16e congrès de l’Association internationale de méthodologie juridique : Les faits et le droit, Bordeaux, 23 et 24 juin 2022.

PROGRAMME

Jeudi, 23 juin – Thursday, June 23rd

8h30 : Accueil et inscription / Reception and registration

Amphithéâtre Léon Duguit

Faculté de droit et de science politique, Place Pey Berland, 33000 Bordeaux

9h00 : Mot de bienvenue / Word of welcome

• Mathieu Devinat, Professeur, Université de Sherbrooke, Canada 

• Nader Hakim, Professeur, Université de Bordeaux, France

9h30–10h30 : Le droit et les faits : perspectives de méthodologie juridique / Law and Facts: Legal Methodology Perspectives

Amphithéâtre Léon Duguit

• Claes Martinson, Professor, University of Gothenburg, Sweden “The Norms, Facts and Values Method – A Useful Tool and a Perspective on the Relationship Between Law and Fact”

• Frédéric Rouvière, Professeur, Aix-Marseille Université, France « Existe-t-il un concept juridique de fait ? »

10h30-10h45 : Pause café – Coffee Break 

10h45-12h00 : Les faits dans le raisonnement juridictionnel : la qualification et la transformation des faits / Facts in judicial reasoning: qualification and transformation of facts

Amphithéâtre Léon Duguit

• Julie Colemans, Faculté de Droit, Science Politique et Criminologie de l’Université de Liège, Belgique « La complémentarité des approches processuelles et matérielles dans la compréhension du raisonnement juridictionnel »

• Alexandre Frambéry-Iacobone, Doctorant, Université de Bordeaux, France et Université McGill, Canada « Un fait fait par des faits. Le procès est-il une histoire comme les autres ? »

• François-Vivien Guiot, Maître de conférences, Université de Pau et des pays de l’Adour, France « Maât au Plateau de Kirchberg : peser les faits, dire le droit, et ordonner les choses »

12h00-14h : Déjeuner / Lunch

14h00 – 17h30 : Séances parallèles / Parallel sessions

14h-15h40 : Les faits appréhendés par le droit / Facts as apprehended by law

Salle #1 / Room #1 : Amphithéâtre Léon Duguit

La preuve des faits : coutumes, usages et religions / The proof of facts: customs, usages and religions

• François-Xavier Morisset, Maître de conférences, Université de La Rochelle, France « La dialectique des faits et du droit à l’épreuve des conflits de normes hétérogènes »

• Adam Croon, Senior lecturer in legal history, Örebro University, Sweden “Fact or law? The status of customary law within the Swedish doctrine of legal sources in a historical perspective”

• Kevin Magnier-Merran, Maître de conférences, Université de Lorraine, France et Pierre Mousseron, Professeur, Université de Montpellier, France « Les avis d’usages permettent-ils la mutation de faits en Droit ? »

Salle #2 / Room #2 : Salle de conférence

Les faits dans la mise en œuvre de la norme : preuve, procédure et précédent / Facts in the application of rules: evidence, procedure and precedent

• Paolo Comoglio, Professeur agrégé et chercheur, Université de Gênes, Italie et Elena Anna Grasso, Chercheure, Université de Gênes, Italie « Wikipedia et informations en ligne. L’appréciation des faits à partir de l’Internet »

• Gwendoline Lardeux, Professeur de droit privé, Faculté de droit et de science politique, Université d’Aix-Marseille, directrice du master de droit privé, France « Le règne ambivalent des faits en droit probatoire »

• Olivier Leclerc, Directeur de recherche, Centre de théorie et analyse du droit, CNRS-Université Paris Nanterre-École normale supérieure, France « Lost in translation ? François Gorphe (1889-1959) et l’appréciation des faits en justice fondée sur la science »

15h40-16h : Pause café – Coffee Break

16h-17h15 : Les faits comme sources de normes en droit / Facts as sources of rules in law

Salle #1 / Room #1 : Amphithéâtre Léon Duguit

Les faits comme source de normes dans les domaines « personne et famille » / Facts as a source of rules in the Laws of Persons and Family

• Barnabas Dieudonné, Université de Montréal, Canada « La tension entre les faits et le droit positif : le cas de la violation du droit à la nationalité des personnes d’ascendance haïtienne en République dominicaine »

• Gaële Gidrol-Mistral, Professeure, UQAM, Canada « De la conception des faits : la maxime infans conceptus ou l’union morganatique des faits et du droit »

