuelle du droit pénal. Journée d’étude, Vendredi 2 Octobre 2020, Université de Bordeaux.

Approches épistémologique et historiographique du droit criminel. Jalons pour une histoire intellectuelle du droit pénal.

Journée d’étude, Vendredi 2 Octobre 2020, Université de Bordeaux.

Contact : legalthoughtirm@icloud.com

Comparée à l’histoire du droit civil, l’histoire pénale contemporaine souffre d’un déficit : l’histoire intellectuelle du droit criminel est aujourd’hui peu développée. En effet, les discours, les constructions, les enseignements ou encore les acteurs du droit pénal retiennent encore trop peu l’intérêt des chercheurs et chercheuses.

Loin de négliger l’apport des travaux réalisés dans ces domaines, nous souhaitons être en mesure d’aller plus loin et de créer le terrain propice à l’épanouissement d’un mouvement similaire à celui qu’a connu le droit civil. Ces premiers travaux fondateurs se sont intéressés par exemple à des auteurs spécifiques comme Ortolan, Saleilles ou Garçon et ont développé des perspectives comparatistes. Reste qu’il nous semble faire défaut une vision plus globalisante qui permettrait de mettre à jour un/des modèle.s ou une ou des singularité.s propre.s au droit criminel susceptible de dessiner une histoire intellectuelle du droit pénal.

Il est certain que, pour l’heure, ce sont les aspects techniques qui ont bénéficié des plus amples développements ; ceux qui s’attachent au crime, au criminel, à la peine, à l’administration pénitentiaire ou aux politiques criminelles. De plus ces études concernent principalement les personnes les plus influentes en la matière et sont notamment dévolues à des criminologues, médecins légistes, sociologues ou anthropologues, le plus souvent étrangers au monde des juristes français.

En résulte que le panorama actuel est surtout celui de courants de pensée, bien connus, tels que l’éclectisme, le positivisme, ou la défense sociale nouvelle, au détriment des juristes et de leurs idées. La construction de cette histoire est alors parfois décousue, ne permettant pas de retracer l’émergence des spécificités de la pensée pénale et de ses auteurs, laissant dans l’ombre certains grands noms à l’instar de Jean- André Roux.

Toutefois, si l’histoire de la pensée pénale reste peu développée aujourd’hui, la principale raison en est peut-être qu’elle ne constitue pas encore un objet d’étude à part entière. En effet, ce n’est qu’à partir de la fin du XIXe siècle/début du XXe siècle qu’un « corps de pénalistes » émerge et participe à l’autonomisation de la discipline face au droit civil. Depuis l’Antiquité, crime et criminel constituent de toute évidence des sujets centraux, mais font peu l’attention des juristes. N’ont donc pas suffisamment retenu l’attention l’enseignement, la discipline pénale au sein des architectures académiques, les connexions entre philosophie et droit pénal, les méthodes appliquées, ni tout autre objet s’attachant à la vie intellectuelle du droit pénal.

Ainsi, l’objectif de cette première journée d’étude est de poursuivre les travaux déjà initiés en mettant l’accent sur la pensée pénale, ses acteurs, ses discours et ses enseignements spécifiques. Juristes, historiens et historiennes du droit, ont donc aujourd’hui un large champ de recherche à défricher qu’ils partagent avec d’autres venant de disciplines aux horizons les plus divers et avec des approches épistémologiques toutes différentes. Cette première rencontre permettrait d’allier ces approches à celles du droit et de l’histoire du droit, et ainsi contribuer au développement de ce champ de recherche.

En effet, les techniques déployées pour l’analyse de la pensée pénale contemporaine peuvent être plurielles, telles que la socio-histoire, l’histoire des sciences, la criminologie, la mobilisation des statistiques, de la philosophie, etc. Dès lors, les échanges autour de nos différentes méthodes, qu’elles soient juridiques ou extra- juridiques, permettront peut-être d’envisager l’émergence d’un socle épistémologique commun. Ce dernier pourrait rendre possible une approche nouvelle de la vie intellectuelle pénale, de la pensée criminelle, qu’elle soit historique ou contemporaine.

Parce qu’elle marque le début de l’émergence d’une science pénale d’État, la IIIe République constituera le point de départ de notre journée, prenant pour fin la situation actuelle. Cette vaste période connaît de nombreux bouleversements qui pourront faire l’objets d’études comme l’apparition du positivisme dans les années 1890, les mutations de la psychiatrie à la suite de la Grande Guerre ainsi que l’institutionnalisation du droit pénal et de son enseignement, les changements de politique criminelle à l’égard des mineurs au sortir de la seconde Guerre Mondiale et ses soubassements sociologiques, la publication du Code pénal de 1994, ou plus récemment les mutations du droit et des études criminologiques à propos des victimes ou du terrorisme (liste non exhaustive).

