A propos Florent Garnier

Professeur des Universités Directeur du Centre Toulousain d'Histoire du Droit et des Idées Politiques (EA 789)

Penser le droit des biens hors la propriété

École nationale des chartes, 11 juin 2024, Journée organisée par Patrick Arabeyre et Katia Weidenfeld

Présentation

Le projet naît du constat que les instruments juridiques inédits imaginés pour pallier la déstabilisation que connaît aujourd’hui le droit de propriété exclusif apparaissent souvent comme des échos, plus ou moins lointains, à des formules employées, sous l’Ancien régime, avant l’émergence d’une propriété exclusive, mais aussi, aux XIXe et XXe siècles, pour en limiter les effets. C’est pourquoi nous avons souhaité rassembler, à l’occasion de cette journée d’études, des travaux menés sur diverses périodes, avec une approche privatiste ou publiciste, juriste ou historienne, mais qui ont en commun de mettre au jour de tels agencements.

Programme

  • 9h30 : accueil des participants
  • 9h50 : mot d’ouverture par Christophe Gauthier, directeur du Centre Jean-Mabillon
  • 10h : propos introductifs par Katia Weidenfeld et Patrick Arabeyre

Penser les droits sur les choses

Président de séance : Laurent Pfister (U. Paris 2).

  • 10h15 : Clément Tisserant (Bibliothèque de l’U. Caen-Normandie), « Fief et emphytéose dans la doctrine méridionale »
  • 10h35 : Eva Becquet (U. Paris 2), « Une forme d’organisation foncière dans la longue durée : le bail emphytéotique sous l’Ancien Régime »
  • 11h30 : Viviana Persi (U. Lille 2), « Les res nullius par l’image (manuscrits médiévaux du Corpus juris civilis) »
  • 11h50 : Xavier Prevost (U. Bordeaux), « Penser le droit des biens par l’amour selon le Cupido iurisperitus d’Étienne Forcadel (1553) »

Interroger la propriété exclusive

Président de séance : Jean-Louis Halpérin (ENS)

  • 14h : Aurelle Levasseur (U. Sorbonne Paris-Nord) : « Les concessions d’eau courante dans les immeubles parisiens jusqu’au début du premier Empire : de la propriété à l’abonnement »
  • 14h20 : Guillaume Richard (U. Paris-Cité) : « La propriété collective des groupements : petits arrangements avec le droit (XIXe siècle) »
  • 14h40 : Anne-Sophie Chambost (Sciences Po Lyon) : « Proudhon, un précurseur des communs ? »
  • 15h30 : Rémi Faivre-Faucompré (U. Picardie Jules Verne) : « Les divisions horizontales de l’immeuble à l’épreuve de la conception exclusive de la propriété (XIXeXXe siècles) »
  • 15h50 : Christian Hottin (CY Cergy-Pontoise Paris Université) et Lily Martinet (Ministère de la Culture) : « Le droit de propriété, une catégorie pertinente pour le patrimoine immatériel ? »
  • 16h30 : propos conclusifs par Katia Weidenfeld et Patrick Arabeyre

Inscription

Journée d’études d’histoire du droit et des institutions 2024 – SHDB

Journée d’études d’histoire du droit et des institutions, Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands.

MARDI 19 NOVEMBRE 2024, A PARTIR DE 9 HEURES – UNIVERSITÉ DE BOURGOGNE

Aucun thème n’est imposé. Les travaux porteront essentiellement sur l’histoire du droit et des institutions de l’Est et du Nord de la France, de la Suisse, et au-delà̀. Mais les chercheurs et particulièrement les jeunes chercheurs, pourront présenter leurs travaux quel qu’en soit le thème.  Les communications ont vocation à être publiées dans les Mémoires de la Société, après évaluation par le Comité de lecture de la revue.

