A propos Nader HAKIM

Professeur à l'Université de Bordeaux Centre Aquitain d'histoire du droit (Institut de Recherches Montesquieu)

Nicolas Laurent-Bonne et Xavier Prévost (dir.), Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes (II), LGDJ, Contextes, 2018.

Nicolas Laurent-Bonne et Xavier Prévost (dir.), Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes (II), LGDJ, Contextes, 2018.

Résumé:

L’ouvrage s’inscrit dans le sillage d’un premier volume, intitulé Penser l’ordre juridique médiéval et moderne, qui tentait d’évaluer la tendance des historiens des facultés de droit à jeter un voile dogmatique, sinon trompeur, sur les réalités normatives du Moyen Âge et des Temps modernes. Consacré cette fois-ci, non à l’ordre juridique médiéval et moderne, mais à l’écriture de l’histoire du droit privé, ce deuxième volume a pour ambition de livrer une réflexion épistémologique sur l’un des enjeux de l’historiographie juridique : peut-on penser l’ancien droit privé à partir des catégories juridiques contemporaines ? 
Il semble en effet que le droit privé – au moins en France – ait largement échappé à de tels questionnements, qui ont pourtant fait l’objet de débats nourris dans la plupart des autres champs de la connaissance historique. Afin de combler ce manque, l’ouvrage entend porter dans le champ du droit privé le dilemme bien connu du rapport de la recherche historique au présent, telle l’opposition entre écriture d’une histoire continuiste et celle d’une histoire inactuelle. Plus largement, les deux volumes souhaitent contribuer aux débats sur la place de l’analyse historique du droit.

Xavier Prévost, agrégé des facultés de droit, agrégé d’économie et gestion, archiviste paléographe (diplômé de l’École des chartes), ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, est professeur d’histoire du droit à l’université de Bordeaux. 

Nicolas Laurent-Bonne est agrégé des facultés de droit et professeur d’histoire du droit à l’université Clermont Auvergne.

Conférence-débat autour d’une nouvelle revue critique de législation et de jurisprudence : Tribonien

Lundi 3 décembre, Université de Bordeaux, salle Manon Cormier, 14h, avec Nicolas Cornu-Thénard et Nicolas Laurent-Bonne, professeurs à l’université de Paris 2 Panthéon-Assas et Clermont Auvergne.

Organisation : Xavier Prévost, Université de Bordeaux, Centre Aquitain d’Histoire du Droit / Institut de Recherches Montesquieu

Publication de : Xavier Prévost, Histoire littéraire de la France, t. 46 : Jacques Cujas (1522-1590), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres / De Boccard, 2018, 160 p. [préface de Yves-Marie Bercé].

Xavier Prévost, Histoire littéraire de la France, t. 46 : Jacques Cujas (1522-1590), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres / De Boccard, 2018, 160 p. [préface de Yves-Marie Bercé].

Jacques Cujas reste encore aujourd’hui l’un des plus célèbres jurisconsultes français, bien que son œuvre demeure trop largement méconnue. Né à Toulouse en 1522, il poursuit une riche et itinérante carrière de professeur de droit romain. Après avoir effectué l’intégralité de ses études dans sa ville natale, il est docteur-régent à Cahors (1554-1555), Bourges (1555-1557, 1559-1566 et 1575-1590), Valence (1558-1559 et 1567-1575) et Turin (1566-1567), et enseigne brièvement à Paris en 1576. Au cours de cette carrière ascensionnelle (qui s’achève par sa mort à Bourges le 4 octobre 1590), Cujas publie de nombreux ouvrages qui lui confèrent une très grande renommée et attirent à lui la foule des étudiants. Cette gloire est principalement due à la compréhension renouvelée des textes de droit romain résultant de l’application des savoirs humanistes à l’étude du droit. Figure de la Renaissance, Jacques Cujas apparaît, plus particulièrement, comme le principal représentant de la méthode historique au sein du courant de l’humanisme juridique.

 Jacques Cujas is still today one of the most famous French jurists, although his work remains mainly unfamiliar. Born at Toulouse in 1522, he had a rich and itinerant career as a professor of Roman law. After completing his studies in his hometown, he was doctor-regent at Cahors (1554-1555), Bourges (1555-1557, 1559-1566 and 1575-1590), Valence (1558-1559 and 1567-1575) and Turin (1566-1567), and briefly taught in Paris in 1576. During this upward career (which ended by his death at Bourges on 4 October 1590), Cujas published many works that gave him a great reputation and attracted the crowd of students. This glory is mainly due to the renewed understanding of the texts of Roman law resulting from the use of humanistic knowledge to the legal studies. Renaissance figure, Jacques Cujas appears, especially, as the leading representative of the historical method within the current of legal humanism

La norme en sciences sociales: regards croisés histoire du droit-science politique, Colloque jeunes chercheurs organisé par l’Institut de Recherche Montesquieu, Bordeaux, mai 2019

La norme en sciences sociales: regards croisés histoire du droit-science politique, Colloque jeunes chercheurs organisé par l’Institut de Recherche Montesquieu, Bordeaux, mai 2019

 

