Publication de : Xavier Prévost, Histoire littéraire de la France, t. 46 : Jacques Cujas (1522-1590), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres / De Boccard, 2018, 160 p. [préface de Yves-Marie Bercé].

Xavier Prévost, Histoire littéraire de la France, t. 46 : Jacques Cujas (1522-1590), Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres / De Boccard, 2018, 160 p. [préface de Yves-Marie Bercé].

Jacques Cujas reste encore aujourd’hui l’un des plus célèbres jurisconsultes français, bien que son œuvre demeure trop largement méconnue. Né à Toulouse en 1522, il poursuit une riche et itinérante carrière de professeur de droit romain. Après avoir effectué l’intégralité de ses études dans sa ville natale, il est docteur-régent à Cahors (1554-1555), Bourges (1555-1557, 1559-1566 et 1575-1590), Valence (1558-1559 et 1567-1575) et Turin (1566-1567), et enseigne brièvement à Paris en 1576. Au cours de cette carrière ascensionnelle (qui s’achève par sa mort à Bourges le 4 octobre 1590), Cujas publie de nombreux ouvrages qui lui confèrent une très grande renommée et attirent à lui la foule des étudiants. Cette gloire est principalement due à la compréhension renouvelée des textes de droit romain résultant de l’application des savoirs humanistes à l’étude du droit. Figure de la Renaissance, Jacques Cujas apparaît, plus particulièrement, comme le principal représentant de la méthode historique au sein du courant de l’humanisme juridique.

 Jacques Cujas is still today one of the most famous French jurists, although his work remains mainly unfamiliar. Born at Toulouse in 1522, he had a rich and itinerant career as a professor of Roman law. After completing his studies in his hometown, he was doctor-regent at Cahors (1554-1555), Bourges (1555-1557, 1559-1566 and 1575-1590), Valence (1558-1559 and 1567-1575) and Turin (1566-1567), and briefly taught in Paris in 1576. During this upward career (which ended by his death at Bourges on 4 October 1590), Cujas published many works that gave him a great reputation and attracted the crowd of students. This glory is mainly due to the renewed understanding of the texts of Roman law resulting from the use of humanistic knowledge to the legal studies. Renaissance figure, Jacques Cujas appears, especially, as the leading representative of the historical method within the current of legal humanism

Les archives de la vigne et du vin

Colloque les 5 et 6 novembre 2018, Les archives de la vigne & du vin. Enjeux patrimoniaux, juridiques et culturels, Amphitéâtre de la Maison des sciences de l’homme, Dijon.

« Appellation générique, les archives de la vigne et du vin se caractérisent par la diversité de leur objet, de leur nature ou encore de leur support. L’enjeu de ce colloque, conçu en partenariat avec la Chaire UNESCO Culture et Traditions du Vin, est donc de cerner cette notion protéiforme. Mais il s’agit aussi de mettre en valeur l’importance et la richesse de ces archives. Au travers d’un regard pluridisciplinaire, l’objectif est de rendre compte de l’intérêt de ces archives en termes patrimonial, juridique, scientifique, professionnel et environnemental afin de promouvoir leur collecte et leur valorisation » (Présentation des organisateurs).

Programme

Conférence – Sur le front du droit – 23 octobre 2018

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (E.A 789) organise un cycle de conférences sur les juristes européens et américains dans la Grande Guerre.

Ce cycle de conférences est organisé en collaboration avec le Collège supérieur du Droit et l’École européenne de droit.

Les conférences sont destinées aux étudiants et au grand public. Elles ont pour objectif commun de questionner la place des juristes et du droit au cours de la période 1914-1918 et dans l’après-guerre. Comment le droit est appliqué au cours de cette période ? Comment ces circonstances sont prises en considération par le juge et la doctrine ? En quoi la guerre influe-t-elle sur la formation et le développement de domaine(s) juridique(s) ?

Mardi 23 octobre 2018 (18 h),Université Toulouse Capitole, Salle des conférences, BU de l’Arsenal

Antoine SENE (Doctorant en histoire du droit à l’Université de Bordeaux), La mobilisation des professeurs de droit français sur le front de la propagande internationale (Résumé)

Ces conférences font partie d’un ensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires (Label Mission Centenaire)

Histoire de la République : réflexions sur les sensibilités républicaines

IHD_Affiche Sensibilités républicaines_Table ronde 18 octobre 2018

Table ronde de l’Institut d’Histoire du Droit

Jeudi 18 octobre 2018 à partir de 14h

Salle du Conseil de la Faculté de droit, d’économie et de gestion

Sous la direction scientifique de M. Thomas BRANTHÔME, maître de conférences et membre de l’Institut d’Histoire du Droit

Programme complet à télécharger ICI

Discutants :

M. Jacques de SAINT-VICTOR, professeur d’histoire du droit à l’Université de Paris-XIII, co-auteur de L’Histoire de la République

M. Alain LAQUIÈZE, professeur de droit public à l’Université Paris Descartes

Mme Anne ULRICH-GIROLLET, maître de conférences à l’Université de Bourgogne

M. Patrice ROLLAND, professeur émérite de droit public à l’Université Paris-Est Val-de-Marne

Président de séance : 

M. Thomas BRANTHÔME, maître de conférences à l’Université Paris Descartes, organisateur de la table ronde, auteur de L’Histoire de la République

Présentation :