Les propositions peuvent être envoyées pour soumission au Bureau dès à présent et jusqu’au 1er octobre 2024: karen.fiorentino@u-bourgogne.fr

APPEL SHDB A CONTRIBUTION 2024

SHDB – UFR de Droit, Sciences Économique et Politique – 4 boulevard Gabriel- BP 17270, 21000 DIJON

Séminaire Histoire, Droit et Économie (CTHDIP et FRAMESPA) : 9 avril 2024, conférences de Louis Genton et Luisa Brunori

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (Université Toulouse Capitole) et le laboratoire FRAMESPA (Université Toulouse Jean-Jaurès) présentent le Séminaire Histoire Droit Économie. Ce séminaire a pour objet d’inviter des historiens ou des historiens du droit afin de présenter des travaux ayant une dimension économique et juridique dans la longue durée (Moyen Âge – époque moderne). Une attention particulière est donnée aux typologies documentaires et à la présentation des corpus de sources. L’approche est interdisciplinaire destinée à renforcer le dialogue scientifique entre chercheurs d’établissements toulousains dans une dimension européenne et internationale.

Programme 2024 Histoire, Droit et Économie (CTHDIP-FRAMESPA)

Vendredi 5 avril 2024 : 9h, Séminaire hybride, Site Arsenal, Bibliothèque Germain Sicard salle AR 206, 2e étage bâtiment principal de l’Arsenal aile droite), Université Toulouse Capitole, 2 rue du Doyen Gabriel Marty

Louis GENTON (EHESS, LIER-FYT) : « Justinien à Saint-Germain-des-Prés. Droit romain et mise en ordre documentaire de la domination monastique (fin XIIe siècle – début XIIIe siècle) »

En addition à la campagne de rédaction originelle du cartulaire des Trois Croix, premier livre de ce type conservé dans les archives de l’abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés, un scribe a transcrit un extrait brut du Code de Justinien aux environ de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle. Cette mobilisation d’un extrait du Corpus Iuris Civilis dans un recueil d’écrits de la pratique est chose rare dans les milieux ecclésiastiques du Nord de la France. Cette présentation, qui sera l’occasion d’insister sur la porosité entre droit savant et écrits pratiques, montrera qu’un tel recours au droit civil s’inscrit dans le cadre d’une mise en ordre documentaire de la domination des moines de Saint-Germain. Cette mutation s’opère dans un contexte global de division juridique de la propriété, et, plus particulièrement pour le cas de l’abbaye, dans une période de reconstruction économique de son patrimoine.

Luisa BRUNORI (CNRS, ENS) : « Signification juridique et signification économique du capital dans les contrats de la société commerciale Siglo de Oro »

Les archives notariales de Séville conservent un grand nombre de sources très utiles pour l’étude du droit économique des débuts de l’époque moderne. Parmi elles, les contrats de société commerciale sont d’un immense intérêt pour comprendre le passage du modèle juridico-économique de la société de personnes au modèle de la société de capitaux. La lecture de ces contrats montre comment la pratique commerciale a rapidement identifié des modèles juridiques qui valorisent le rôle économique du capital social, malgré les limites dues à la structuration romano-médiévale de ce contrat.

Informations et inscription

Cours au Collège de France Dario Mantovani (à partir du 6 mars 2024)

Dire autre chose pour dire le droit. Introduction aux métaphores comme outil de pensée dans la Rome antique, Dario Mantovani, Chaire Droit, culture et société de la Rome antique

Résumé

” La métaphore est le transport d’un mot de sa signification propre à une autre signification. Par elle, on exprime une idée au moyen d’un terme qui normalement en désigne une autre.

Il s’agit parfois d’une façon de rendre le discours plus élégant. D’autres fois, cela répond à une nécessité, parce qu’on manque de mots pour décrire de façon assez claire ce dont on veut parler.

Les sciences sont riches en métaphores et, plus largement, de tropes. Cela vaut aussi pour le droit, alors qu’on s’attendrait au contraire pour cette langue de précision. Mais le droit n’existe pas à l’état naturel : c’est une technique développée par les sociétés humaines pour réduire les conflits. Et justement, comme la plupart des figures juridiques n’existent pas à l’état naturel, pour les rendre plus compréhensibles, il faut les rapprocher de ce qui constitue déjà notre expérience, notamment le corps et ses parties. C’est une façon d’insérer l’indicible dans un cadre familier et, par ce biais, de l’appréhender.

