A propos Florent Garnier

Professeur des Universités Directeur du Centre Toulousain d'Histoire du Droit et des Idées Politiques (EA 789)

Tables générales EHDIP 1997-2017

A l’occasion des 20 ans des Études d’Histoire du Droit et des Idées Politiques, le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques vient de publier les Tables générales 1997-2017.

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (E.A. 789) est né en 1995 de la fusion de deux centres de recherche, l’un spécialisé dans l’histoire du droit méridional, l’autre dans l’histoire des idées politiques. Deux ans plus tard, à l’initiative de Jean Bastier naissaient les Études d’histoire du droit et des idées politiques (EHDIP). Elles se sont pleinement développées sous la direction de Jacques Krynen.

Depuis vingt ans, grâce à l’aide précieuse des Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole et de leurs directeurs successifs André Cabanis et Olivier Devaux, les EHDIP ont trouvé pleinement leur place dans le paysage scientifique de l’histoire du droit français et européen. Identifiables depuis leur création à leur couverture jaune, elles ont récemment opéré une mue dont la présente couverture témoigne. L’esprit général demeure le même : accueillir les travaux d’historiens du droit mais aussi d’autres historiens et de juristes publicistes et privatistes. Aux juristes historiens de Toulouse se sont joints des collègues d’autres universités européennes et étrangères, témoignage de liens scientifiques réguliers et nourris au cours de ces dernières décennies. Les EHDIP ont réuni en vingt ans 219 auteurs. Doctorants, docteurs et enseignants-chercheurs toulousains mais aussi nombre d’autres collègues, en particulier belges, espagnols, français, hollandais et italiens, en lien avec l’Association française d’histoire des idées politiques ou la Société d’histoire du droit, particulièrement par l’entremise de Jacques Poumarède, ont contribué au succès de la collection.

Au fil des 24 numéros, différentes générations d’historiens du droit ont pu présenter les étapes de leur recherche. Cette collection est ainsi riche de thèses, d’actes de colloque nationaux et internationaux, de monographies ou encore de mélanges.

Lire la suite

Le parlement de Normandie, 1505-2015.

Le parlement de Normandie, 1515-2015, Cahiers historiques des Annales de droit, n° 3, Études coordonnées par Gilduin Davy, Virginie Lemonnier-Lesage, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2018.

« Le parlement de Normandie est l’une des principales institutions de l’histoire normande. Emblématique de l’héritage des ducs, l’Échiquier de Normandie, devenu perpétuel en 1499, puis parlement en 1515, forme avec la coutume l’épine dorsale du provincialisme juridique normand. C’est, à beaucoup d’égards, sur lui qu’au Moyen Âge et à l’époque moderne s’ancrait l’identité de l’ancien duché.

Cinq cents ans après sa naissance, le parlement demeure un objet de recherches, en dépit des nombreuses études qui lui furent consacrées aux XIXe et XXsiècles. Le présent ouvrage propose de croiser les regards disciplinaires pour s’approcher au plus près de l’institution, de son fonctionnement et de ses relations avec les autres institutions de la province. Une mise en perspective comparatiste confrontant le cas normand aux autres cours souveraines achève d’éclairer les zones d’ombre de ce pan du patrimoine juridique et institutionnel de la Normandie » (Présentation des auteurs).

Table des matières :

