Exposition virtuelle : Des facultés sur le front du droit

Des facultés sur le front du droit : Paris et Toulouse dans la Grande Guerre

La réflexion sur la Première Guerre mondiale a emprunté diverses voies historiographiques. Ce conflit a été perçu depuis cent ans de

manière militaire, diplomatique puis dans sa dimension sociale et culturelle. Il a été donné à voir, notamment par la restitution de nombreux témoignages, le quotidien des acteurs de la guerre, sur le front, dans les tranchées et à l’arrière. C’est à certains des acteurs, étudiants et professeurs de facultés de droit, que cette exposition virtuelle s’intéresse.

Traiter de l’histoire des facultés de droit de Paris et de Toulouse pendant le premier conflit mondial, c’est faire le choix de considérer ces institutions comme imbriquée dans un temps social, économique, intellectuel et politique mais également traiter d’histoires du droit diverses et complémentaires de ce premier quart du XXe siècle. Ce temps doit aussi être éclairé à la lumière des évolutions de la science du droit, notamment des réflexions intellectuelles liées à la guerre, d’une communauté particulière, celle d’enseignants parisiens et toulousains, tant comme un entre-soi que de juristes en réseaux et en relation en Europe.

« Capitale du droit » (Paris) et Faculté de province (Toulouse) prennent position sur le « front du droit ». C’est à saisir et comprendre la Grande Guerre à travers des juristes, leurs actions, leurs discours et leurs idées au sein des deux institutions considérées séparément ou comparativement que cette exposition virtuelle entend apporter quelques lumières nouvelles. Elle n’est pas à proprement dit une histoire des facultés de droit pendant la Première Guerre mondiale. Elle n’est pas non plus une histoire sociale des étudiants et des enseignants. Par le prisme de certaines thématiques fortes, elle souhaite davantage interroger le quotidien d’acteurs qui forment ou qui ont été formés au sein d’une institution, les possibles tensions entre position scientifique et discours patriotique, la mobilisation dans la guerre du droit et l’engagement pour la construction de la paix, l’affirmation d’un discours par le vecteur d’une autorité décanale et l’expression rhétorique de conceptions du droit ou encore de la fabrique d’une mémoire institutionnelle.

Sur ce site, l’internaute y trouve, au centre de la page d’accueil, et dans les onglets du haut, un accès aux différents articles, réunis par thèmes. Sur la droite, une série de galeries : avec toujours un renvoi vers les textes précédemment évoqués, elles présentent les documents, iconographiques ou textuels, qui illustrent, complètent et fondent ces analyses. Un ordre, qui a semblé logique aux créateurs de l’exposition, est proposé. Libre à l’internaute de le suivre ou non.

Commissariat : Anne-Sophie Chambost (Université Jean Monnet), Alexandra Gottely (Bibliothèque interuniversitaire Cujas) et Florent Garnier (Université Toulouse Capitole)

Cette exposition fait partie d’un ensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires (Label Mission Centenaire)

Sur le front du droit – Conférences

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (E.A 789) organise un cycle de conférences sur les juristes européens et américains dans la Grande Guerre.

Ce cycle de conférences est organisé en collaboration avec le Collège supérieur du Droit et l’École européenne de droit (Université Toulouse Capitole, Salle des conférences, BU de l’Arsenal).

Les conférences sont destinées aux étudiants et au grand public. Elles ont pour objectif commun de questionner la place des juristes et du droit au cours de la période 1914-1918 et dans l’après-guerre. Comment le droit est appliqué au cours de cette période ? Comment ces circonstances sont prises en considération par le juge et la doctrine ? En quoi la guerre influe-t-elle sur la formation et le développement de domaine(s) juridique(s) ?

Mardi 16 octobre 2018 (18 h), Michaël AMARA (Chef de service « Archives contemporaines », Archives générales du Royaume), La Cour militaire belge durant la Grande Guerre ou le difficile exercice de la Justice militaire en Belgique (1914-1918)

Annamaria MONTI (Professeur à l’Università Commerciale Luigi Bocconi), Les juristes universitaires italiens et la guerre : pistes de recherche

Mardi 23 octobre 2018 (18 h), Antoine SENE (Doctorant en histoire du droit à l’Université de Bordeaux), La mobilisation des professeurs de droit français sur le front de la propagande internationale

Jeudi 8 novembre 2018 (14 h), Aurore GAILLET (Professeur à l’Université Toulouse Capitole, IUF), Le droit public allemand et la Première Guerre mondiale

Gerd HANKEL (Chercheur à l’Institut de recherches sociales de Hambourg), L’impact de la Première Guerre mondiale sur le concept du droit international public en Allemagne

Mercredi 14 novembre 2018 (14 h), Wanda MASTOR (Professeur à l’Université Toulouse Capitole), La Première Guerre mondiale dans la jurisprudence de la Cour Suprême des États-Unis d’Amérique

Lundi 19 novembre 2018 (18 h), Aurélien ANTOINE (Professeur à l’Université de Saint-Etienne), L’influence de la Première guerre mondiale dans l’affirmation de la discipline du droit public au Royaume-Uni.

Ce cycle bénéficie du soutien de la Mission Centenaire.

Ces conférences font partie d’unensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires.

Lire la suite

« Un grand savant assoiffé de justice » Paul Viollet (1840-1914)

Un bel hommage est rendu à Paul Viollet qui fut un historien du droit, auteur notamment de manuels de droit privé et de droit public ou encore de nombreuses publications qui intéressent le Moyen Âge (Voir).

L’exposition virtuelle nous présente la Faculté de droit de Paris à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, l’homme (historien, médiéviste, professeur de droit civil et canonique à l’École des chartes, bibliothécaire de la Faculté de droit de Paris et Membre de l’Institut) et ses engagements (catholicisme, affaire Dreyffus et la défense des indigènes).

Cette exposition virtuelle est un hommage rendu par la bibliothèque interuniversitaire Cujas, l’École nationale des chartes et l’École de droit de Science Po.

capture-decran-2016-12-22-a-09-01-48