C’est pourquoi souvent on parle d’autre chose pour parler de droit, en recourant à des métaphores et à d’autres tropes, comme lorsque les juristes romains disent « L’esclave ayant été manumis ne perd pas sa tête, parce qu’il n’avait pas de tête ». Un propos apparemment bizarre, mais qui avait une signification précise dans la langue juridique.

Quintilien, maître de l’art du discours, notait que nous avons tous recours à des métaphores, sans en être toujours conscients. C’est à ce même résultat que la linguistique cognitiviste est parvenue ces dernières décennies, notamment avec le livre fondateur de Lakoff et Johnson. Les métaphores – nous expliquent-ils – sont dans la vie quotidienne. Ce qui fait tout leur intérêt est que souvent, sous une métaphore, on devine un concept plus profond, voire une façon de concevoir le monde : par exemple, considérer le temps comme de l’argent ou un procès comme une bataille ou une loi comme pourvue de volonté. C’est en suivant cette voie, qui considère la métaphore corporelle comme un détecteur de modèles culturels, que le cours tentera de pénétrer la mentalité des juristes romains, de remonter à l’origine du droit, et au fond aussi de réfléchir à notre propre façon de penser la justice. Ce premier cours introduira le cadre méthodologique”

Programme

Amphithéâtre Maurice Halbwachs, Site Marcelin Berthelot
14h30 à 15h30

Séminaire 2024 Histoire, Droit et Économie (CTHDIP-FRAMESPA)

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (Université Toulouse Capitole) et le laboratoire FRAMESPA (Université Toulouse Jean-Jaurès) présentent le Séminaire Histoire Droit Économie. Ce séminaire a pour objet d’inviter des historiens ou des historiens du droit afin de présenter des travaux ayant une dimension économique et juridique dans la longue durée (Moyen Âge – époque moderne). Une attention particulière est donnée aux typologies documentaires et à la présentation des corpus de sources. L’approche est interdisciplinaire destinée à renforcer le dialogue scientifique entre chercheurs d’établissements toulousains dans une dimension européenne et internationale.

Programme 2024 Histoire, Droit et Économie (CTHDIP-FRAMESPA)

Conférence de Daniel L. Smail (Harvard University), 9 février 2024 à 10 h, Bibliothèque d’études méridionales, 56 rue du Taur.

« Madeleine, prêteuse-sur-gage : esclavage et femmes créancières de Marseille à la fin du Moyen Âge »

Cette communication se situe au carrefour de deux champs de recherche isolés l’un de l’autre : d’une part, les études sur le crédit à petite échelle, surtout le crédit organisé par les femmes créancières, et de l’autre, l’esclavage féminin dans les villes méditerranéennes des XIVe et XVe siècles. Cette communication vise à éclairer le sujet par la micro-histoire d’une femme-esclave, Madeleine Coline, qui avait été arrachée des mains de son ancien maître, en 1387, au cours d’une escarmouche dans les guerres de succession angevine, puis amenée à Marseille où elle était tenue comme esclave par un charpentier naval pendant une période de douze ans. Bien que plusieurs détails de sa biographie demeurent dans l’ombre, il est clair qu’elle a bénéficié d’une formation de prêteuse-sur-gage grâce au mécénat de certaines femmes du quartier ; de plus, son statut de femme créancière a clairement favorisé sa poursuite de la liberté.

Conférence de Charlotte Broussy, Histoire du contrat d’assurance, de la mer à la terre

Conférence autour de son ouvrage Histoire du contrat d’assurance (XVIe-XXe s.), De la mer à la terre, le 1er février 2024 à 11 h en salle Germain Sicard.

