L’HUMANISME JURIDIQUE Séminaire international pluridisciplinaire, Paris

L’HUMANISME JURIDIQUE

Séminaire international pluridisciplinaire
sous la direction de
Luigi-Alberto Sanchi (IHD, Cnrs/université Paris II Panthéon-Assas) et Xavier Prévost (IRM-CAHD, université de Bordeaux)

Année 2020
Géographies de l’humanisme juridique

L’Institut d’histoire du droit de l’université Paris II Panthéon-Assas, en collaboration avec l’Institut de recherche Montesquieu-CAHD de l’université de Bordeaux, organise des séances de séminaire qui ont lieu au Collège Sainte-Barbe, en salle Collinet (4 rue Valette, 75005 Paris, 3e étage), le vendredi de 14h30 à 16h30.

LES CONFÉRENCES SONT PUBLIQUES.

Vendredi 10 janvier 2020 – 14h30-16h30
Avignon, un lieu majeur du développement et de la diffusion de l’humanisme juridique (c.1518-1529) ?
Géraldine CAZALS, université de Rouen (CUREJ)

Vendredi 7 février 2020 – 14h30-16h30
L’enseignement juridique en Allemagne (1520-1540). Mathias SCHMOECKEL, université de Bonn

Vendredi 13 mars 2020 – 14h30-16h30
Le schisme des parlements « royalistes » en 1591 : théorie et application des thèses gallicanes.

Marco PENZI, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC)

Vendredi 3 avril 2020 – 14h30-16h30
Peregrinatio academica et circulation du savoir juridique au XVIe siècle.

Luisa BRUNORI, Cnrs / université de Lille (CHJ)

Vendredi 15 mai 2020 – 14h30-16h30
Dall’interpretazione delle antiche epigrafi milanesi alla ricostruzione delle cariche municipali a Milano in epoca romana.
Annalisa BELLONI, université catholique de Milan

Penser le territoire administratif : l’exemple historique des communes

Penser le territoire administratif : l’exemple historique des communes. Méthodologie de la recherche historique en droit et en histoire du droit, conférence de Chrystelle Gazeau, organisée par l’Ecole doctorale Droit et science politique de l’Université de Montpellier, 19 avril 2019 à 16 h, Amphi 001 (RDC du Bâtiment 2)

Chrystelle Gazeau est Maître de conférences à l’Université Lyon 3, directrice des Cahiers Jean Moulin

Ecole doctorale de droit et science politique de l’Université de Montpellier (Ici)

Les Républicanismes dans leur Histoire

Conférence à l’occasion de la parution de l’ouvrage

Histoire de la République en France

 

 

Conférenciers et auteurs

  • Thomas Branthôme, Maître de conférences en Histoire du droit, Université Paris Descartes
  • Jacques de Saint Victor, Professeur en Histoire du droit, Université Paris XIII

Discutant

  • François Quastana, Professeur en Histoire du droit, Université de Lille

Date

Vendredi 5 avril 2019 | 14H00 - 17H00

Lieu

ENS Jourdan, Bâtiment DEMOS, Salle D001
48 Boulevard Jourdan 75014 Paris

 

Conférence sur la recherche doctorale et les méthodes des juristes, Rennes, 13 avril 2018.

Video de la conférence donnée par Xavier Prévost (IRM-CAHD, université de Bordeaux) sur la recherche doctorale et les méthodes des juristes à l’occasion de la journée des thèses du département Droit-Économie-Management de l’École normale supérieure de Rennes le 13 avril 2018 : https://youtu.be/kVVdF5ZUG9o

De l’usage des sciences sociales par l’historien du droit (1)

Séminaire doctoral assuré par Frédéric Audren, De l’usage des sciences sociales par l’historien du droit (1), Salle AR206 à 14 h, Faculté de droit.

Docteur en Droit (2005), Frédéric Audren est directeur de recherche au CNRS (section 36 : Normes et société) depuis 2006. Affecté au Centre de Recherche sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP – Amiens) (2006-2008), il a ensuite été en poste à la Maison française d’Oxford au Royaume Uni et Academic Visitor à l’Oxford Institute of European and Comparative Law  (2008-2010). Il est Research Professor à l’École de droit de Sciences Po où il a dirigé l’équipe d’accueil (2016-2018). Il est actuellement en mission longue durée à l’Université libre de Bruxelles et rattaché au Centre Perelman de philosophie du droit.

Il assurera au cours de l’année 2019 deux autres séminaires à l’attention des doctorants d’histoire du droit.

Pour en savoir plus

Conférence de Laetitia Guerlain: « Droit et anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles : un programme de recherches », Université de Rennes 1, 14 mars 2019.

« Droit et anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles : un programme de recherches », conférencière invitée dans le cadre du séminaire « Les rencontres de l’IODE. Séminaire interdisciplinaire sur et autour du droit », Université de Rennes 1, 14 mars 2019.