• Simon Saint-Onge, Doctorant, Université du Québec à Montréal, Canada « Les “faits” à l’épreuve de la notion cadre des tribunaux québécois du “meilleur intérêt de l’enfant” »

Salle #2 / Room #2 : Salle de conférence

Les faits et le droit : perspectives de droit privé / Facts and Law: Private Law Perspectives

• Valerio Forti, Professeur, Université de Lorraine, France « Droit et faits dans le régime général des obligations »

• Quentin Prim, Docteur en droit, Université de Bordeaux, France « L’influence des faits sur le droit : l’exemple du droit des biens »

• Mélanie Samson, Professeure, Faculté de droit, Université Laval, Canada « Le droit à l’épreuve des faits : l’exemple des contrats d’arrangements préalables de services funéraires »

Vendredi, 24 juin – Friday, June 24th

9h00-10h00 : Les faits et le droit : perspectives doctrinales / Facts and Law: Theoretical Perspectives (Séances parallèles / Parallel sessions)

Salle #1 / Room #1 : Amphithéâtre Léon Duguit

• Fernando Arguijo Hoyo, Doctorant, Université de Bordeaux, France « La norme constitutionnelle dans la pensée de Jorge Carpizo, entre les faits et le droit »

• Clotilde Aubry de Maromont, Maîtresse de conférences en droit privé, Université de La Réunion, Centre de Recherche Juridique, France « Et si le questionnement des rapports entre les faits et le droit révélait les écueils de la production scientifique dans la discipline juridique ? »

Salle #2 / Room #2 : Salle de conférence

• Matthieu Gaye-Palettes, Doctorant, Université Toulouse 1 Capitole, France « Le juge et son estomac : retour sur un mythe du réalisme juridique américain »

• Rafael Suguimoto Herculano, Chercheur associé au Max-Planck-Institut für Rechtsgeschichte und Rechtstheorie, Allemagne « Entre professional law et political law. L’exportation de la tradition romano-germanique en terres brésiliennes »

10h00-10h30 : Pause café – Coffee Break

10h30-11h30 : Séances parallèles / Parallel sessions

Salle #1 / Room #1 : Amphithéâtre Léon Duguit

La dimension politique des faits / The political dimension of facts

• Lény Escobar, Doctorant, Institut de recherche Montesquieu, Université de Bordeaux, France « Quid juris, quid facti et séduction politique. Pour aborder l’oubli de la justification transcendantale des fondements politiques »

• Sacha Sydoryk, Docteur en droit public, Enseignant-chercheur contractuel, Università di Corsica, France « La doctrine constitutionnelle française face aux affaires politiques : l’exemple de “l’affaire Benalla” et de l’audition comme témoin de Nicolas Sarkozy dans “l’affaire des sondages de l’Élysée” »

Salle #2 / Room #2 : Salle de conférence

Enjeux juridiques et épistémologiques lié à la preuve des faits : les coutumes et la religion / Legal and Epistemological Issues related to the proof of facts : the case of customs and religion

• Yvette Rachel Kalieu Elongo, Professeure, Université de Dschang, Cameroun « Prouver la coutume en droit camerounais ou l’épreuve de la distinction du fait et du droit »

• Irene Lizzola, Doctorante, Laboratoire LAM, Sciences Po Bordeaux, France « Conflits de catégorisations à partir d’interprétations contrastives portant sur l’évocation du référentiel islamique en rapport à une série de “faits” : Analyse de l’interconnexion entre l’arène juridique, médiatique et militante »

11h30-13h30 : Déjeuner / Lunch

13h30-15h15 : La dimension politique des faits / The political dimension of facts

Amphithéâtre Léon Duguit

• Anne-Marie Savard, Professeure agrégée, Université Laval, Canada « Les tensions entre la nature et le droit; l’exemple du droit civil québécois de la filiation à travers le temps »

• Garance Navarro-Ugé, Docteure en droit public rattachée à l’IRJS (Paris 1) et au CESPRA (EHESS), France « Le juge, le fait et le droit : comment considérer la méthode de jugement ? »

• Louise Fromont, docteure en droit, chargée de recherches au Fonds national de la recherche scientifique belge et chargée d’enseignement à l’Université libre de Bruxelles, Belgique et Arnaud Van Waeyenberge, professeur à HEC Paris / Université Libre de Bruxelles et membre du Centre Perelman (ULB), Belgique « L’État de droit au sein de l’UE. Une illustration de la fragilité de la frontière entre fait et droit »

