A propos Florent Garnier

Professeur des Universités Directeur du Centre Toulousain d'Histoire du Droit et des Idées Politiques (EA 789)

Marc Desserteaux (1885-1949) ou la postérité de la rénovation de la science juridique

Conférence par Alexis Mages (Professeur à l’Université de Bourgogne), Marc Desserteaux (1885-1949) ou la postérité de la rénovation de la science juridique, jeudi 21 novembre 2019 à 18 h, salle du Conseil Droit.

Affiche de la conférence dans le cadre de Doctrine et innovation (sous la direction du Professeur Jean-François Hamelin)

Présentation du conférencier Alexis Mages

 

 

Des facultés sur le front du droit : mise à jour de l’exposition virtuelle

Des facultés sur le front du droit : exposition virtuelle (mise à jour)

Voici un an, le 11 novembre 2018, l’exposition virtuelle (Des facultés sur le front du droit. Paris et Toulouse dans la Grande Guerre) était mise en ligne. Elle a été pensée dès son origine comme pouvant accueillir des contributions qui intéressent d’autres facultés de droit françaises. À partir d’un premier regard croisé entre Paris et Toulouse, l’objectif est de pouvoir couvrir l’ensemble de l’espace français puis européen et de mobiliser ainsi toutes les bonnes volontés pour enrichir les points de vue.

L’exposition est structurée selon deux axes : des articles autour de quatre thèmes (Des institutions dans la Grande Guerre ; Des hommes engagés dans le conflit ; Des mobilisations dans la guerre du droit ; Guerre et paix) et neuf galeries en lien avec ces articles. Elles mettent à disposition nombre de documents qu’elles proposent de faire découvrir ou redécouvrir.

L’exposition propose des pistes de lectures mais laisse une grande liberté de visite  pour déambuler au gré de la curiosité de l’internaute en répondant à la question : que s’est-il passé, concrètement et scientifiquement, dans les facultés de droit pendant la Première Guerre mondiale ?

L’exposition virtuelle bénéficie désormais de nouveaux développements pour la faculté de droit de Lyon avec la participation du professeur Catherine Fillon. Une prochaine mise en ligne fera état de nouvelles recherches pour la faculté de droit de Bordeaux.

Pour la faculté de droit de Lyon, l’exposition virtuelle propose la présentation de la situation des étudiants lyonnais, de la mobilisation professorale ainsi que l’engagement des juristes après-guerre pour la promotion de la paix par le droit. Les galeries de l’exposition sont également enrichies avec des documents lyonnais, par exemple avec des lettres de Paul Huvelin pour la constitution de la bibliothèque de droit comparé en 1921 ou des extraits de délibérations des registres du Conseil de l’Université en 1930 pour la “Chaire d’organisation de la paix”.

Retrouvez l’exposition mise à jour

Commissariat : Anne-Sophie Chambost (Université Jean Monnet), Alexandra Gottely (Bibliothèque interuniversitaire Cujas) et Florent Garnier (Université Toulouse Capitole)

Cette exposition fait partie d’un ensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. (Université Toulouse Capitole) et associant pour cette exposition virtuelle le CERCRID (UMR 5137, Université Jean Monnet) et la Bibliothèque interuniversitaire Cujas. L’exposition a bénéficié du Label de la Mission Centenaire.

Régimes dynastiques et modernité politique

Séminaires de l’EHESS sous la direction de Fanny Cosandey et Pierre Bonin

Du jeudi 7 novembre 2019 au 7 mai 2020. Le séminaire se déroule les 1er, 3et 5e jeudis du mois, de 17 à 19 h, du 7 novembre 2019 au 7 mai 2020 (Salle A-4-47, 54 Boulevard Raspail, 75006 Paris).