Droit et Histoire. Entre normes et transgressions

Séminaire bi-disciplinaire Droit-Histoire de l’ED Sciences de l’Homme et de la Société

 

 

La Police des lumières (8 mars 2019)

  • Nicole Dyonet (Université d’Orléans) : Nicolas Delamare, théoricien de la police

Apaiser et éviter le conflit judiciaire (3 mai 2019)

  • Anne Bonzon (Université de Paris VIII) : Les artisans de la paix. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime

La fabrique de la loi (10 mai 2019)

  • Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis de Bruxelles) : Comment on fabrique les lois dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIIe

Droit et travail (14 juin 2019)

  • Judith Rainhorn (Université de Paris I) : Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel

 

Organisateurs

  • Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS UMR 8529 (Université de Lille-CNRS)
  • Centre d’Histoire Judiciaire – CHJ UMR 8025 (Université de Lille-CNRS)

Lieu

Maison de la Recherche (salle F 0-41)
120 Boulevard de l'Ouest
59650 Villeneuve d'Ascq

Les premières lois imprimées

Conférence doctorale organisée par le CTHDIP (E.A. 789) en présence du professeur Xavier Prévost (Université de Bordeaux) autour de son dernier ouvrage : Les lois imprimées, enjeux méthodologiques en histoire matérielle du droit

Faculté de droit, le 15 mars 2019 à à 10h00, AR206, Bibliothèque Germain Sicard (Pour en savoir plus)

Présentation de l’ouvrage : ” L’affermissement du pouvoir monarchique constitue l’un des principaux facteurs de transformation du droit en France à la Renaissance, notamment à travers la promulgation croissante de lettres patentes, qui commencent à être imprimées à l’unité à la fin du XVe siècle. Si l’initiative revient d’abord aux imprimeurs-libraires, les institutions monarchiques s’aperçoivent rapidement des bénéfices d’une telle reproduction et amorcent la régulation de ce marché par l’attribution de privilèges de librairie. La protection ainsi accordée se double du contrôle d’une activité qui touche à une prérogative essentielle du roi : faire loi. Outre ses effets sur le marché du livre juridique, la mise sous presse des lois royales ne reste pas sans incidence sur le processus législatif lui-même, introduisant un certain nombre d’innovations et d’expérimentations. Si le cas des originaux imprimés retient en particulier l’attention, la très grande majorité des pièces imprimées demeure néanmoins constituée de copies privées à destination d’un public de juristes et d’érudits. L’intensification de l’impression des lois à partir du règne de François Ier permet alors le développement d’un mode non institutionnel de diffusion et de conservation grâce à la formation de collections d’actes royaux imprimés, qui constituent encore aujourd’hui une ressource inépuisable pour la connaissance de la législation monarchique.Tout en offrant un panorama des textes législatifs, cette histoire matérielle de la loi à l’aube de l’État moderne dévoile ainsi des aspects méconnus des formes du droit par le recours à l’histoire du livre”.

L’intégrité scientifique à l’aune du droit

Colloque interdisciplinaire : L’intégrité scientifique à l’aune du droit, 12 et 13 mars 2019, Université Paris II Panthéon-Assas, Institut d’histoire du droit, CNRS UMR 7184

Programme

Manifestations passées de l’IHD en lien avec le thème (Lien)

Autour d’une histoire juridique de l’Occident du IIIe au IXe s.

Autour d’une histoire juridique de l’Occident du IIIe au IXe s., 20 février 2019 à 11 h (Salle Germain Sicard, Faculté de droit et de science politique de Toulouse)

Cette conférence-débat avec Soazick Kerneis (Professeure d’histoire du droit à l’Université Paris-Ouest) aura pour thème l’ouvrage collectif qu’elle a dirigé.

Voir la présentation du livre Ici

Responsabilité légale du juge

Conférence de Mme Ulrike Müssig, Responsabilité légale du juge. Développements préconstitutionnels de l’indépendance judiciaire, 5 février 2019, Salle Maurice Hauriou, Anciennes Facultés, Toulouse (CTHDIP, IRDEIC, CEEC).

La conférence tend à présenter les racines préconstitutionnelles de l’indépendance judiciaire, dans une perspective historique et comparée. La notion de « juge naturel » sera notamment présentée à travers les exemples français, anglais et allemand.
Présentation de la conférencière professeur d’histoire du droit à l’Université de Passau et de ses publications

Les pauvres, très pauvres et le droit

Les pauvres, très pauvres et le droit, sous la direction de Soazick Kerneis, séminaire du CHAD (EA 4417), 11 avril, 15 mai et 22 mai 2019, Salle F 526

Présentation par Soazick Kerneis :

« La pauvreté ne se définit pas par la propriété mais par son absence … Elle ne signifie pas la possession de peu, mais la non-possession de beaucoup » (Sénèque, Lettres à Lucilius, 87, 39-40). La pauvreté ne se laisse pas facilement définir. Aux critères privatifs du philosophe grec Antipater, Sénèque opposait une lecture psychologique centrée sur l’incapacité de se satisfaire de ce que l’on a déjà. La pauvreté est relative, chacun est le pauvre d’un autre. La grande variété du vocabulaire qui la désigne l’atteste d’ailleurs. Mais parmi tous les pauvres, certains le sont davantage, lorsque les conditions même de leur subsistance s’en trouvent menacées. Cette grande pauvreté est-elle un phénomène universel ? Dans quel contexte une société laisse-t-elle grandir l’exclusion ?