15h15-15h45 : Pause

15h45-17h15 Les faits comme mesure, compréhension et « intelligence » du droit Facts as a measure, comprehension and “intelligence” of law

Amphithéâtre Léon Duguit

• Alexandre Flückiger, Professeur, Faculté de droit, Université de Genève, Suisse « La loi étayée par des faits au défi des faits controversés »

• Alex Chauvet, docteur en droit de l’Université de Bordeaux, Centre d’Études et de Recherches Comparatives sur les Constitutions, les Libertés et l’État, France « L’appréhension sélective et évolutive des faits : une limite au développement de l’intelligence artificielle en droit ? »

• Emmanuel Jeuland, Professeur agrégé, Paris 1, France « Du fait au droit via les relations juridiques »

17h15-17h45 : Assemblée générale de l’AIMJ / IALM General Assembly

20h : Diner du colloque / Conference Diner

Publication en ligne : Les juristes en voyageurs. Ce que les circulations humaines font aux savoirs juridiques (xvie-xxe siècle), Clio@Themis, n°22, 2022.

https://journals.openedition.org/cliothemis/

  • Laetitia Guerlain et Luisa Brunori Penser ailleurs [Texte intégral] Juristes voyageurs et innovation juridique (xvie-xxe siècle)

Un quart de siècle d’histoire du droit et de la justice. Autour de Marie-Sylvie Dupont-Bouchat Journée d’étude, 10 JUIN 2022 (UCLouvain)

Introduction : Xavier Rousseaux (FNRS-CHDJ UCLouvain)

14h00/15h30 — Première table-ronde « Quelle histoire pour les juristes ? Quel droit pour les historien.ne.s ? Faire de la recherche à la manière de Sylvette Dupont-Bouchat »

Modérateur : David Niget (Univ. d’Angers)

Intervenants : Jérôme de Brouwer (ULB), Pierre-Olivier de Broux (USL-B), Wim Decock (UCLouvain), Margo De Koster (UGent), René Lévy (CNRS), Philippe Robert (CNRS), Fred Stevens (KULeuven), Véronique Strimelle (Univ. d’Ottawa)

Synthèse : Frédéric Audren (CNRS)

16h00/17h30 — Seconde table-ronde « Sylvette et le CHDJ : une aventure… »

Modératrice : Aude Musin (UNamur)

Intervenants : Emmanuel Berger (Instituto Universitario de Lisboa), Jonas Campion (CIÉQ, Univ. du Québec à Trois-Rivières), Bernard Dauven (UCLouvain), Aurore François (UCLouvain), France Huart (CIEP MOC), Monique Septon (Communications Consultant, Pracsis), Frédéric Vesentini (IWEPS et UCLouvain)

17h45/18h45 — Témoignages autour de Marie-Sylvie Dupont-Bouchat

Intervenants : Fabienne Brion (UCLouvain), Marie-Thérèse Coenen (CARHIF), Ada Garcia (GREG, sous réserve), Éliane Gubin (ULB, sous réserve), Axel Tixhon (UNamur), Jean Trépanier (Univ. de Montréal), Françoise Tulkens (UCLouvain)

Date : Vendredi 10 JUIN 2022 de 13H00 à 21H30

Lieu : UCLouvain Espace Meeùs/Auditorium au Musée L

Inscription obligatoire : vincent.mazy@uclouvain.be

POSTE D’ASSISTANT·E TEMPS PLEIN (CENTRE PERELMAN, ULB)

Le Centre Perelman de philosophie du droit recrute une assistante ou un assistant temps plein en droit global, SMART Law, droit comparé, droit européen, philosophie du droit ou droits humains. Il s’agit d’un mandat intérimaire d’un an ouvrant ensuite la possibilité d’un mandat d’assistant de 2 ans renouvelable deux fois.

Date limite du dépôt des candidatures : 22 mai 2022 

Date d’entrée en fonction prévue le : 1er octobre 2022

Les axes de recherche du centre Perelman sont:

  • Le droit global 
  • Les droits de l’homme dans une approche comparative et pratique 
  • L’argumentation, l’interprétation et l’histoire des idées juridiques

Descriptif du poste

Le mandat comprend des tâches scientifiques, mais également des tâches pédagogiques et logistiques.