Charlotte Broussy est actuellement maître de conférences en Histoire du droit et des institutions à Montpellier et membre du laboratoire Institut d’Histoire.
Charlotte Broussy a consacré une thèse à l’Histoire du contrat d’assurance (XVIe-XXe siècles), soutenue en 2016. Cette thèse, publiée aux éditions LGDJ, lui a valu de nombreuses distinctions parmi lesquelles le Prix Pierre-Paul Viard 2017 (prix de thèse de l’Académie française) et le Prix Ourliac 2017 (prix de thèse de l’Académie de législation de Toulouse).

Conférences de Denis Salas, 1er et 2 février 2024

Conférences de Denis Salas organisées par le CTHDIP, Faculté de droit de Toulouse, 1er et 2 février 2024

Un pouvoir judiciaire en France ?“, Jeudi 1er février à 14h, Manufacture des Tabacs (Amphi MS001)

Les grands procès du terrorisme : quels enseignements ?“, vendredi 2 février à 10 h,  Arsenal (Amphi Maury)

Ancien juge, Denis Salas enseigne à l’École nationale de la magistrature et dirige la revue Les Cahiers de la Justice. Il préside l’Association française pour l’histoire de la justice. Il a publié aux éditions Michalon Albert Camus. La justice révolte, Kafka. Le combat avec la loi et, avec Antoine Garapon, Imaginer la loi. Le droit dans la littérature.

Son dernier ouvrage, Le déni du viol, est paru aux éditions Michalon et sera présenté à la librairie toulousaine Ombres blanches le 2 février à 18h.

Inscription en ligne obligatoire

Webinaire Histoire du droit 2.0 Nouvelles sources, nouveaux supports de diffusion, nouvelles écritures

Histoire du Droit 2.0. Nouvelles sources, nouveaux supports de diffusion, nouvelles écritures, webinaire organisé par Louise Testot-Ferry (CTHDIP) et Ninon Maillard (Université Paris Nanterre) du 1er février 2024 au 16 mai 2024

hdd2.0_affiche

Programme Histoire du droit 2.0 et contacts

Lien de la visio-conférence
https://meet.google.com/inc-nfrd-cjx

Les actualités des prochaines semaines du CTHDIP

Colloque Thomisme et droit, huit siècles d’histoire, 25 et 26 janvier 2024

Thomisme et droit, huit siècles d’histoire, colloque organisé par le CTHDIP (Université Toulouse Capitole), le Themis-Um (Le Mans Université) et l’IRJS (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) sous la direction de Cyrille Dounot (UT Capitole) et Pierre-Louis Boyer (Le Mans Université), 25 et 26 janvier 2024, Amphithéâtre Maury

thomisme_bandeau

Programme

Les actualités des prochaines semaines du CTHDIP

Conférences doctorales du CTHDIP, 22 et 23 janvier 2024

Le CTHDIP et la section d’histoire du droit de l’université Toulouse Capitole accueillent deux professeurs invités en 2024. Ils prononceront notamment une conférence doctorale les 22 et 23 janvier.

22 janvier 2024 à 17 h Salle des thèses

“Pourquoi un serf n’est pas un esclave. Les hommes et la terre dans l’imagniaire juridique médiéval”, conférence doctorale du CTHDIP donnée par le Pr Emanuele Conte (LIER/EHESS), professeur titulaire d’histoire du droit à l’Université Roma Tre (Italie) et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris)

23 janvier 2024 à 17 h Bibliothèque Germain Sicard

“Avocats et juges dans les Indes (Nouveau Monde)”, conférence doctorale du CTHDIP d’Óscar Cruz Barney (IRJ/UNAM), avocat spécialisé en droit commercial international et en arbitrage commercial.

Les actualités des prochaines semaines du CTHDIP

 

PHEDRA, appel à candidatures, École d’été internationale 2014

PHEDRA – Pour une Histoire Européenne du DRoit des Affaires

Appel à candidatures

École d’été internationale 2024

25 – 28 juin 2024, La Rábida, Palos de la Frontera, Espagne

L’International Research Network  I.R.N. PHEDRA organise sa deuxième École d’été à La Rábida (Palos de la Frontera, Espagne) du 25 au 28 juin 2024.