  • Éditorial. 1515-2015, propos introductif
  • Gilduin Davy, « L’œil du prince ou les origines de l’Échiquier de Normandie à travers la littérature historique du XVIIIe siècle »
  • Baptiste Étienne, « Transcription et annotation du Traicté de l’Eschiquier et Parlement de Normandie d’Alexandre Bigot de Monville »
  • Élisabeth Dandine, « Le parlement et les professionnels du droit aux XVIIe et XVIIIe siècles »
  • Virginie Lemonnier-Lesage, « Richesse des archives d’un huissier au parlement de Normandie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle »
  • Pistes de recherches dans le fonds Pluquet »
  • Jérôme Pigeon, « Le parlement et les intendants normands au XVIIIe siècle »
  • Sophie Poirey, « ‘Les juges ne doivent pas avoir trop d’affection pour les veuves !’ »
  • Olivier Chaline, « Le parlement de Rouen et la cour des comptes, aides et finances de Normandie »
  • Blandine Hervouët, « Les relations entre le parlement de Rouen et les tribunaux de bailliage au xviiie siècle : dépendance ou rivalité ?  »
  • Fabrice Desnos, « Constance et mutations de la justice criminelle »
  • David Feutry, « Robe du conseil et robes du palais »
  • Gauthier Aubert, « Rouen 1639-Rennes 1675 : deux révoltes, une seule histoire ?  »
  • Laurent Lemarchand, « Le rôle politique du parlement au début du XVIIIe siècle »
  • Jean-Christophe Foix, « La ‘contestation’ de l’absolutisme royal et l’idée de constitution »
  • Hervé Leuwers, « Mobiliser en contexte de crise »
  • Sabrina Michel, « Trois villes pour un parlement : les translations de la cour souveraine de Flandre »
  • Alain J. Lemaitre, « Le conseil souverain d’Alsace et la souveraineté du roi : oppositions et résistances institutionnelles »

Les anciens numéros de la collection : Cahiers historiques des Annales de droit

La Grande Guerre et son droit

La Grande Guerre et son droit, D. Deroussin (sous la direction de), collection Contextes. Culture du droit, L.G.D.J., 2018.

L’ouvrage réuni 23 contributions réparties en quatre parties : La doctrine juridique et la guerre ; Aspects de droit privé ; Aspects de droit public (droit interne et droit international), militaire et pénal (France et autres pays belligérants) ; A la frontière du droit public et du droit privé, où quand la guerre bouscule les catégories du droit.

Présentation de l’éditeur : « Si le centenaire de la Première Guerre mondiale a évidemment été l’occasion d’expositions et de manifestations scientifiques nombreuses, rares sont celles dont le droit a été l’objet exclusif. Tel est au contraire le parti pris de l’ouvrage aujourd’hui présenté au public, qui entend appréhender non seulement l’attitude des juristes face à la guerre, mais aussi la réaction des systèmes juridiques eux-mêmes, à travers des exemples tirés tant du droit privé que du droit public, dans le but de saisir le fonctionnement concret des règles de droit dans un contexte assurément particulier, la résistance des principales distinctions (droit privé/droit public), catégories (propriété privée) et notions juridiques et la solidité de certains principes juridiques (liberté contractuelle, intangibilité du contrat).

L’ouvrage s’adresse ainsi non seulement aux universitaires et étudiants des facultés de droit et d’histoire, mais aussi à tous ceux qui souhaitent découvrir comment les systèmes juridiques des principaux pays belligérants, confrontés à l’âpreté des combats et à l’enlisement d’un conflit dans lequel ils ne sont pas tous entrés de manière identique, ont entendu répondre aux divers défis qui leur étaient adressés.

Les contributions réunies dans ce volume, pour l’essentiel rédigées par des historiens du droit, montrent alors que, pour chacun de ces systèmes, les difficultés liées à la mobilisation, à la conduite des opérations militaires, au maintien de l’activité économique, au fonctionnement de la justice ou encore à la réparation des dommages de guerre, ont souvent été résolues au moyen de techniques pour une bonne part similaires, comme la mise en place d’un contrôle accru des activités économiques au moyen notamment de restrictions à la liberté contractuelle et à la liberté du commerce, le recours à la technique des moratoria ou, au contraire, le maintien de certains grands principes du droit contractuel, spécialement la force obligatoire du contrat. Elles montrent également que cette adaptation des systèmes juridiques au temps de guerre a souvent bénéficié de l’expérience passée (notamment le premier conflit franco-prussien de 1870) et que, sur certains points (réparation des dommages de guerre, encadrement accru du contrat de bail), elle laissera des traces bien après la fin des hostilités ».