« Je hais les pauvres », résistant aux colères du Vésuve, le graffite de Pompéi immortalise l’indignation du riche, voire du moins riche, contre le pauvre, suspect de fainéantise (CIL 4 9839b). Tout se passe comme si le pauvre méritait sa condition, et, puisque pèse sur lui une certaine responsabilité, les lois peuvent bien l’oublier. A l’opposé de cette représentation péjorative de la pauvreté, l’Eglise a largement contribué à diffuser l’image du bon pauvre : « Dieu aurait pu faire tous les hommes riches, mais il voulut qu’il y ait des pauvres en ce monde, afin que les riches aient une occasion de racheter leurs péchés » (Vie de saint Eloi). Aider le pauvre est alors œuvre de miséricorde et, sur la base de ce devoir de charité, un ensemble de normes lui reconnaît des droits. La distorsion des régimes juridiques entre bons et mauvais pauvres doit être explorée. Sur la base de quels critères le droit immatricule-t-il ses pauvres, créant un catégorie dont sont exclus d’autres, dès lors acculés à la misère du précariat ? Autrement dit, comment le droit se saisit-il de la pauvreté ? Quelles normes applique-t-il à des groupes de population qui, dans leur existence même, s’écartent de l’ordinaire ?

Parce qu’ils sont en dehors du commun, les pauvres créent des formes de vie qui leur sont propres. Sans doute les sources sont rares, pourtant ici et là, quelques mentions évoquent leurs lieux de vie, les quartiers que la ville leur réserve, la portée de leur exclusion et leurs capacités de résilience. Ce sont ces liens de solidarité qui servent de règles de vie aux exclus qu’il faudra aussi éclairer”.

Programme

Le jeudi 11 avril, 10h Jean-François Davignon, Université de Grenoble,

“Soulager les pauvres” : la nature d’une obligation conventuelle en procès. Etude d’un cas et de ses enjeux”.

Le mercredi 15 mai, 14h30, Anne-Sophie Chambost, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, «Droit des pauvres / pauvre droit ?

Le mercredi 22 mai, 14h30, Isabelle Boucobza, Université Paris-Nanterre, “Les droits sociaux dans les discours des constitutionnalistes : des constructions fragiles”

Cycle de conférences de d’histoire de le pensée juridique moderne

HPJM 2019_Affiche

Huitième cycle de conférences d’histoire de la pensée juridique moderne organisé par l’Institut d’Histoire du Droit (EA 2515) de l’Université Paris Descartes et l’École de droit de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les conférences ont lieu en salle des Actes de la Faculté de droit, d’économie et de gestion
10, avenue Pierre Larousse, 92240 Malakoff
Métro ligne 13, station Malakoff – Plateau de Vanves
Tram T3, station Porte de Vanves
Sous la direction scientifique du Pr Arnaud VERGNE, directeur de l’Institut d’Histoire du Droit, et du Pr Anne ROUSSELET-PIMONT de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Continuer la lecture

Adaptation des constitutions étrangères : l’emprunt constitutionnel est-il sans problèmes ?

Conférence doctorale le 16 janvier 2019 à 18h sur le thème « Adaptation des constitutions étrangères : l’emprunt constitutionnel est-il sans problèmes ? » (Bibliothèque Germain Sicard).

Mme Helgadottir Ragnhildur est la doyenne de la faculté de droit de Reykjavik (Islande). Elle a été professeure invitée à l’Université de Montréal (2005) et à l’Université d’Ottawa (2007 et 2009). Elle est rédactrice pour « Retfærd », revue universitaire nordique de droit et justice depuis 2007.

Mme Ragnhildur a eu plusieurs missions consultatives auprès de Althingi (parlement unicaméral de l’Islande) et du gouvernement pour des questions relatives aux droit constitutionnel et administratif, notamment pour le « Special Investigation Report » on April 2010. Ses principaux axes de recherches sont le droit constitutionnel, le droit administratif, l’histoire juridique et le droit relatif aux droits de l’Homme.

Invitée du Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (CTHDIP), le Pr. Helgadottir Ragnhildur sera présente à l’Université Toulouse Capitole à compter du 14 janvier 2019. Elle proposera outre sa conférence un cours relatif à l’histoire des institutions publiques islandaises sera également proposé aux Master 2 Histoire du Droit et des Institutions.