« Une histoire globale à échelle réduite » : normes et pratiques de marchands sépharades de Livourne (fin du XVIe s. – fin du XVIIIe s.)

Sous le titre Corail contre diamants. De la Méditerranée à l’océan Indien au XVIIIe siècle (Paris, Editions du Seuil, coll. L’Univers Historique, 2016), le travail de Francesca Trivellato édité aux Etats-Unis (The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, Yale University Press, 2009) a été récemment traduit par Guillaume Calafat et publié en France.

L’historien du droit pourra faire son miel de cet ouvrage qui nous fait voyager entre Méditerranée et océan Indien pour offrir au lecteur des clés de compréhension de la formation et du fonctionnement du « commerce interculturel ». Cette note de lecture n’a pas d’autres prétentions que de lui permettre de butiner dans cette riche et belle publication.

Histoire globale et histoire connectée. Voilà bien deux expressions qui sont sur le devant la scène historique tant française que mondiale. La Chaire d’Histoire globale de la première modernité occupée par Sanjay Subrahmanyam au Collège de France depuis 2013 en atteste. Il y a là d’abord un intérêt indéniable depuis quelques années de la part des chercheurs mais aussi des éditeurs qui proposent la traduction de travaux d’universitaires européens et étrangers. Le début des années 2010 a vu en France la parution d’ouvrages collectifs suggestifs autour notamment de Patrick Boucheron (par exemple Inventer le monde. Une histoire globale du XVe siècle, Paris, La Documentation française, 2012 ; Pour une histoire monde, Paris, PUF, 2013). Il y a ensuite des méthodes explorées ; elles sont discutées au sein de la communauté scientifique (voir par exemple la réception faite à J. Guldi, D. Armitage, The history manifesto, Cambridge University Press, 2014). Il y a enfin des paris réussis comme dans le cas de l’ouvrage de F. Trivellato qui propose « une histoire globale à échelle réduite ».

Trivellato rapproche ainsi la global history d’origine anglo-américaine et la micro-histoire développée en Italie (Ginzburg ; Levi). La première généralise, trace à grands traits des évolutions dans le temps et l’espace. La seconde serre au plus près un individu, une famille et détaille par le menu leur milieu. Deux approches que tout sépare : « on ne saurait imaginer de postures d’enquêtes et d’écriture plus dissemblables » (R. Bertrand, Avant-propos, p. 8-9). Pour autant, c’est à dépasser cette impossibilité que Trivellato s’est essayée. C’est aussi cela le métier d’historien, tenter et innover, en s’appuyant avec rigueur et méthode sur des sources riches et variées par leur contenu et dans l’espace (p. 371-372 pour une indication des fonds consultés en Italie, en France, en Espagne, en Angleterre, au Portugal, aux Pays-Bas et en Inde). Les sources mobilisées force l’admiration et témoignent de la grande maîtrise de l’auteur pour mener à bien sa démonstration tout le long des 10 chapitres qui nous font ainsi partager l’aventure commerciale de Juifs ibériques installés à Livourne depuis la fin du XVIe siècle. C’est en particulier, à l’histoire de deux associés sépharades (Ergas & Silvera) entre 1704 et 1747 et à leurs relations commerciales à partir de quelques 13670 copies de lettres que l’auteur porte son attention. Elle met à jour et analyse nombre de leurs contacts divers, de contextes évolutifs, de formes variées de relations mais aussi la capacité de ces marchands livournais à s’adapter, à tisser du lien et à créer de la confiance. Mêlant donc histoire globale et micro-histoire, elle s’intéresse ainsi aux « connexions à large rayon développées par les Sépharades… [et à la compréhension des] rouages du commerce interculturel… la manière dont il parvient à s’adapter aux différents pouvoirs politiques et économiques du temps » (p. 27).