Sous la direction de David Deroussin, avec les contributions de P. Allorant, Ph. Bouchardeau, P.-L. Boyer, A.-S. Chambost, F. Cherfouh, D. Deroussin, C. Drand, B. Durand, Fr. Gilson, J.-L. Halpérin, J. Hummel, J. Lafosse, E. Lemonidou, A. Mages, U. Pavan Dalla Torre, A. Péroz, G. Richard, G. Rubin, G. Sawicki, M. Wanaim, J. Zollmann.

Studies in the History of Law and Justice

La collection Studies in the History of Law and Justice vient de faire paraître sous la direction de Maria Gigliogla Di Renzo Villata plusieurs ouvrages collectifs en histoire du droit de la famille qui intéressent l’espace européen dans une perspective diachronique.

Family Law and Society in Europe from the Middle Ages to the Contemporary Era, M G. Di Renzo Villata, (Ed.), Studies in the History of Law and Justice 5, Springer, 2016, 374 p.

Succession Law, Practice and Society in Europe across the Centuries, M G. Di Renzo Villata, (Ed.), Studies in the History of Law and Justice 14, Springer, 2018, 659 p.

Sociologie et droit

Selon les propos de l’appel à communication « cette rencontre se propose très simplement de « un point », afin de présenter ce que ces sociologues historiques doivent au droit, pour replonger davantage la sociologie contemporaine dans son bain juridique initial ».

Pour prendre connaissance de l’appel à communication (ICI)

La vie savante

Colloque international, La vie savante. Vertus et limites d’une hypothèse de travail, les 30 et 31 mai 2018, Paris, EHESS.

Argumentaire du coordinateur du colloque (Nicolas Adell) :  » Ce que la science fait à la vie de celui qui la pratique : tel a été, durant les trois dernières années, l’axe problématique du programme de recherche « La vie savante. Vers un renouvellement du genre biographique dans les sciences studies » (VISA). Il consistait notamment dans l’élaboration d’un outil heuristique, la « vie savante », dont il s’agira ici de discuter les vertus et les limites. Les résultats de certaines enquêtes conduites dans le cadre du programme seront ici exposés et confrontés à d’autres travaux et démarches portant sur l’histoire et l’anthropologie des savants, et questionnant les usages de la biographie scientifique, de l’histoire des savoirs et des configurations savantes en général ».

Programme

Présentation

D’Aguesseau un célèbre inconnu ?

Dans le cadre des Entretiens d’Aguesseau, un colloque est organisé à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges autour des thématiques suivantes : D’Aguesseau juriste, D’Aguesseau politiste, D’Aguesseau et la postérité, D’Aguesseau homme privé.

Retrouvez le texte de l’appel et les modalités de propositions de communications (ICI)

 

Appel à communication Séminaire doctoral Martin de Azpilcueta (16 et 17 mai 2019)

Ve Séminaire doctoral Martin de Azpilcueta, Arca comunis, Toulouse, 16 et 17 mai 2019

Le réseau de recherche coopérative Arca Communis a pour objectif de favoriser la recherche, la diffusion des résultats et l’enseignement sur la fiscalité et les finances des temps médiévaux et modernes. Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques de Toulouse accueillera, les 16 et 17 mai 2019, le 5e Séminaire Martín de Azpilcueta, destiné aux doctorants et aux jeunes docteurs s’intéressant à l’histoire de la fiscalité ou aux questions connexes.

Ces séminaires sont conçus dans le double but de promouvoir la réflexion théorique et méthodologique des doctorants et des récents docteurs dont les travaux portent sur l’histoire de la fiscalité. Il s’agit aussi de faciliter l’échange d’opinions sur les travaux en cours, ainsi que d’encourager le débat scientifique après une présentation de leurs recherches. Ces discussions sont animées par des spécialistes du réseau Arca Comunis ou invités par celui-ci.

Le thème de l’appel à communication est Le contribuable.