L’objectif de l’École est d’offrir une occasion privilégiée pour les doctorants et les jeunes post-doc de présenter leurs recherches en cours devant un groupe de spécialistes de l’histoire du droit des affaires.

Le projet PHEDRA s’intéresse à l’histoire du droit des affaires, de l’Antiquité à nos jours, en se concentrant sur les normes et les pratiques qui se sont développées à travers l’Europe participant à la transformation des sociétés et façonnant le monde des affaires. Le projet s’intéresse particulièrement aux sources utilisées pour retracer et reconstruire l’évolution du droit commercial, en accordant une attention particulière au contexte culturel qui constitue son “écosystème juridique européen“.

L’École d’été s’adresse aux doctorants et aux jeunes post-docs qui travaillent sur des sujets liés à l’histoire du droit des affaires dans le cadre chronologique et géographique du projet PHEDRA.

L’ouverture aux sciences sociales étant l’un des piliers méthodologiques de PHEDRA, les organisateurs encouragent non seulement la candidature des doctorants et des jeunes post-doctorants en histoire du droit, mais aussi celle des jeunes historiens, économistes et jeunes chercheurs en sciences sociales en général.

La l’École d’été PHEDRA a pour objectif créer le cadre pour des discussions interdisciplinaires stimulantes dans une atmosphère intellectuelle internationale et amicale.

 

Tous les frais de voyage, d’hébergement et les repas des participants

seront pris en charge par l’organisation.

Structure des sessions

L’un des principaux objectifs de l’École d’été est de créer une expérience académique fructeuse et stimulante pour tous les doctorants et les jeunes post-doc.

Une large place sera accordée à la présentation et à la discussion des travaux de recherche des doctorants et des jeunes post-doctorants.

Chaque session comprendra également une conférence ou un atelier animé par un ou plusieurs membres de l’équipe pédagogique.

L’objectif principal de l’École d’été étant de fournir un retour utile aux doctorants et aux jeunes chercheurs, la structure des sessions privilégie les discussions plutôt que les longues présentations.

 L’équipe pédagogique de l’école d’été PHEDRA 2024 :

Anja Amend-Traut – Université Julius-Maximilians de Würzburg

Luisa Brunori – Cnrs/École Normale Supérieure/Université Paris Nanterre

Giovanni Chiodi – Université de Milano Bicocca

Olivier Descamps – Université Paris Panthéon-Assas

Dave De ruysscher – Tilburg University

Ana Belem Fernández Castro – Scuola Superiore Meridionale, Naples

Florent Garnier – Université Toulouse Capitole

Stefania Gialdroni – Université de Padoue

Ron Harris – Université de Tel Aviv

Dario Mantovani – Collège de France

Georges Martyn – Université de Gand

Annamaria Monti – Università Statale di Milano

Carlos Petit Calvo – Université de Huelva

Heikki Pihlajamäki – Helsinki University

Xavier Prévost – Université de Bordeaux – IUF

Guido Rossi – Université d’Edimburgh/Université de Palerme

Date et lieux

L’École d’été PHEDRA aura lieu du mardi 25 au vendredi 28 juin 2024, à l’Université internationale d’Andalousie, à La Rábida, Palos de la Frontera, Espagne.

Remboursement des frais de voyage et de logement :

Tous les frais de voyage des participants seront remboursés.

L’hébergement et les repas, du dîner du 25 juin au petit déjeuner du 28 juin, seront entièrement pris en charge par l’organisation.

PHEDRA encourage la mobilité soutenable des chercheurs : dans la mesure du possible, les participants sont priés de préférer les voyages en train aux voyages en avion.

Comment poser sa candidature :

Les candidats devront envoyer un CV et un résumé de leur thèse de doctorat (maximum 1 page) à l’adresse phedrasummerschool@gmail.com

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 31 janvier 2024.

Les candidats acceptés seront informés au plus tard le 15 février 2024.