Il s’agira d’assumer, outre la réalisation d’un projet de thèse de doctorat , des tâches pédagogiques d’encadrement des étudiantes et étudiants dans le cadre d’exercices pratiques (tâches équivalentes à 5 groupes de 24h/an). En 2022-2023, les tâches pédagogiques sont relatives au cours d’« Introduction au droit » (titulaires : profs Benoît Frydman et Isabelle Rorive). Il s’agira également de prendre une part des tâches logistiques et administratives inhérentes à la vie d’un centre de recherche universitaire.

L’assistant.e sera également amené·e à contribuer aux activités d’enseignement (cf. infra) et, de manière générale, à assumer les différentes tâches qui incombent aux membres du corps scientifique de la Faculté (surveillance et correction des examens, présence dans les salons étudiants et journées portes ouvertes…).

Les sujets de recherche s’inscriront dans un des axes de recherche du Centre Perelman : le droit global et le SMART Law, le droit comparé et l’étude comparée des droits humains, le droit européen, l’histoire des idées, l’interprétation et l’argumentation juridique. Ces axes de recherche et les publications qui y sont liées sont consultables en ligne à l’adresse: http://www.philodroit.be

Titre requis

Titulaire d’un Master 120 crédits en sciences juridiques ou de tout autre diplôme reconnu équivalent et satisfaire aux conditions d’accès au doctorat.

Compétences requises

La candidate ou le candidat sera titulaire d’un diplôme de Master en sciences juridiques ou de tout autre diplôme reconnu équivalent. Elle ou il satisfera aux conditions d’accès au doctorat prévues par le

règlement applicable à la Faculté de droit de l’ULB. Une autre formation en sciences sociales (philosophie, économie, sociologie, science politique, management,…) sera également considérée comme un atout. Une attention particulière sera portée au caractère international de la formation et aux résultats académiques.

Elle ou il se montrera apte à la fois à la recherche individuelle et à la participation à un travail d’équipe transdisciplinaire. Elle ou il aura une excellente connaissance du français et de l’anglais.

Langues :
Français : Excellent

Anglais : Excellent

Enseignements à encadrer

Encadrement d’exercices pratiques équivalents à 5 groupes de 24h/an. Il s’agira probablement d’exercices pratiques rattachés aux cours suivants en 2021-2022 :

o Introduction au droit
o Autre cours possible en fonction du profil du candidat retenu, notamment le cours de théorie du droit.

Où se renseigner ?

Suivre le lien suivant : fiche de poste

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de Mme Isabelle Rorive, présidente du Centre Perelman de philosophie du droit (irorive@ulb.ac.be) ou auprès de M. Arnaud Van Waeyenberge, directeur du Centre Perelman de philosophie du droit (arnaud.van.waeyenberge@ulb.be).

Le dossier de candidature doit être transmis sous format électronique via l’envoi d’un mail adressé à l’adresse SPES.Droit.Crim@ulb.be.

Il contiendra les pièces suivantes :

  • une lettre de motivation
  • un Curriculum vitae :un formulaire type peut être complété via le site internet : https://www.ulb.be/fr/documents- officiels/completer-votre-cv-en-ligne. Une fois complété, celui-ci doit être téléchargé et joint au dossier de candidature.En postulant, les candidates ou les candidats confirment avoir pris connaissance des informations complémentaires et des règlements applicables aux membres du corps scientifique disponibles sur notre site à l’adresse http://www.ulb.ac.be/emploi/academique.html.

Appel à contribution : Femmes d’affaires au XIXe siècle. Regards rétrospectifs sur l’entrepreneuriat féminin

Appel à contribution Journées d’étude : “Femmes d’affaires au XIXe siècle. Regards rétrospectifs sur l’entrepreneuriat féminin”, Lyon, 8 et 9 décembre 2022

Journées organisées avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Lyon St-Etienne, le Centre Lyonnais d’Histoire du Droit et de la Pensée Politique (CLHDPP), l’Association Française de Cliométrie (AFC) et le laboratoire de recherche Iaelyon Magellan :  https://www.msh-lse.fr/agenda/femmes-daffaires-au-xixe-siecle/

 Une sélection d’articles présentés lors de ces deux journées sera considérée pour publication dans un ouvrage de la collection Frontiers in Economic History, Springer.