Lire la suite

RHDFE n° 4-2017

Sommaire du n°4-2017 de la Revue historique de droit français et étranger

Articles :

Jakob Fortunat Stagi : L’ambiguïté existentielle du droit romain : une faille de la codification justinienne

Sophie Sédillot : Le comité d’avocats et la tutelle des communauté d’habitants en Picardie (1776-1790)

Alexandre Deroche, L’apanage royal à l’épreuve de la Révolution française : controverses juridique autour de la suppression

Alexis Mages, Enseigner le droit commercial à l’Académie de législation de Paris (1801-1806)

Pour les Comptes rendus, Revues, Nouvelles diverses et Ouvrages envoyés à la Direction de la Revue (Voir)

Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Appel à communication : Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Comité d’organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

Comité scientifique

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po), Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo), Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS), Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon), Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon) et Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

Appel à communication (ICI)

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

Argumentaire (Texte repris du document de l’appel à communication-

« Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

Lire la suite

Nouveauté : La fabrique des savoirs juridiques

Saluons la création d’un nouveau blog : La fabrique des savoirs juridiques / La fabbrica dei saperi giuridici animé par Frédéric Audren (CNRS – École de droit de Sciences Po) et Annamaria Monti (Università Bocconi, Milano)

https://makeknow.hypotheses.org/

Voici le texte de présentation par les auteurs du blog :

« Prolongeant Giuristi in rete, réseau franco-italien fondé en 2013 sur les circulations juridiques en Europe (Université Bocconi, École de droit de Sciences Po, Université de Bordeaux) qui a organisé plusieurs workshops entre 2013 et 2016, ce carnet de recherche souhaite rendre compte, de manière régulière, des recherches consacrées à l’histoire européenne des savoirs juridiques, c’est-à-dire à l’histoire de ses acteurs (professionnels et profanes), de ses lieux de production et de transmission (à commencer par les facultés de droit et les institutions judiciaires), de ses usages (savants, politiques, sociaux, etc.), de ses formes et ses outils (savoir-faire, écrits juridiques, bibliothèques, cultures épistémiques, etc.), de leurs disséminations et de leurs circulations dans l’espace et le temps.

Ce carnet s’adresse aux historiens et aux juristes engagés dans une histoire transnationale et comparative du droit mais aussi à toutes les personnes intéressées par l’histoire de l’enseignement supérieur et des savoirs. Ce champ de recherche est actuellement en plein essor et connaît l’organisation de nombreuses manifestations et la publication de nombreux travaux, nourris des derniers apports de l’histoire culturelle, de l’anthropologie historique,  de l’histoire sociale des savoirs ou encore des méthodes quantitatives.

Ce carnet pourra accueillir les appels à communication, les annonces de conférences, de colloques, de publications (ouvrages, revues et articles), la présentation des actions de formation doctorale, les annonces de soutenances de thèses, la mise en lumière de sources, la réalisation d’expositions virtuelles, les informations bibliographiques ou encore des entretiens avec des acteurs de ce champ.

Les objectifs de ce blog sont les suivants : 1°) centraliser autant que possible toutes les informations sur les travaux et les initiatives scientifiques, à l’échelle européenne, intéressant l’histoire des savoirs juridiques, tout particulièrement à l’histoire des facultés de droit, de l’enseignement juridique et des cultures académiques ; 2°) rendre plus visible les travaux dans ce domaine pour contribuer à une compréhension renouvelée des phénomènes normatifs, de la science et des pratiques juridiques dans l’histoire des sociétés européennes ; 3°) tenter de fédérer la communauté des chercheurs travaillant sur l’histoire des cultures et des savoirs juridiques, sur leurs acteurs, leurs institutions, leurs circulations et leurs transmissions; 4°) contribuer à doter ce champ de recherche d’un cadre théorique et d’outils méthodologiques renouvelés, d’approfondir de nouvelles hypothèses de recherche et de favoriser les échanges et des débats à un niveau européen.

Le blog est animé par des chercheurs européens investis dans le domaine de l’histoire des savoirs juridiques, des facultés de droit et la science juridique ».