Appel à contribution Colloque jeunes cherch(eur)euses IRM

Colloque International « Enjeux philosophiques du droit coutumier », Nice, 14-16 mai 2018

Colloque International « Enjeux philosophiques du droit coutumier »

14-16 mai 2018
 
Salle Plate de la MSH, Campus Saint-Jean d’Angély

Organisé par le Centre de Recherche en Histoire des Idées

Département de Philosophie de l’Université de Nice

Membre de l’Université Côté d’Azur

En partenariat avec l’axe « Histoire des idées, des sciences et des pratiques » de la MSHS

le Centre de Théorie et Analyse du Droit et le LAPCOS

Présentation

Ce colloque entend rassembler un large éventail de contributions, toutes centrées autour des questions proprement philosophiques que le droit coutumier pose. Loin de considérer l’expression de « droit coutumier » comme une évidence, il s’agira de relever et, autant que possible, de résoudre les tensions que crée la juxtaposition de deux formes de régulation du social aussi proches que lointaines : le droit et la coutume.

Conférence de l’école doctorale de droit et du CAHD – Université de Bordeaux : Luisa Brunori, La dimension transfrontalière du droit des affaires en question, Pessac, 2 mars 2018.

Conférence de l’école doctorale de droit et du CAHD/ IRM – Université de Bordeaux : Luisa Brunori, La dimension transfrontalière du droit des affaires en question: perspectives historiques et européennes, Pessac, 2 mars 2018.

Conférence doctorale Luisa Brunori

Colloque : Pensée juridique occidentale et juristes romains : archéologie d’un héritage, Paris, 15 et 16 décembre 2017

Pensée juridique occidentale et juristes romains : archéologie d’un héritage

 

Colloque international organisé par le Projet ERC AdG Scriptores Iuris Romani Principal Investigator Aldo Schiavone (Université de Rome, La Sapienza) et l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne
(Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

en partenariat avec le Berg Institute (Université de Tel Aviv), la Société pour l’histoire des facultés de droit et de la culture juridique, l’Institut Universitaire de France (Géraldine Cazals) et le Centre Aquitain d’Histoire du droit (Institut de recherche Montesquieu, Université de Bordeaux)

15 et 16 décembre 2017 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Salle 1 (1er étage, aile Soufflot, 12 place du Panthéon 75005 Paris)

programma convegno Parigi

Conférence : Laetitia Guerlain, Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale, Lille, 17 novembre 2018.

L’école de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale

Conférence du cycle « Un livre, une recherche » le vendredi 17 novembre 2017 à 14h à la Faculté de droit de l’Université Lille 2 pour une rencontre avec Laetitia Guerlain qui présentera son livre « L’école de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale ».

 

Cycle de conférences « Un livre, une recherche »

L’école de Le Play et le droit.
Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale

Laetitia Guerlain
Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux

Le vendredi 17 novembre 2017 à 14h

Faculté de droit – Salle A3.17

 

Discutants : Rodrigue Merlot et Mickaël Wiart, Doctorants au CHJ

 

Evènement organisé par

le Centre d’Histoire Judiciaire

Publication : Laetitia Guerlain, L’école de Le play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science social, tome 34 de la bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, LGDJ, 2017, 564 p.

 

Laetitia Guerlain, L’école de Le play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science social, tome 34 de la bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, LGDJ, 2017, 564 p.

Au XIXème siècle, les relations entre le droit et la sociologie naissante ont revêtu de multiples formes. Certains juristes se sont adonnés à une véritable sociologie qui prenne pour objet le droit ; d’autres ont tenté d’informer la théorie du droit par la théorie sociologique, en important certains concepts. Cet ouvrage ambitionne de contribuer à l’histoire des rapports entre le droit et la science sociale au XIXème siècle, en mettant en lumière une autre déclinaison possible, jusqu’alors peu étudiée, de ces difficiles relations : celle de l’attirance d’une partie des juristes pour la sociologie empirique incarnée, sous la Troisième République, par l’École de Frédéric Le Play. C’est en effet au sein de la science sociale leplaysienne que les juristes de la Troisième République s’investissent le plus. Tandis que certains, guidés par leur catholicisme, envisagent la science sociale leplaysienne comme une arme de combat au service du conservatisme, d’autres s’en saisissent sur le plan méthodologique, afin de tenter de rénover une science du droit jugée trop légicentriste et formaliste. L’École leplaysienne, de son côté, accueille volontiers ces nombreux juristes, tant leur savoir-faire technique se révèle précieux pour rendre possibles les réformes de la société qu’elle appelle de ses voeux. Armée de nouvelles compétences juridiques, l’École leplaysienne entend s’ériger, à l’aide de ses travaux monographiques, en guide du travail législatif, afin de faire de la législation positive une application de la Loi morale. Ce faisant, elle s’affirme bel et bien comme une École de la Loi, bien plus que comme une École de la coutume, comme l’historiographie la dépeint fréquemment.

Prix de thèse de l’École doctorale de droit de l’Université de Bordeaux (2012)
Second prix de thèse de l’Association des historiens des facultés de droit (2013)
Cette publication a reçu le soutien de l’École doctorale de droit de l’Université Montesquieu Bordeaux IV

 

 

Enregistrer

Enregistrer