Dates importantes

Manifestation d’intérêt et envoi des abstracts (500 mots) : 30 mai 2022

Décision du comité scientifique : 25 juin 2022

Soumission des papiers complets :  15 octobre 2022

Journées d’études : 8 et 9 décembre 2022

Publication de l’ouvrage : juin 2023

Les propositions devront être envoyées à l’adresse suivante : charlotte.le-chapelain@univ-lyon3.fr

Appel à contributions – Femmes d’affaires au XIXe siècle

Call for Papers – Women Entrepreneurship in the nineteenth century

Présentation

L’histoire économique a longtemps accordé aux femmes cheffes d’entreprises une place tout à fait mineure, les reléguant au statut d’anecdotes historiques. L’essor du capitalisme industriel aurait réduit les chances données aux femmes d’entreprendre des activités commerciales. En outre, l’idéologie des « sphères séparées », aurait organisé, au XIXe siècle, une répartition « genrée » des rôles au sein de la société, réservant la sphère publique aux hommes et en reléguant progressivement les femmes au strict domaine privé, domestique. Si la thèse d’une rupture dans l’activité entrepreneuriale des femmes durant le processus d’industrialisation a longtemps dominé au sein de l’historiographie, elle est néanmoins sujette, depuis peu, à une remise en question fondamentale. Une littérature récente montre en effet que, dans de nombreux pays, cet entrepreneuriat n’a pas disparu au XIXe siècle. Les femmes ont activement contribué au processus d’industrialisation, à des postes clés, en tant qu’investisseuses et en tant qu’entrepreneures. L’histoire a longtemps gardé le silence sur ces femmes (Perrot 1998). L’histoire des affaires les a presque entièrement ignorées (Gamber 1998). Ce n’est désormais plus le cas. Yeager (1999), Gordon and Nair (2000, 2003), Barker and Harvey (2003), Owens (2002), Kay (2004, 2009), Phillips (2006), Barker (2006), and Aston (2012) ont montré qu’un nombre important de femmes anglaises et américaines (Kwolek-Folland 1998, Lewis 2009, 2020) ont dirigé des activités commerciales.

Continuer la lecture

Prix de thèse de Sénat 2022

Le Jury du Prix de thèse, réuni le 11 mai 2022 sous la présidence de M. Roger KAROUTCHI, Vice-Président du Sénat, a décerné le Prix de thèse du Sénat à :

M. Fabien GALLINELLA, pour sa thèse intitulée La République des Girondins. La pensée constitutionnelle d’une mouvance politique sous la Révolution, dirigée par M. Éric GASPARINI, professeur à l’université d’Aix Marseille.

Cette thèse sera publiée aux éditions DALLOZ, dans la collection Bibliothèque parlementaire et constitutionnelle

Plus d’informations : https://www.senat.fr/connaitre/prix_de_these/index.html

Les rapports religion et Etat

Cycle de conférences messines d’Histoire du droit. Conférences de M. Hugo Stahl, Maître de conférences à l’Université de Lorraine, Institut François Gény.

24 mai – 10h : “De la séparation du spirituel et du temporel aux théories gallicanes de l’indépendance de l’Eglise de France vis-à-vis de l’Eglise romaine”

25 mai – 10h : “De l’Eglise dans l’Etat aux Eglises hors de l’Etat”

27 mai – 10h : “La séparation de l’Etat et de l’Eglise : de la Première séparation à la loi de 1905”

École d’été PHEDRA

PHEDRA – Pour une histoire européenne du droit des affaires. École d’été – Domaine de Barthas (Castelnau-Magnoac),  29 juin-1er juillet 2022

Affiche Summer school PHEDRA

Programme Summer school PHEDRA

L’I.R.N. « PHEDRA – Pour une histoire européenne du droit des affaires » (https://phedraproject.wordpress.com) organise sa première école d’été au Domaine de Barthas (Castelnau-Magnoac) du 29 juin au 1er juillet 2022. Cette manifestation destinée à la formation doctorale et à l’échange international et intergénérationnel réunira une dizaine de jeunes chercheurs et une quinzaine de chercheurs confirmés de l’Europe entière, pour une réflexion méthodologique autour des sources de l’histoire européenne du droit des affaires.