“Dans le prolongement des années précédentes, le séminaire sondera l’écart entre une organisation politique fortement incarnée dans la personne et la maison du Roi, et le modèle de l’État dont l’abstraction va grandissante, jusqu’au hiatus précoce que provoque la question de sa représentation. La problématique de la permanence des familles, des corps et du royaume, sera au cœur des questionnements, y compris dans sa dimension anthropologique, et jusque dans les apports techniques du droit privé. Même si la notion d’intérêt collectif se heurte constamment au primat lignager qu’entretiennent les régimes dynastiques, les droits de l’État ne sont pas nécessairement en contradiction avec les droits de la famille. Ils peuvent d’ailleurs en apparaître comme les garants, à condition qu’ils reposent sur des principes supérieurs et soient donc englobants. Les enjeux symboliques du droit public dynastique constituent ainsi une matrice d’intelligibilité d’un fonctionnement formant système ; ils sont par certains aspects les ferments de la modernité politique. C’est alors, de la sorte, dans la dialectique entre la nature des régimes dynastiques et l’affirmation d’un Etat qui déplace les priorités que portera l’analyse, laquelle sera principalement centrée sur la période des XVIe-XVIIIe siècle, dans un dialogue constant entre historiens et juristes, mais ne se privera pas d’ouvrir vers d’autres champs de la recherche” (Présentation des auteurs).

Programme 2019-2020

De l’usage des sciences sociales par l’historien du droit (III)

De l’usage des sciences sociales par l’historien du droit (III) : le cas des écoles.

Séminaire doctoral du CTHDIP animé par Frédéric Audren (CNRS CEE-Ecole de droit de sciences Po ; Centre Perelman, Université libre de Bruxelles), 8 novembre 2019 à 9h30, Salle Germain Sicard.

Présentation de la journée

Privilégiant un dialogue constant entre le droit et les autres sciences humaines, ses travaux cherchent à promouvoir une approche sociale et intellectuelle de l’histoire du Droit et de la science juridique contemporaine. Dans cette perspective, il mène actuellement une enquête sur les engagements résistants des professeurs de droit et sur les liens entre la doctrine juridique et la Résistance pendant la période 1940-1944. Ses autres travaux en cours sont consacrés aux formes matérielles de la production du Droit (architecture judiciaire, iconologie juridique, édition juridique, etc.).

Pierre Dubois : Le De recuperatione terrae sanctae et la Summaria brevis

Présentation du livre : Pierre Dubois : Le De recuperatione terrae sanctae et la Summaria brevis, 6 novembre 2019 à 19h30 à l’Institut hongrois.

Présentation

Intervenants : Alain Boureau (EHESS), Pierre-Anne Forcadet (Université d’Orléans), Xavier Hélary (Université de Lyon 3 Jean Moulin), Alexis Léonas (Université Gáspár- Károli de l’Eglise Réformée de Hongrie, Budapest), Vincent Martin (Université de Rouen), Jacques Paviot (UPEC)

Souscription Mélanges en l’honneur de Brigitte Basdevant-Gaudemet

Rerum novarum ac veterum scientia. Mélanges en l’honneur de Brigitte Basdevant-Gaudemet. 

Textes réunis par Michèle Bégou-Davia, Florence Demoulin-Auzary et François Jankowiak. A paraître en février 2020 chez Mare & Martin.

Souscription avant le 31 janvier 2020 : Bulletin de souscription

Liste des contributions :

  • Bernard D’ALTEROCHE, Une réclamation contre les ordres sacrés devant l’officialité diocésaine de Paris à la fin de l’Ancien Régime ou les malheurs de Christian Paulze
  • Patrick ARABEYRE, Faire la guerre au pape à l’heure du concile de Pise-Milan (1510-1514). La réponse des juristes au roi de France
  • Bernard BARBICHE, Désordres et repentance dans le clergé français à la fin du XVIe siècle. La miséricorde du cardinal de Florence, légat a latere (1596-1598)
  • Michèle BÉGOU-DAVIA, La mort du pape et la fin des légations au XIIIe siècle : analyse d’une décrétale de Clément IV (9 avril 1265)

Continuer la lecture

Prix de thèse de l’AHFD 2019

Prix de thèse de l’Association des Historiens des Facultés de Droit (2019)

Le jury a décerné le premier prix ex-aequo à :

Mme Laura VIAUT, « Fecimus concordiam ». Les mécanismes de gestion des conflits dans l’espace aquitain au Haut Moyen Âge (VIIIe-XIIe siècle).

M. Rémi FAIVRE-FAUCOMPRE, Le droit de superficie. Des glossateurs aux premiers commentateurs du Code civil (XIIe-XIXe siècle)

1ère mention : Mme Romy SUTRA, Le Comité des Jurisconsultes des Congrégations. La mobilisation du droit républicain au service de la cause religieuse (1880-1905).