Il ne saurait question ici de rendre compte dans le détail de ce riche ouvrage où les entrées sont multiples pour l’historien, l’économiste, l’anthropologue et le juriste. On pourra se reporter aux comptes rendus de G. Calafat (« Familles, réseaux et confiance dans l’économie de l’époque moderne », Annales, Histoire, sciences sociales, 2011, 66(2), p. 513-531) et de Corinne Maitte (Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012, 59(1), p. 131-133). Retenons simplement quelques lignes forces de cette histoire d’une des « diaspora négociantes au commerce de longue distance… [entre] omniprésence des contacts interculturels… [et] importance prise par des cadres normatifs assez rigides qui les organisent » (p. 359). Ainsi diverses questions et approches notionnelles sous-tendent cette étude. Que faut-il entendre par commerce interculturel ? Quelles en sont les formes et les nouveautés ? Qu’en est-il de l’importance d’une identité ethnique ou religieuse pour le développement de rapports de confiance propices au développement des affaires ? Comment s’exprime la tension entre d’une part une organisation communautaire reposant sur « des liens sociaux et des normes culturelles » et des institutions d’Etat favorisant la mise en place de « relations de marché impersonnelles » ? Elle interroge ainsi à nouveaux frais la notion de « diaspora marchande ». Elle propose de mobiliser l’idée de « cosmopolitisme communautaire » (p. 40) pour rendre compte de « l’expérience des marchands sépharades qui, à Livourne comme ailleurs, absorbent de multiples traditions et se mélangent à des non-Juifs, tout en vivant dans une société de corps qui sépare et hiérarchise les groupes sociaux » (Ibid). Elle développe enfin des propositions suggestives pour des études comparatives (p. 367).

De cette communauté et de l’association commerciale étudiée, trois éléments peuvent plus particulièrement retenir l’attention de l’historien du droit.

Tout d’abord c’est à l’historien du droit de la famille que ce travail fournit des informations intéressantes. Structure de la famille et utilisation de la dot sont deux aspects mis en lumière en ce qu’ils jouent un rôle dans l’organisation et le fonctionnement de l’activité commerciale. Les familles sépharades connaissent une structure patriarcale. Trivellato note que « les marchands sépharades de Livourne maintiennent des coutumes pour la plupart tombées en désuétude en Italie depuis la fin du Moyen Âge – en l’occurrence les mariages consanguins et les douaires – » (p. 180). Cette organisation familiale a alors une influence sur « la formation, la gestion et la transmission du capital de l’entreprise » (p. 363). C’est comme nous le dit l’auteur « la principale question » de son ouvrage : « à savoir comment les marchands sépharades parviennent à garantir la coopération de leurs proches, de leurs coreligionnaires et de parfaits étrangers afin de développer leurs réseaux marchands ». Ils mobilisent alors des normes relatives au statut personnel de cette minorité (mariage consanguin ; répartition en principe à parts égales du patrimoine entre les fils ; existence d’un douaire équivalent à 50 % de la dot, le tout étant géré par le mari ; lévirat). Elles sont utilisées pour assurer une garantie à l’activité commerciale de ses membres en fournissant un capital et des liquidités mais aussi en permettant de transmettre ce capital au sein de la famille. C’est ainsi que « les contrats de mariage se substituent d’une certaine façon aux contrats d’entreprise » (p. 188). La dot, comme le douaire, alors inaliénable est utilisée comme apport dans la constitution d’une société, forme à la fois de société familiale et de société commerciale en nom collectif (p. 184 sq). C’est là une forme préférée à l’accomandita, à la commenda et à la compagnia. En cas de faillite, la dot est protégée, comme le douaire, car échappant aux créanciers du mari (p. 347 sq). L’infortune marchande ne fait pas ainsi tomber la famille dans une difficulté insurmontable, elle dispose alors de la dot pour repartir de l’avant.

Ensuite, les pages relatives à la coopération commerciale nouée entre les marchands sépharades et leurs différents contacts dans le commerce avec l’océan Indien sont dignes d’intérêt pour l’historien du droit commercial. Avec le recours à la commission (p. 205 sq), ils développent leurs relations et des « réseaux de confiance mercantile » (p. 362). Ici comme ailleurs, peut-être plus qu’ailleurs, réputation, conduite et crédit sont nécessaires et indispensables pour établir confiance, obéissance et amitié sans lesquelles les rapports se nouent et se développent, les informations sont recueillies et orientent des choix. C’est à la découverte de l’établissement et de l’expression de ces rapports que Trivellato nous invite dans deux chapitres (« L’information économique et les fondements juridiques et sociaux de la coopération commerciale », p. 205 sq ; « Commerce interculturel et conventions épistolaires », p. 237 sq.). Les correspondances commerciales sont alors essentielles pour apprécier le jeu entre les acteurs, le respect de la confiance et les enjeux du commerce interculturel. Elles le sont d’autant plus à partir du moment où un document signé par un marchand est admis comme preuve devant une juridiction. Ces échanges épistolaires ont plusieurs fonctions : certifier des droits de propriété, être une source d’information sur l’état des marchés, recueillir des données sur les partenaires commerciaux, assurer la confidentialité d’échanges. Leur rédaction évolue en adoptant des conventions de plus en plus normalisées (p. 364). La formation et la diffusion de l’information économique sont aussi des plus importantes au XVIIe s. (p. 227 sq).