Il s’agira de mettre en pratique, à travers les sujets de thèse des doctorants participant, les premiers résultats méthodologiques du programme PHEDRA concernant l’approche des sources en histoire européenne du droit des affaires. Cette dernière est marquée par des dynamiques de longue durée – tant dans ses aspects normatifs que discursifs – qui ont investi l’ensemble du continent en laissant des sillons homogènes et en influençant le développement des cultures juridiques contemporaines, lesquels méritent une confrontation approfondie et étendue, qui ne doit pas pour autant nier les ruptures historiques et les diversités géographiques. Dès lors, l’idée-force du programme consiste à travailler sur la longue durée (du Moyen Âge au xxie siècle) et au niveau continental (l’Europe lato sensu) de façon structurée, autour des trajectoires du développement du droit des affaires.

Un tel projet requiert de mobiliser des sources variées, non seulement en raison de l’étendue chronologique et géographique de PHEDRA, mais aussi compte tenu de son objet – le droit des affaires – qui nécessite d’aller bien au-delà des textes juridiques, déjà eux-mêmes marqués par leur diversité. Ainsi, au cours de différents ateliers animés par des chercheurs de toute l’Europe, les doctorants seront amenés à envisager les manières d’appréhender des documents comptables, des traités d’ars mercatoria, des dispositions législatives, des ouvrages doctrinaux, des représentations iconographiques, des actes de la pratique, tant manuscrits qu’imprimés, tant médiévaux et modernes que contemporains. Parmi les thèmes qui seront abordés à cette occasion, un focus sur les sociétés commerciales semble propice à la mise en perspective des enjeux du programme PHEDRA.

Outre ces ateliers, l’école d’été accueillera des conférences magistrales assurées par des chercheurs internationaux membres de l’International Research Network PHEDRA.

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

 

Exposition virtuelle Jacques Cujas

Retrouvez l’exposition virtuelle Jacques Cujas (1522-2022) : la fabrique d’un ‘grand juriste’

” A propos :

Cette exposition en ligne constitue l’un des volets d’un ensemble d’événements scientifiques organisés à l’occasion du cinquième centenaire de la naissance de Jacques Cujas (1522-1590). Intitulé Jacques Cujas (1522 – 2022). La fabrique d’un « grand juriste », ce programme de recherche comprend, outre la présente exposition virtuelle :

Le programme Jacques Cujas 1522 – 2022. La fabrique d’un « grand juriste », coordonné par Xavier Prévost et Alexandra Gottely qui assurent le commissariat de cette exposition en ligne”

Colloque: Sens et contresens

(Organisateurs : C. Lombez, Pr. Littérature Comparée, Nantes Université, B. Méniel, Pr. Littérature du XVIe s., Nantes Université)

Nantes Université, 26-27 octobre 2023.

Colloque « Sens et contresens » 

(Organisateurs : C. Lombez, Pr. Littérature Comparée, Nantes Université, B. Méniel, Pr. Littérature du XVIe s., Nantes Université)

Nantes Université, 26-27 octobre 2023

« Qu’est-ce donc que le sens ? D’où puis-je savoir que telle expression, tel mot, veulent dire ceci ou cela ? » se demande Georges-Arthur Goldschmidt dans À l’insu de Babel (2009). Par ces mots, l’auteur et traducteur franco-allemand pose plusieurs questions fondamentales touchant à l’origine et à la nature du sens ainsi qu’aux modalités de sa construction dans le processus de compréhension et d’interprétation. Hautement polysémiques, les notions de sens et de contresens (auxquelles on peut ajouter celles, au périmètre sémantique plus restreint, de faux-sens ou de non-sens) sont en outre emblématiques des méandres de toute démarche herméneutique et de ses incertitudes, s’il est vrai que « le sens, c’est ce qui peut se dire autrement » (Goldschmidt) ou encore, comme l’affirmait Blaise Pascal qu’« un même sens change selon les paroles qui l’expriment ».

