Afficher le droit au Moyen Âge

Formes et pratiques d’affichage du droit : la juridicité médiévale à l’épreuve
Frédéric F. Martin (Université de Nantes)

Inscrire le droit après Rome. Questions diverses à partir des écritures juridiques (Occident tarde-antique)
Morgane Uberti (Casa de Velázquez, Madrid)

Afficher l’édit conciliaire de 1166 : résurgence ou habitude à Byzance ?
Arnaud Loaec (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Les inscriptions et le droit à l’époque moderne
Anne Béroujon (Université Grenoble Alpes)

Les ardoises comme support d’écriture, le cas des écrits juridiques exposés (XIVe-XVIe siècle)
Isabelle Bretthauer (Archives nationales)

Présentation du séminaire

Cycle de conférences 2019-2020 : Domination politico-juridique et Antiquité

Cycle de conférences 2019-2020 du Centre d’Études Internationales sur la Romanité,  le jeudi à 14h30 (Amphi Esmein), Université La Rochelle

5 décembre 2019
Frédéric Payraudeau, maître de conférences en égyptologie, Sorbonne Université :
Les dynasties libyennes en Egypte antique et la question de l’exercice du pouvoir

16 janvier 2020
Kevin Henocq, doctorant en histoire du droit, CEIR La Rochelle Université :
L’Antiquité dans la pensée contre-révolutionnaire d’Edmund Burke

20 février 2020
Hadrien Chino, maître de conférences en histoire du droit, université de Reims-Champagne-Ardenne :
La dominatio dans le Panégyrique de Trajan de Pline le Jeune

19 mars 2020
Michael Guichard, directeur d’études à l’EPHE :
Le discours du roi : comment un pays légitime sa politique de domination sur ses voisins, d’après des archives inédites du palais de Mari au XVIIIe siècle av. n. è.

23 avril 2020
Emilia Ndiaye, maître de conférences de langue et de littérature latines, Université d’Orléans : Qui est le barbare de qui ? L’imperator et les barbares gaulois, de La Guerre des Gaules de César à La Guerre civile de Lucain

Affiche cycle de conférences

Peut-on comprendre le droit sans le contextualiser? Débat avec N. Laurent-Bonne et X. Prévost, Centre Alexandre-Koyré, 15 janvier 2020, Paris.

Mercredi 15 janvier 2020

Peut-on comprendre le droit sans le contextualiser ?

Débat avec Nicolas Laurent-Bonne (Université Clermont Auvergne, CMH) et  Xavier Prévost(Université de Bordeaux, IRM) autour de leurs ouvrages :

Penser l’ordre juridique médiéval et moderne. Regards croisés sur les méthodes des juristes
Paris, LGDJ, 2016

Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes
Paris, LGDJ, 2018

Discutant.e.s : Liora Israël (EHESS, CMH) et Olivier Leclerc (CNRS, CERCRID)

Centre Koyé (http://koyre.ehess.fr/index.php?3030)

La République injuriée

Conférence d’Olivier Beaud à l’occasion de la parution de son ouvrage La République injuriée. Histoire des offenses au chef de l’Etat de la IIIe à la Ve République, mardi 17 septembre à 18h30, Amphi B-Hébraud, Faculté de droit et de science politique

Présentation de l’ouvrage

Conférence organisée par le CTHDIP, le Collège Supérieur de Droit et la direction des bibliothèques de Toulouse.

L’HUMANISME JURIDIQUE Séminaire international pluridisciplinaire, Paris

L’HUMANISME JURIDIQUE

Séminaire international pluridisciplinaire
sous la direction de
Luigi-Alberto Sanchi (IHD, Cnrs/université Paris II Panthéon-Assas) et Xavier Prévost (IRM-CAHD, université de Bordeaux)

Année 2020
Géographies de l’humanisme juridique

L’Institut d’histoire du droit de l’université Paris II Panthéon-Assas, en collaboration avec l’Institut de recherche Montesquieu-CAHD de l’université de Bordeaux, organise des séances de séminaire qui ont lieu au Collège Sainte-Barbe, en salle Collinet (4 rue Valette, 75005 Paris, 3e étage), le vendredi de 14h30 à 16h30.

LES CONFÉRENCES SONT PUBLIQUES.

Vendredi 10 janvier 2020 – 14h30-16h30
Avignon, un lieu majeur du développement et de la diffusion de l’humanisme juridique (c.1518-1529) ?
Géraldine CAZALS, université de Rouen (CUREJ)

Vendredi 7 février 2020 – 14h30-16h30
L’enseignement juridique en Allemagne (1520-1540). Mathias SCHMOECKEL, université de Bonn

Vendredi 13 mars 2020 – 14h30-16h30
Le schisme des parlements « royalistes » en 1591 : théorie et application des thèses gallicanes.

Marco PENZI, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC)

Vendredi 3 avril 2020 – 14h30-16h30
Peregrinatio academica et circulation du savoir juridique au XVIe siècle.