Enfin l’historien de la justice pourra être intéressé par les voies suivies par les marchands sépharades pour résoudre leurs différends. Ils disposent depuis les lois livourines au début des années 1590 d’une situation favorable bénéficiant d’une autonomie juridique et juridictionnelle certaine. Pour la résolution des conflits, ils mobilisent différentes voies avant de saisir le juge. La question posée est celle de savoir de quels moyens et de quelles contraintes ces marchands disposent pour que les accords soient respectés par des commissionnaires éloignés. Ils ont ainsi recours à des mandats, général ou spécial, des « réseaux d’interconnaissance », à l’arbitrage, au tribunal juif et en dernier recours, ils saisissent le juge séculier. Il y a de la part de ces marchands une « fuite » des tribunaux (p. 206). En certaines circonstances, ils ne peuvent pas faire autrement. C’est ce que révèle le dernier chapitre de l’ouvrage à propos de « l’affaire du gros diamant » (60 carats) qui met en relation d’affaires un Juif persan à Alep et les associés d’Ergas & Silvera en 1738. Ils essaient alors de vendre un tel diamant pendant plusieurs mois puis le contrat est modifié pour leur permettre de le présenter dans un « tour des sept provinces » entre mai 1741 et juin 1743 (Paris où une rencontre se tient avec le cardinal Fleury, Londres, Amsterdam puis éventuellement Leipzig, Berlin, Francfort-sur-l’Order et Vienne). Les associés sépharades en confient la mission à un homme qu’ils connaissent bien et qui reçoit mandat, devant notaire, de les représenter devant n’importe quel tribunal et de percevoir pour commission 1% du prix de vente. L’insuccès des premières étapes du voyage, l’évolution des relations avec leur associé resté à Alep, l’intervention de la cour suprême de Hollande et Zélande à La Haye à la demande de leur mandataire rendent les choses de plus en plus difficiles. Dans une lettre de mars 1742, les associés font savoir à leur mandataire que « nous n’avons jamais entendu dire qu’un magistrat passe une affaire à un autre pour voir les parties s’accorder ; une fois comparus au tribunal, on sait qu’aucun accommodement n’est possible entre les parties et il n’existe alors plus aucun remède » (p. 430). On consulte pour modifier les clauses du contrat initial. On suspecte l’associé alépin. On menace de saisir le juge. On décide de mettre fin au « tour des sept provinces » en mai 1743. On désigne trois arbitres pour statuer selon le droit juif et se concilier avec l’associé d’Alep. Celui-ci refuse le compromis et saisit le Magistrat Suprême de Florence qui désigne trois arbitres chrétiens. Ces derniers renvoient l’affaire devant la juridiction séculière de Livourne. Le « gros diamant » n’est toujours pas vendu ! Qu’adviendra-t-il aux associés ? Les dernières pages du bel ouvrage de Francesca Trivellato fournissent alors au lecteur le dénouement de cet épisode d’un temps où ces marchands sépharades livournais sont des acteurs de la « première mondialisation » (R. Bertrand).

L’auteur

Francesca Trivellato est professeur d’histoire économique et sociale de la Méditerranée moderne à l’Université de Yale. Elle a été conférencier invité au Collège de France sur la Chaire de Patrick Boucheron, Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe-XVIe s. et a donné une conférence « Le lien de crédit : droit, communauté et marché sous l’ancien régime » (6 octobre 2016)

Quelques indications bibliographiques :

R. Bertrand, L’Histoire à parts égales, Paris, Editions du Seuil, 2011.

C. Douki, Ph. Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? Introduction », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 5/2007 (n° 54-4bis), p. 7-21 (Voir)

S. Grunzinski, Les Quatre Parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

J.-L. Margolin, Cl. Markovits, Les Indes et l’Europe. Histoires connectées XVe-XXIe siècle, Paris, Gallimard, 2015.

S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History, 2 vol., Oxford, Oxford University Press, 2005.

ID., « Par-delà l’incommensurabilité : pour une histoire connectée des empires aux temps modernes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54 (4bis), 2007, p. 34-53.

F. Trivellato, Fondamenta dei Vetrai : Lavoro, Tecnologia e Mercato a Venezia Sei e Settecento, Rome, Donzelli, 2000.

ID., « Is there a Future for Italian Microhistory in the Age of Global History ? », Californian Italian Studies, 2011, 2(1), p. 1-24 (Voir)

Florent Garnier