Des communautés aux États. Mélanges offerts à Michel Hébert, Memini, 19-20, 2016.

La Société des études médiévales du Québec publie dans sa dernière livraison un recueil d’articles en hommage au Professeur Michel Hébert (Professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal). Denis Menjot dans le texte de présentation résume parfaitement le cheminement géographique et scientifique du récipiendaire : « un médiéviste québécois en Provence : de Tarascon aux Parlements de l’Europe occidentale ». Les recherches des historiens du droit et des historiens sur la ville médiévale et les institutions urbaines, les fiscalités médiévales ou encore les assemblées représentatives ont grandement bénéficié des réflexions de Michel Hébert au cours de ces trente dernières années.

Des liens universitaires le lient à la France depuis la fin des années 1960 et il a depuis développé une très fine connaissance des archives du Midi mais aussi d’autres espaces en Europe. C’est aux diverses sources de la ville de Tarascon qu’il a d’abord porté son attention avec sa thèse soutenue en 1977 (Tarascon au XIVe siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, Edisud, 1979). Ce sont elles qui ont aiguisé son intérêt et guidé ses recherches vers la fiscalité tant urbaine que princière et les assemblées représentatives. Les premières lui ont naturellement permis de travailler en étroite collaboration avec les collègues français, espagnols et italiens au sein de travaux sur la fiscalité des villes au Moyen Âge pour l’Occident méditerranéen (4 volumes sous la direction de D. Menjot et M. Sanchez Martinez) ainsi qu’aux travaux du Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France. Les secondes, au terme d’une peregrinatio en Europe, ont abouti à la récente magistrale synthèse publiée dans la collection dirigée par Michel Humbert et Albert Rigaudière « Romanité et modernité du droit » (Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, De Boccard, 2014). Aux gouvernements municipaux, aux fiscalités, aux assemblées représentatives, des travaux tout aussi riches et stimulants ce sont aussi ajoutés sur la communication politique (Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, avec C. Boudreau, C. Gauvard et K. Fianu, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004) ou encore l’histoire sociale des pouvoirs.

Les 22 articles réunis en l’honneur de Michel Hébert empruntent des voies sur lesquelles il a cheminé mais aussi qu’il a contribué à ouvrir guidant alors vers de nouvelles pistes et s’attachant à la publication de sources aux Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (Documents inédits de l’histoire de France). Un voyage médiéval est ainsi proposé permettant de saisir divers espaces en Europe, des acteurs variés, des expressions de leur action ainsi que de leurs relations dans l’exercice du pouvoir.

La liste des travaux et des publications de Michel Hébert ainsi que les différents articles des Mélanges sont réunis et accessibles en ligne dans les volumes 19 et 20 de la revue Memini. Travaux et documents.

Sommaire

Geneviève DUMAS, Hommage à Michel Hébert

Denis MENJOT, Michel Hébert, un médiéviste québécois en Provence : de Tarascon aux Parlements de l’Europe occidentale

Travaux et publications de Michel Hébert

Assemblées représentatives et dialogue politique

Sylvie QUERE, Les assemblées représentatives en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge : un instrument de la gouvernementalité ?

Jean-Luc BONNAUD, La participation des officiers du comte de Provence et de Forcalquier aux assemblées des États (1347-1434)

Florent GARNIER, Les voix du dialogue politique.Une ville et des assemblées représentatives entre 1356 et 1358

Serge LUSIGNAN, Le parlement comme lieu d’expression de la xénophobie en Angleterre (ca. 1400-1450)

Noël COULET, Une assemblée de l’Estat dels senhors de la gleysa en Provence en 1455

Claire DOLAN, Le capitoulat, les élections et les corps et communautés à Toulouse (fin XVIIe – début XVIIIe siècle)

Communautés urbaines et finances publiques

Albert RIGAUDIERE, « Remonstrer que ladite place est commune et publicque et pour les usaiges communs édiffiée » (1499)

Marc BOONE, Marché libre, rendement collectif et intérêts privés, un trio infernal ? Les fermiers des assises de la ville de Gand à la fin du Moyen Âge

Thierry PECOUT, Un registre en italien du clavaire de Castellane

Paolo CAMMAROSANO, Fiscalità e eredità feudale nei primi Parlamenti (Inghilterra e Friuli, inizi secolo xiii – inizi secolo xiv)

John DRENDEL, The Modern State and the Economy in Provence and Southern France in the Early Fourteenth Century

Le prince, l’État et la communication politique

Benoît BEAUCAGE, L’expansion du pouvoir royal au sud de la Provence occidentale (vers 1250 – vers 1350) : les enquêtes générales à Martigues et dans les étangs

Henri BRESC, L’héritage frédéricien en Sicile (1250-1350)

Jean-Paul BOYER, Faire mémoire du roi. Le testament de Robert et son application en Provence

Lydwine SCORDIA, Il n’est pas sire de son pays qui de ses hommes est haï. Un proverbe sur l’amour et la haine du prince à la fin du Moyen Âge

Lyse ROY, “De lo bel acuel que li fon fach non es de stimar”. Les entrées du roi François ier et de la reine Claude de France à Marseille en 1516

La parole et l’écrit

Isabelle COCHELIN, Discussions au chapitre (IXe-XIe siècle) : la place (réelle et symbolique) de l’abbé était-elle si dominante?

Brigitte Miriam BEDOS-REZAK, S’inscrire tant dans le temps. Les chartes et l’éternité (IXe-XIIIe siècle)

Véronique OLIVIER, Paraître vrai et se vouloir vrai : La Vie de sainte Marthe de Tarascon et la notion de vérité historique au Moyen Âge

Bruno ROY, Thomas d’Aquin succède au régent Hélie Brunet. Les dessous de sa nomination à l’Université de Paris

Rinaldo COMBA, Griselda tra i pastori nel regno di Francia

Épilogue

Steven BEDNARSKI, Changing Landscapes : A Call for Renewed Approaches to Social History, Natural Environnement and Historical Climate in Late Medieval Provence

Florent Garnier