Toutes les informations sur : https://phedraproject.wordpress.com/the-phedras-summer-school-29-6-1-7-2022/

Exposition virtuelle : Des facultés sur le front du droit (traduction en allemand et en anglais)

Des facultés sur le front du droit. Les facultés de droit dans la Grande Guerre (Exposition virtuelle)

Nous vous invitons à découvrir désormais en français/anglais/allemand l’exposition sur les facultés sur le front du droit pendant la Grande Guerre.

Le projet bénéficie du soutien de CollEx-Persée

On l’ignore souvent mais les facultés de droit furent des acteurs à part entière de la Première Guerre mondiale, impliquées comme l’ensemble des sociétés européennes dont elles formaient une partie de la jeunesse. Elles furent d’emblée mobilisées du côté de l’Entente au service d’une « guerre du droit » qui opposait un « modèle juridique libéral » érigé par certains de ses acteurs contre le « droit du plus fort » assigné aux revendications de l’ennemi allemand. Saisie à travers le prisme facultaire, cette « guerre du droit » traduit l’engagement des juristes, tant individuel que collectif.

Dans un dispositif conçu pour en permettre l’expansion, l’exposition virtuelle Des facultés sur le front du droit se propose de comprendre la Grande Guerre à travers la communauté des juristes (étudiants et professeurs) qui évoluaient dans les facultés de droit, françaises et européennes. Elle les suit de leur mobilisation dans la guerre (du droit) jusqu’à leur engagement mémoriel et pour la construction de la paix. Si à ce stade la perspective est celle de la France et de ses alliés, des prolongements sont bienvenus pour sonder la manière dont les facultés de la Triple Alliance et leurs membres participèrent de leur côté à l’effort de guerre.

Es wird oft übersehen, dass die juristischen Fakultäten – wie die gesamten europäischen Gesellschaften, deren Jugend sie zum Teil ausbildeten – vollwertige Akteure des Ersten Weltkriegs waren. Auf Seiten der Entente wurden sie von Anfang an mobilisiert, um einen „Krieg des Rechts“ zu führen, bei dem ein „liberales Rechtsmodell“, das von einigen ihrer Akteure propagiert wurde, gegen das “Recht des Stärkeren” ausgespielt wurde, das den Forderungen des deutschen Feindes zugeschrieben wurde. Durch das Prisma der Fakultät betrachtet, spiegelt dieser “Krieg des Rechts” das individuelle und kollektive Engagement der Juristen wider.

Die Online-Ausstellung „Fakultäten an der Front des Rechts” ist so konzipiert, dass sie erweitert werden kann. Sie soll den Ersten Weltkrieg über die Gemeinschaft der Juristen (Studenten und Professoren), die an den französischen und europäischen Rechtsfakultäten tätig waren, verständlich machen. Sie folgt ihnen von ihrer Mobilisierung im Krieg (des Rechts) bis hin zu ihrem Engagement für das Gedenken und die Errichtung des Friedens. Zwar ist die Perspektive vorerst die Frankreichs und seiner Verbündeten, jedoch sind Erweiterungen der Austellung willkommen, um zu untersuchen, wie die Fakultäten des Dreibunds und ihre Mitglieder sich ihrerseits an den Kriegsanstrengungen beteiligten.

Da das Ziel letztendlich darin besteht, den gesamten europäischen Raum zu erfassen, der von diesem tragischen Moment der Weltgeschichte betroffen war, wurde die Übersetzung der gesamten Ausstellung in Angriff genommen. Wir laden Sie zu einem Rundgang in französischer/englischer/deutscher Sprache durch die dunklen Stunden der Fakultäten an der Front des „Krieges des Rechts“ ein

It’s often overlooked, but law faculties were players in their own right in the First World War, involved like the rest of European society, part of whose youth they were shaping. From the outset, they were mobilized, on the Triple Entente side, in the service of a “war for right” that pitted a “liberal legal model” erected by some of its players against the “right of the strongest” assigned to the claims of the German enemy. Seen through the prism of the faculty, this “war for right” reflects the commitment of jurists, both individually and collectively.