Par conséquent, dans cette visée prospective, cet appel est ouvert à toutes celles et ceux qui souhaitent poser les bases d’une histoire intellectuelle du droit criminel.

MODALITÉS PRATIQUES :

1) Envoi et sélection

Les propositions (500 mots maximum) devront nous parvenir au plus tard le 26 avril 2020 à l’adresse suivante : legalthoughtirm@icloud.com . Vous serez recontacté.e.s fin mai 2020.

2) Financement

Les participant.e.s sélectionné.e.s seront défrayé.e.s pour le transport et le logement (le cas échéant), et ce dans les limites du budget du colloque.

3) Publication

Les actes de cette journée feront, en principe, l’objet d’une publication dans une revue — sous réserve d’acceptation par son comité de lecture.

4) Présentation

Ce colloque est organisé par Alexandre FRAMBÉRY-IACOBONE et Marine VETTER, doctorant.e.s contractuel.le.s de l’Université de Bordeaux ; il bénéficie du soutien structurel et scientifique de l’Institut de Recherche Montesquieu (IRM-CAHD — Université de Bordeaux), du Centre d’Études et de Recherche sur la Diplomatie, l’Administration publique et le Politique (CERDAP2 — Université de Grenoble Alpes), et du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit (CHAD — Université Paris Nanterre).

Comité scientifique :

– Antonio AMALFITANO, Docteur en droit (université de Bordeaux) Docteur en Sciences politiques (Università Federico II di Napoli) ;
– Jérôme FERRAND, Maître de conférences, Université de Grenoble Alpes ;
– Nader HAKIM, Professeur, Université de Bordeaux ;

– Jean-Louis HALPÉRIN, Professeur, ENS ;
– Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche CNRS, Pacte ;

– Marie MANIKIS, Professeure, McGill University ;
– Massimo MECCARELLI, Professeur, Università di Macerata ;
– Annamaria MONTI, Professeure, Università Bocconi ;
– Mathieu SOULA, Professeur, Université Paris Nanterre.

Krausisme juridique et politique en Europe

Krausisme juridique et politique en Europe. Droit et politique au service de l’idéal de l’Humanité, 2 et 3 avril 2020, Université de Dijon, MSH (le jeudi 2 av.) et Amphithéâtre Danube, Campus de Science politique Dijon (le vendredi 3 av.)

Colloque organisé par Oscar Ferreira (CREDESPO Université de Bourgogne)

Synopsis : Méconnu en France, le philosophe du droit Karl Christian Friedrich Krause (1781-1832) eut une descendance intellectuelle riche. Cultivée autant par des politiques libéraux soucieux de résoudre la « question sociale », que par des juristes intéressés par ses thèses organicistes et tutélaires, sa pensée connut un réel essor en Europe grâce aux travaux de vulgarisation de ses élèves, dont plusieurs deviendront professeurs : Heinrich Ahrens, Karl Röder, Théodore Schliephake et Hermann Karl von Leonardi.

krausisme_A3_2020

Programme du colloque (2 et 3 avril 2020) :

Jeudi 2 avril 2020

Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme – Dijon

8h30 : Accueil des participants

9h00 : Allocutions d’ouverture

Mâtinée

9h15-10h30 : Aux origines du krausisme : philosophie du droit et droit naturel

1°) La philosophie du droit de Karl Christian Friedrich Krause et de Heinrich Ahrens

Intervenant : Grégory Lewkowicz (Centre Perelman – Université libre de Bruxelles)

2°) Une réception du droit naturel krausiste en France : Edouard Laboulaye

Intervenant : Tristan Pouthier (CRJ Pothier – Université d’Orléans)

3°) Le droit naturel de Vicente Ferrer Neto Paiva et la réception portugaise du krausisme

Intervenant : Paulo Ferreira da Cunha (Université de Porto)

Discussion – Pause

11h-12h15 : Utilisations et mésusages de la pensée de Krause et d’Ahrens en droits public et civil

4°) A propos de la méconnaissance, du dédain voire du rejet du krausisme par les juristes allemands du XIXe siècle

Intervenant : Olivier Jouanjan (Institut Villey- Univ. Paris II)

5°) La réforme de l’Etat par les krausistes espagnols au second XIXe siècle

Intervenant : Paul Aubert (TELEMME – Université d’Aix-Marseille)

6°) Krausisme et kantisme dans l’œuvre juridique du Doyen dijonnais Claude-Joseph Tissot

Intervenant : Jean-Jacques Clère (CREDESPO – Université de Bourgogne)