Parler de contresens tend cependant à accréditer l’idée qu’il préexisterait un sens « juste » ou exact, qui se verrait confirmé car pris à rebours (on dit bien « aller à contresens ») par l’interprétation fautive d’un énoncé. Cette possibilité était déjà mise en doute par Paul Valéry lorsqu’il affirmait dans Variété III qu’« il n’y a pas de vrai sens d’un texte ». Par ailleurs, en l’absence d’un tertium comparationis qui permettrait d’attester de la pleine conformité du sens d’un énoncé, une telle hypothèse peut être périlleuse, car comme le constate Ludwig Wittgenstein dans sa Grammaire philosophique, on ne sait jamais vraiment, par définition, en adéquation avec quoi ou à rebours de quoi le sens se construit, ni sur quoi se fonde cette immédiate reconnaissance du « comprendre ». En outre, le contresens (ou contre-sens ?) est-il l’envers du sens, son opposé, ou bien lui-même un autre sens ? Y a-t-il une « beauté du contresens » pour reprendre d’expression de Philippe Forest dans son ouvrage éponyme, ou même une utilité ? Car le « malentendu » peut parfois se révéler fécond, ainsi que l’a souligné Pierre Hadot dans son article « Philosophie, exégèse et contresens » à propos des textes antiques. L’idée de contresens créateur ou « productif » peut ainsi nous aider à questionner l’acte même d’interprétation qui dépasse la compréhension du sens dénoté mais « est le domaine de la construction d’un sens connoté, des inférences, de ce qui n’est pas forcément contenu dans l’explicite du texte mais est activé ou construit par le lecteur » (Emmanuelle Bordon, L’interprétation des pictogrammes. Approche interactionnelle d’une sémiotique). Il faudra donc s’interroger aussi sur le rôle que joue ce dernier dans le processus herméneutique. La notion de « coopération interprétative » proposée par Umberto Eco dans Lector in fabula offre un outil d’analyse précieux pour appréhender cette question qui se pose aussi bien dans l’analyse et le commentaire des textes littéraires, théoriques ou philosophiques (comment et que comprend-on ?), que lors de la traduction littéraire interlinguale. Cas emblématique de « lecture-écriture » pour Henri Meschonnic (Poétique du traduire), traduire une langue en une autre met en effet au jour de façon exemplaire aussi bien les modalités de compréhension (du dénoté) que d’interprétation (du connoté) dans le transfert et la réception d’un texte étranger.

La notion de contresens trouve naturellement à s’appliquer au domaine de la traduction littéraire, mais elle est transposable en d’autres champs où intervient l’interprétation, tels que le droit et l’histoire. Les interprètes du droit romain sont passés maîtres dans l’art de proposer des étymologies fictives et de faire dire aux textes ce qu’ils ne disent pas tout à fait. Le juge peut commettre un contre-sens en interprétant la loi. Il s’agit là de mauvaises lectures de textes, mais la démarche herméneutique peut s’appliquer à un fait réel et elle est même inhérente à tout récit d’événement. Le témoin – par exemple un diariste, un journaliste ou un chroniqueur de son époque – peut se méprendre sur la signification à donner à ce qu’il constate, et il sera démenti par les historiens qui viendront après lui. Quels sont les mécanismes qui conduisent au contre-sens ? Celui-ci est-il toujours évitable, toujours infécond ? N’est-il pas parfois volontaire ? Et si le grand lecteur était celui qui se rendait capable de prendre un texte dans tous les sens simultanément?

Organisée dans le cadre de la thématique « Sens, savoirs, interprétation » du laboratoire LAMO (Littératures antiques et modernes), cette rencontre se propose d’explorer les mécanismes du sens (littéraire, philosophique, critique) et d’éclairer les modalités de son interprétation, à la lumière de nos propres pratiques exégétiques dans le domaine des SHS. 

Les propositions de communication pourront porter sur les thématiques suivantes (liste indicative) :

– biais herméneutiques

– sens et idéologie

– exégèse et contresens

– contresens et traduction littéraire

– cas de contresens créateurs

– contresens et comique

– contresens et écart culturel

Un résumé de 500 mots maximum et une brève notice biobibliographique sont à envoyer conjointement à Christine Lombez (christine.lombez@univ-nantes.fr) et Bruno Méniel (bruno.meniel@univ-nantes.fr) pour le 30 septembre 2022.

Les réponses seront données mi-janvier 2023.

Comité scientifique du colloque :

Jean-Louis Backès (Université Paris Sorbonne)

Béatrice Guion (Université de Strasbourg)

Xavier Godin (PR Histoire du droit, Nantes Université)

Pierre Maréchaux (PR Lettres Classiques, Nantes Université)

Alexis Tautou (MCF Etudes Germaniques, Université de Rennes 2)

Sophie Van der Meeren-Ferrari (PR Lettres Classiques, Université de Rennes 2)

Lien Fabula 

https://www.fabula.org/bo/suggestion-actualite.html?code=904dec0149c5d55ea03d6469ba2dfb18f9030b71