PHEDRA – Pour une Histoire Européenne du DRoit des Affaires

PHEDRA – Pour une Histoire Européenne du DRoit des Affaires

Prenez connaissance du projet présenté et dirigé par Luisa Brunori (Chargé de Recherche HDR au CNRS, CHJ Centre d’Histoire Judiciaire – Université de Lille), Xavier Prévost (Professeur des Universités, Institut de recherche Montesquieu/CAHD – Université de Bordeaux) et Olivier Descamps (Professeur des Universités, IHD Institut d’Histoire du Droit – Université Paris 2 Panthéon-Assas).

« Droit particulier, mais droit universel, tel semble être le paradoxe apparent du droit des affaires. Ius proprium, il l’est évidemment : c’est le droit propre aux affaires. Pourtant, sa propension à l’universalité a clairement été mise en évidence : la dimension transfrontalière du droit des affaires se révèle précocement, conduisant à lui conférer une homogénéité et une porosité internationales qui n’ont pas d’égales. Cela est particulièrement vrai pour ce qui concerne l’Europe. Des dynamiques de longue durée dans l’évolution du droit des affaires – tant dans ses aspects normatifs que discursifs – ont investi l’ensemble du continent, laissant des sillons homogènes qui ont considérablement influencé le développement des cultures juridiques contemporaines, lesquels méritent, à nos yeux, une confrontation approfondie et étendue, qui ne doit pas pour autant nier les ruptures historiques et les diversités géographiques.

Cette dimension transfrontalière du ius mercatorum, lequel porte dans son nom même les caractères du particularisme juridique, a conduit certains juristes contemporains à parler de la lex mercatoria comme d’un ordre juridique « anational » (Filali Osman, Les principes généraux de la lex mercatoria : contribution à l’étude d’un ordre juridique anational, Paris, 1992).  Cette qualification par la négative a, selon nous, le défaut de faire abstraction du substrat culturel propre à l’espace européen – au-delà de ses seuls aspects juridiques – dans lequel le droit des affaires s’est façonné.

En effet, si ce droit profondément proprium a tendu vers l’uniformité à l’échelle européenne (Albrecht Cordes, « The search for a medieval Lex mercatoria », in Vito Piergiovanni (ed.), From Lex Mercatoria to Commercial Law, Berlin, 2005, p. 53-68), les raisons de ce phénomène ne peuvent pas, sans doute, être trouvées uniquement dans la force irréfrénable du marché. La seule analyse économique du droit des affaires ne saurait suffire à en comprendre les dynamiques.

Au-delà des raisons de praticité, il semble donc indispensable de s’interroger sur les ressorts historiques, culturels voire anthropologiques, qui pourraient permettre de dégager des caractères européens de l’évolution du droit des affaires. Il s’agit là d’un débat passionnant qui, loin d’être clos – malgré d’importantes contributions –, a récemment été rouvert de manière magistrale, dans une perspective d’ensemble, laquelle se demandait si le droit européen a une histoire (Alain Wijffels, Le droit européen a-t-il une histoire ? En a-t-il besoin ?, Paris, Fayard [Leçons inaugurales au Collège de France], 2017).

Partant de ces constats et de ces questionnements, nous souhaitons par conséquent lancer une réflexion d’ampleur sur l’histoire du droit des affaires à l’échelle européenne. L’idée-force consiste à travailler sur la longue durée (du Moyen Âge au XXIe siècle) et au niveau européen (Europe continentale et insulaire) de façon structurée, sur les trajectoires du développement du droit des affaires. Pour ce faire la constitution d’un groupe de travail stable et ramifié, permettant le développement dans le temps d’une réflexion approfondie et d’envergure, semble être l’instrument à la fois le plus efficace et le plus prometteur ».