Luisa BRUNORI, Cnrs / université de Lille (CHJ)

Vendredi 15 mai 2020 – 14h30-16h30
Dall’interpretazione delle antiche epigrafi milanesi alla ricostruzione delle cariche municipali a Milano in epoca romana.
Annalisa BELLONI, université catholique de Milan

Penser le territoire administratif : l’exemple historique des communes

Penser le territoire administratif : l’exemple historique des communes. Méthodologie de la recherche historique en droit et en histoire du droit, conférence de Chrystelle Gazeau, organisée par l’Ecole doctorale Droit et science politique de l’Université de Montpellier, 19 avril 2019 à 16 h, Amphi 001 (RDC du Bâtiment 2)

Chrystelle Gazeau est Maître de conférences à l’Université Lyon 3, directrice des Cahiers Jean Moulin

Ecole doctorale de droit et science politique de l’Université de Montpellier (Ici)

Les Républicanismes dans leur Histoire

Conférence à l’occasion de la parution de l’ouvrage

Histoire de la République en France

 

 

Conférenciers et auteurs

  • Thomas Branthôme, Maître de conférences en Histoire du droit, Université Paris Descartes
  • Jacques de Saint Victor, Professeur en Histoire du droit, Université Paris XIII

Discutant

  • François Quastana, Professeur en Histoire du droit, Université de Lille

Date

Vendredi 5 avril 2019 | 14H00 - 17H00

Lieu

ENS Jourdan, Bâtiment DEMOS, Salle D001
48 Boulevard Jourdan 75014 Paris

 

Conférence sur la recherche doctorale et les méthodes des juristes, Rennes, 13 avril 2018.

Video de la conférence donnée par Xavier Prévost (IRM-CAHD, université de Bordeaux) sur la recherche doctorale et les méthodes des juristes à l’occasion de la journée des thèses du département Droit-Économie-Management de l’École normale supérieure de Rennes le 13 avril 2018 : https://youtu.be/kVVdF5ZUG9o

De l’usage des sciences sociales par l’historien du droit (1)

Séminaire doctoral assuré par Frédéric Audren, De l’usage des sciences sociales par l’historien du droit (1), Salle AR206 à 14 h, Faculté de droit.

Docteur en Droit (2005), Frédéric Audren est directeur de recherche au CNRS (section 36 : Normes et société) depuis 2006. Affecté au Centre de Recherche sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP – Amiens) (2006-2008), il a ensuite été en poste à la Maison française d’Oxford au Royaume Uni et Academic Visitor à l’Oxford Institute of European and Comparative Law  (2008-2010). Il est Research Professor à l’École de droit de Sciences Po où il a dirigé l’équipe d’accueil (2016-2018). Il est actuellement en mission longue durée à l’Université libre de Bruxelles et rattaché au Centre Perelman de philosophie du droit.

Il assurera au cours de l’année 2019 deux autres séminaires à l’attention des doctorants d’histoire du droit.

Pour en savoir plus

Conférence de Laetitia Guerlain: « Droit et anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles : un programme de recherches », Université de Rennes 1, 14 mars 2019.

« Droit et anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles : un programme de recherches », conférencière invitée dans le cadre du séminaire « Les rencontres de l’IODE. Séminaire interdisciplinaire sur et autour du droit », Université de Rennes 1, 14 mars 2019.

Droit et Histoire. Entre normes et transgressions

Séminaire bi-disciplinaire Droit-Histoire de l’ED Sciences de l’Homme et de la Société

 

 

La Police des lumières (8 mars 2019)

  • Nicole Dyonet (Université d’Orléans) : Nicolas Delamare, théoricien de la police

Apaiser et éviter le conflit judiciaire (3 mai 2019)

  • Anne Bonzon (Université de Paris VIII) : Les artisans de la paix. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime

La fabrique de la loi (10 mai 2019)

  • Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis de Bruxelles) : Comment on fabrique les lois dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIIe

Droit et travail (14 juin 2019)

  • Judith Rainhorn (Université de Paris I) : Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel

 

Organisateurs

  • Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS UMR 8529 (Université de Lille-CNRS)
  • Centre d’Histoire Judiciaire – CHJ UMR 8025 (Université de Lille-CNRS)

Lieu

Maison de la Recherche (salle F 0-41)
120 Boulevard de l'Ouest
59650 Villeneuve d'Ascq

Les premières lois imprimées

Conférence doctorale organisée par le CTHDIP (E.A. 789) en présence du professeur Xavier Prévost (Université de Bordeaux) autour de son dernier ouvrage : Les lois imprimées, enjeux méthodologiques en histoire matérielle du droit

Faculté de droit, le 15 mars 2019 à à 10h00, AR206, Bibliothèque Germain Sicard (Pour en savoir plus)

Présentation de l’ouvrage : ” L’affermissement du pouvoir monarchique constitue l’un des principaux facteurs de transformation du droit en France à la Renaissance, notamment à travers la promulgation croissante de lettres patentes, qui commencent à être imprimées à l’unité à la fin du XVe siècle. Si l’initiative revient d’abord aux imprimeurs-libraires, les institutions monarchiques s’aperçoivent rapidement des bénéfices d’une telle reproduction et amorcent la régulation de ce marché par l’attribution de privilèges de librairie. La protection ainsi accordée se double du contrôle d’une activité qui touche à une prérogative essentielle du roi : faire loi. Outre ses effets sur le marché du livre juridique, la mise sous presse des lois royales ne reste pas sans incidence sur le processus législatif lui-même, introduisant un certain nombre d’innovations et d’expérimentations. Si le cas des originaux imprimés retient en particulier l’attention, la très grande majorité des pièces imprimées demeure néanmoins constituée de copies privées à destination d’un public de juristes et d’érudits. L’intensification de l’impression des lois à partir du règne de François Ier permet alors le développement d’un mode non institutionnel de diffusion et de conservation grâce à la formation de collections d’actes royaux imprimés, qui constituent encore aujourd’hui une ressource inépuisable pour la connaissance de la législation monarchique.Tout en offrant un panorama des textes législatifs, cette histoire matérielle de la loi à l’aube de l’État moderne dévoile ainsi des aspects méconnus des formes du droit par le recours à l’histoire du livre”.