Designed to enable wider participation, the online exhibition “Faculties on the front line for right” seeks to understand the Great War through the eyes of the legal community (students and professors) who worked in French and European law faculties. It follows them from their mobilization in the (legal) war to their commitment to remembrance and peace-building. While the perspective at this stage is that of France and its allies, extensions are welcome to explore how Triple Alliance faculties and their members participated in the war effort.

With the ultimate aim of covering the whole of Europe concerned by this tragic episode in world history, we have begun the process of translating the entire exhibition. We invite you to stroll in French/English/German through the dark hours of the faculties on the front line of the “war for right

L’exposition Des facultés sur le front du droit explore l’engagement de l’institution, de ses personnels et de ses étudiants ainsi que des bibliothèques. Après Paris, Toulouse, Lyon, Bordeaux et Lille, elle s’enrichit de l’histoire de facultés de droit en Belgique en association avec le Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique (CHDAJ) de l’Université Libre de Bruxelles.

Bonne découverte (Anne-Sophie Chambost, Florent Garnier et Alexandra Gottely).

 

L’Enseignement des droits de l’homme dans les Facultés de droit

Journée d’étude organisée le 10 novembre 2023 à l’Université Grenoble-Alpes (Auditorium du bâtiment IMAG, 150 place du Torrent, 38400 Saint-Martin-d’Hères ; il est possible de suivre à distance) par le Centre de Recherche Juridique de Grenoble et le Centre d’Etudes sur la Sécurité Internationale et les Coopérations Européennes, en partenariat avec la Société pour l’histoire des Facultés de droit et de la culture juridique. Organisé par Pierre Bonin, Martial Mathieu et Romain Tinière, associe le CESICE et le CRJ,

Inscription demandée sur : https://framaforms.org/journee-detudes-lenseignement-des-droits-de-lhomme-dans-les-facultes-1695747631
Contact (pour suivre la manifestation à distance) : cesice@univ-grenoble-alpes.fr et crj@univ-grenoble-alpes.fr

9h – Ouverture, par Jean-Christophe Videlin, doyen de la Faculté de droit de Grenoble ; et les Directions du CRJ et du CESICE.
9h15 – Introduction, par Martial Mathieu, professeur, Université Grenoble Alpes.

L’émergence d’un enseignement autonome
Sous la présidence de Martial Mathieu, professeur à l’Université Grenoble-Alpes.
9h30 – La place des libertés au sein des enseignements de droit public avant 1954, par Guillaume Richard, professeur à l’Université Paris Cité.
9h50 – L’autonomisation de la matière : le cours de libertés publiques, par Xavier Dupré de Boulois, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
10h10 – Débat et pause.

La diversification de l’enseignement des droits de l’homme
Sous la présidence d’Henri Oberdorff, professeur émérite de l’Université Grenoble-Alpes.
11h – L’intégration de la dimension inter­nationale des droits de l’homme dans les enseignements, par Colombine Madelaine, maîtresse de conférences à l’Université de Tours.
11h20 – Cartographie de l’enseignement des droits et libertés en 2023, par Serge Slama, professeur à l’Université Grenoble Alpes.
11h40 – Débat.
12h30 -14h – Pause déjeuner.

Table ronde : retour d’expérience(s)
Modérateur : Romain Tinière, professeur à l’Université Grenoble-Alpes.
14h00, avec :
Danièle Lochak, professeure émérite de l’Université Paris Nanterre ;
Frédéric Sudre, professeur émérite de l’Université de Montpellier ;
Henri Oberdorff, professeur émérite de l’Université Grenoble Alpes.
15h15 – Pause.

Table ronde : bilan critique
Modérateur : Xavier Dupré de Boulois, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
15h30, avec :
Stéphanie Hennette-Vauchez, professeure à l’Université Paris Nanterre ;
Amélie Imbert, maîtresse de conférences à l’Université Grenoble Alpes ;
Xavier Souvignet, professeur à l’Université Lumière Lyon 2.
17h – Clôture et fin de la journée.