Retrouvez le site PHEDRA (ICI)

Comité de direction : Luisa Brunori ; Xavier Prévost et Olivier Descamps

Conseil scientifique : David Deroussin (Professeur des universités, Université Lyon III Jean Moulin) ; Florent Garnier (Professeur des universités, CTHDIP – Université de Toulouse Capitole) ; Nicolas Laurent-Bonne (Professeur des universités, Centre Michel de l’Hospital – Université Clermont Auvergne) ; Alexis Mages (Professeur des universités, CREDIMI – Université de Bourgogne) ; Olivier Serra (Professeur des universités, IODE – Université de Rennes 1) ; Victor Simon (Maître de conférences, Université de Reims-Champagne Ardenne)

Colloque AFHIP : Pensée politique et propriété (17 et 18 mai 2018, Toulouse)

Pensée politique et propriété, colloque international de l’Association française d’histoire des idées politiques, 17 et 18 mai 2018 accueilli à l’Université Toulouse 1 Capitole par le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques

Programme

Dès la pensée grecque, la propriété devient un thème de réflexion jusqu’à devenir la clé d’un projet utopique avec Platon. À Rome, sur le plan juridique et politique, les lois agraires et leur corollaire, les lois frumentaires, cristallisent les oppositions politiques.

La pensée chrétienne ne constitue pas une révolution dans la mesure où elle prône le mépris des biens matériels, obstacles évidents à l’élévation spirituelle. Dans cet esprit, au Moyen Âge, l’Église augmente considérablement son patrimoine. Cependant saint Augustin puis saint Thomas apportent une vision assez différente de cette attitude critique.

À l’époque moderne, la propriété demeure objet de la pensée politique et juridique (les deux n’étant jamais disjoints sur ce sujet) du courant du droit naturel moderne qui commence avec l’École de Salamanque, inspirée par la réflexion de Sénèque « ad regem enim potestas omnium pertinet, ad singulos proprietas » (De Beneficiis, VII, 4), puis de Grotius jusqu’à Vattel qui insistent sur le droit de propriété privée attaché à chaque individu. Les penseurs qui n’appartiennent pas vraiment à ce courant de Hobbes à Rousseau, appuyés sur un contrat social qui garantit à chaque individu des droits sur les choses, traitent également de façon fondamentale la question de la propriété, de ses origines et de son encadrement nécessaire, par l’État et le droit public d’une part, par le droit privé d’autre part. Les Lumières, à la suite de Locke, conjuguent propriété et liberté et les physiocrates érigent le citoyen propriétaire en seul titulaire des droits politiques. Quant aux rédacteurs du Code civil, influencés par la philosophie sensualiste, ils font de la propriété « l’âme universelle de la législation ».

Lire la suite

RHFD n° 36

Parution du nouveau numéro de la Revue d’histoire des Facultés de droit et de la culture juridique, n° 36, 2016.

 

Didier Truchet, Quelques mots d’introduction, p. 11-13.
Benoît Plessix, Hommage à Jean-Jacques Bienvenu prononcé le samedi 28 janvier 2017 en l’église Saint-Honoré d’Eylau, p. 15-19. 

Lectures de… Histoire de l’état des juristes Allemagne, XIXe-XXe siècles
Avec les contributions de :
Pascale Gonod, p. 23-31.
Armel Le Divellec, p. 33-39.
Michaël Stolleis, p. 41-46.
Jean-Louis Halpérin, p. 47-52.

 

L’enseignement du droit dans les Oflags

Nader Hakim, Ecrire l’histoire de l’enseignement du droit dans les Oflags : mémoire, témoignages et narration historique, p. 55-66.
Catherine Lecomte, Quand la pensée juridique adoucit les affres d’une longue captivité, p. 67-82.
Jean-Louis Mestre, Témoignages sur les enseignements juridiques dans les Oflags IV D, XVII A et XVIII A, p. 83-105.
Pierre et Louis-Marie Gaudemet, Mener à bien son cursus de doctorat en droit public à l’Université de l’Oflag II D-II B (1940/1945) : le cas de Paul Marie Gaudemet, p.  107-116.
Brigitte Basdevant-Gaudemet, L’université de l’Oflag VIII F et le lieutenant Jean Gaudemet, p. 117-136.

Lire la suite