2e mention ex-aequo : M. Paul CHAUVIN-HAMEAU : L’obligation militaire sous l’Ancien Régime et M. Chris RODRIGUEZ, Les procès des Acta Alexandrinorum : une vision des vaincus sur les relations entre Alexandrie et Rome aux deux premiers siècles de notre ère.

Le jury était composé de : M. le Professeur David DEROUSSIN (Université Lyon III), Président, Mme le Professeur Aude LAQUERRIERE-LACROIX (Université de Champagne-Ardenne), M. le Professeur Grégoire BIGOT (Université de Nantes), M. le Professeur Florent GARNIER (Université Toulouse Capitole).

Le droit mongol dans l’Etat sino-mandchou (1644-1911)

Frédéric Constant, Le droit mongol dans l’Etat sino-mandchou (1644-1911). Entre autonomie et assimilation, Bibliothèque de l’institut des hautes études chinoises, vol. 41, Paris, 2019.

“Partant d’une description complète de la législation impériale promulguée par le gouvernement des Qing pour la Mongolie, l’auteur examine dans ce livre les problèmes nés de l’introduction de cette législation aux Mongols et de l’application de celle-ci. L’étude d’un large éventail de documents juridiques — incluant les codes mongols antérieurs aux Qing, la législation impériale, les règlements administratifs et les jugements rendus à la fois aux niveaux local et central — lui permet d’analyser les interactions entre le droit et diverses questions relatives à l’autonomie locale, au pluralisme juridique, à l’assimilation politique et aux relations entre le centre et la périphérie. L’auteur défend l’idée que les Qing tendirent à mettre en valeur l’approche et les principes du droit chinois lors de l’élaboration de la législation propre aux Mongols. Ils transférèrent progressivement une grande partie de concepts étrangers à la tradition juridique mongole, sinon leur totalité. Malgré les efforts importants mis en œuvre pour contrôler et normaliser l’administration des régions périphériques jusqu’à en faire une extension de la Chine intérieure plutôt qu’un protectorat gouverné par l’aristocratie locale, et malgré les effets de l’immigration Han en Mongolie, les principes du droit mongol ne disparurent cependant pas complètement, ainsi qu’en témoignent les jugements rendus par les juges des niveaux inférieurs de l’administration Qing en Mongolie”. (Présentation de l’éditeur)telechargement

Afficher le droit au Moyen Âge

Formes et pratiques d’affichage du droit : la juridicité médiévale à l’épreuve
Frédéric F. Martin (Université de Nantes)

Inscrire le droit après Rome. Questions diverses à partir des écritures juridiques (Occident tarde-antique)
Morgane Uberti (Casa de Velázquez, Madrid)

Afficher l’édit conciliaire de 1166 : résurgence ou habitude à Byzance ?
Arnaud Loaec (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Les inscriptions et le droit à l’époque moderne
Anne Béroujon (Université Grenoble Alpes)

Les ardoises comme support d’écriture, le cas des écrits juridiques exposés (XIVe-XVIe siècle)
Isabelle Bretthauer (Archives nationales)

Présentation du séminaire

Cycle de conférences 2019-2020 : Domination politico-juridique et Antiquité

Cycle de conférences 2019-2020 du Centre d’Études Internationales sur la Romanité,  le jeudi à 14h30 (Amphi Esmein), Université La Rochelle

5 décembre 2019
Frédéric Payraudeau, maître de conférences en égyptologie, Sorbonne Université :
Les dynasties libyennes en Egypte antique et la question de l’exercice du pouvoir

16 janvier 2020
Kevin Henocq, doctorant en histoire du droit, CEIR La Rochelle Université :
L’Antiquité dans la pensée contre-révolutionnaire d’Edmund Burke

20 février 2020
Hadrien Chino, maître de conférences en histoire du droit, université de Reims-Champagne-Ardenne :
La dominatio dans le Panégyrique de Trajan de Pline le Jeune

19 mars 2020
Michael Guichard, directeur d’études à l’EPHE :
Le discours du roi : comment un pays légitime sa politique de domination sur ses voisins, d’après des archives inédites du palais de Mari au XVIIIe siècle av. n. è.

23 avril 2020
Emilia Ndiaye, maître de conférences de langue et de littérature latines, Université d’Orléans : Qui est le barbare de qui ? L’imperator et les barbares gaulois, de La Guerre des Gaules de César à La Guerre civile de Lucain

Affiche cycle de conférences