Discussion – Pause déjeuner

Après-midi

14h15-15h05 : Droit pénal et droit social krausistes

7°) Le droit pénal de Karl Röder 

Intervenant : Jean-Louis Halpérin (CTAD – Ecole Normale Supérieure)

8°) Le rôle des krausistes dans l’institution des sciences sociales et la critique du droit libéral (Espagne, 1880-1910)

Intervenant : Elodie Richard (CNRS)

Pause – discussion

15h30-16h25 : Concept et réalisations du krausisme politique

9°) Qu’est-ce que le krausisme politique ? Essai de définition à travers l’activité politique d’Ahrens en tant que député en Allemagne

Intervenant : Wolfgang Forster (Université de Tübingen)

10°) Guillaume Tiberghien et l’Instruction publique

Intervenant : Véronique Dortu (Haute Ecole de Liège)

17h : Fin de la première journée

Vendredi 3 avril 2020

Amphi Danube – campus dijonnais de Sciences Po

9h00-9h50 : Diffusions d’un message d’espoir

11°) Scruter et répandre « l’époque nouvelle » depuis Prague : la revue Die neue Zeit de Hermann Karl von Leonhardi

Intervenant : Caroula Argyriadis-Kervégan (CPJP – Université de Cergy-Pontoise)

12°) Le projet européen krausiste

Intervenant : Raphaël Cahen (CORE – Vrije Universiteit de Bruxelles)

Discussion – pause

10h25-12h30 : Réceptions contrastées

13°) La réception manquée des krausistes par les proudhoniens et les utopistes français

Intervenante : Aurélie Lahaie (CREDESPO – Université de Bourgogne)

14°) L’actualité de l’idéal krausiste : le programme politique de Ciudadanos dans l’Espagne du XXIe siècle 

Intervenant : Mathieu Petithomme (CRJFC – Université de Franche-Comté)

15°) Utopies organicistes et régulations corporatistes dans les dissertations doctorales portugaises du second XIXe siècle : les rêveries krausistes des ministres Mártens Ferrão et Costa Lobo

Intervenant : Oscar Ferreira (CREDESPO – Université de Bourgogne)

16°) Conclusions

Novembre 2020 – Journée d’étude doctorale “Le statut juridique des populations marginalisées : le droit comme instrument de différenciation” – appel à contributions

Journée d’étude à destination des doctorants, organisée à l’Institut d’Histoire du Droit EA 2515 de l’Université de Paris (10, avenue Pierre Larousse, 92240 Malakoff)

Direction scientifique :
– M. Guillaume Richard, Professeur, Institut d’Histoire du Droit
Organisation :
– Mme Claire de Blois, doctorante, Institut d’Histoire du Droit
– M. Dan Mimoun, doctorant, Institut d’Histoire du Droit

Ce colloque se tiendra durant la deuxième quinzaine du mois de novembre 2020, et fera l’objet d’une publication postérieure dans la revue Historia et Ius.

Appel à contribution complet à télécharger ICI

Les propositions de communication ne devront pas excéder 2000 signes (environ une page) et comporter un titre afin de pouvoir préparer le programme.
Dans le même document devront être mentionnés le directeur de thèse, le sujet et le nombre d’années depuis l’inscription en thèse.
Elles sont attendues pour le 15 mars 2020, et à envoyer à l’adresse : doctorants.ihd.descartes@gmail.com

Continuer la lecture

Penser l’ancien droit public

Penser l’ancien droit public. Regards croisés sur les méthodes des juristes (III), 26 et 27 mars 2020, Université Toulouse Capitole, Bâtiment S, Auditorium MS001, Manufacture des Tabacs

Colloque organisé par Nicolas Laurent-Bonne (Université Clermont Auvergne) et Xavier Prévost (Université de Bordeaux) avec le soutien du CTHDIP (Université Toulouse Capitole)

Programme

COMITE SCIENTIFIQUE

Anne Rousselet-Pimont, professeur à l’École de droit de la Sorbonne (université Paris I) Florent Garnier, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole
Nader Hakim, professeur à l’université de Bordeaux
Jean-Louis Halpérin, professeur à l’École normale supérieure
Jacques Krynen, professeur à l’université Toulouse 1 Capitole
Nicolas Laurent-Bonne, professeur à l’université Clermont Auvergne
Xavier Prévost, professeur à l’université de Bordeaux

Les sources idéologiques et juridiques de la naissance du droit du travail au Mexique

Le professeur Humberto Morales donnera une conférence intitulée :

Les sources idéologiques et juridiques de la naissance du droit du travail au Mexique de l’ancien régime à la révolution : 1857-1917

Date

24 janvier 2020 à 10H30

Lieu

Lille
Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales
Salle A 3-17

Organisation

Évènement organisé par le Centre d'Histoire Judiciaire (UMR 8025)