Cette table ronde propose une discussion sur la question du républicanisme français et ses soubassements historiques, juridiques et intellectuels. Longtemps considéré comme ayant pris naissance au XVIe siècle à la suite des écrits de Machiavel (le « moment machiavélien ») avant de devenir une « idée » au XVIII consacrée en France par des régimes républicains, le républicanisme moderne se voyait attribuer jusqu’alors un certain tracé homogène. Le projet de cette table ronde est de soumettre à ses participants une double remise en cause de ce tracé. Remise en cause temporelle d’une part en ce que la discussion soulèvera l’hypothèse d’une genèse plus ancienne à rechercher dans un espace-temps situé entre le XIIIe et le XVe siècle qui voit le modèle de la « république des anciens » être réétudié dans le sillage de redécouverte de la philosophie d’Aristote. Analytique d’autre part, car à partir du XVIIe siècle va se développer dans l’hexagone une idée républicaine «à la française », idée polymorphe, complexe et évolutive qui ne va pas se contenter de creuser un sillon unique mais ouvrir sur des branches et des traditions multiples que l’on pourra envisager en quatre « sensibilités » (conservatrice, libérale, jacobine et plébéienne).

Histoire du droit et des institutions dans la France médiévale et moderne

A. Rigaudière, Histoire du droit et des institutions dans la France médiévale et moderne, collection « Corpus Histoire du droit », Paris, Economica, 5e éd., 2018, 1120 p.

« Cette Histoire du droit et des institutions de la France médiévale et moderne vise à décrire, en quatre temps, comment s’est lentement construit le système juridique et institutionnel français. Droit et institutions s’y croisent en permanence pour montrer que la lente découverte du legs politique et juridique romain dans un Occident médiéval déstabilisé au lendemain des invasions a largement servi la renaissance de l’État. Mais il serait faux d’en rester à cette image stéréotypée d’un modèle institutionnel imposé par la romanité, tant les traditions germaniques, la pratique ecclésiale, l’apport du droit féodal, l’action des princes et des rois, tout comme la force de persuasion de leurs conseillers et de leurs légistes, ont admirablement contribué à façonner l’État royal. Un État constamment construit sur les droits et le Droit, autour d’un maillage d’institutions aux facettes perpétuellement mouvantes et toujours plus finement ciselées par les orfèvres du politique » (Présentation de l’éditeur).

Albert Rigaudière est membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles lettres). Professeur émérite de l’Université Paris II Panthéon-Assas. Ses travaux portent principalement sur l’histoire de l’État, de la ville, de la fiscalité et des sources du droit.

La neutralité des juristes

Séminaire_La neutralité des juristes_Programme

Séminaire organisé par l’Institut d’Histoire du Droit en collaboration avec le Centre de théorie et d’analyse du droit (CTAD – UMR 7074) de l’Université Paris Nanterre

Organisateurs :

Mme Fatiha CHERFOUH, Université Paris Descartes, Institut d’Histoire du Droit

 M. Guillaume RICHARD, Université Paris Descartes, Institut d’Histoire du Droit

M. Lionel ZEVOUNOU, Université Paris Nanterre, Centre de théorie et d’analyse du droit

Lire la suite

La neutralité des juristes

Séminaire organisé par Fatiha Cherfouh (Université Paris-Descartes), Guillaume Richard (Université Paris-Descartes), Lionel Zevounou (Université Paris-Nanterre)

Présentation et Programme des 5 séances entre le 27 septembre 2018 et le 16 mai 2019.

Lorsqu’elle parle de dogmatique, la théorie analytique du droit développée en France renvoie à un discours dont la caractéristique est de ne pas distinguer les points de vue descriptifs et normatifs. De nombreux travaux ont, dans ce sillage, cherché à montrer que la doctrine contemporaine était, à bien des égards, un discours de pouvoir, voire un discours au service du pouvoir. Le séminaire entend discuter une hypothèse différente. Il cherchera à comprendre de quelle manière le style doctrinal contemporain s’est institué dès la fin du XIXe siècle, non pas en se fondant sur un quelconque critère théorique d’identification du discours dogmatique, mais en se pensant toujours lui-même comme un savoir, sans nécessairement avoir besoin de recourir à la distinction entre « dogmatique » et « science du droit », ni entre science du droit et droit. La théorie analytique du droit ne peut prétendre détenir le monopole de la représentation de la science du droit et il conviendra de dresser le panorama des différentes manières de se représenter une telle « science du droit », telle qu’elle est invoquée dans le discours juridique contemporain depuis le xixe siècle. Au-delà de cette question, il faut penser l’élaboration et la définition des frontières proposées par les juristes pour leur science.

Lire la suite

French Law vs Common Law, acte II

9 oct 2018_French Law vs Common Law, acte II_affiche

 

Colloque international organisé par l’Institut d’Histoire du Droit (IHD EA 2515) et l’Institut de l’Ouest : Droit et Europe (IODE UMR CNRS 6262 de l’Université de Rennes 1)

Mardi 9 octobre 2018

Ancienne bibliothèque de recherche

Faculté de droit, d’économie et de gestion de l’Université Paris Descartes

Lire la suite

Le genre du traité dans la production juridique française (fin Moyen Âge – début XVIe s.)

Dans le cadre des Rencontres d’Histoire du Droit, le CTHDIP accueille Monsieur le professeur Patrick Arabeyre (Ecole nationale des chartes) pour une conférence : Le genre du traité dans la production juridique française de la fin du Moyen Âge et du premier XVIe siècle.

Bibliothèque Germain Sicard (AR 206), 18 septembre 2018 à 14h30

Présentation du conférencier

Quelques publications :

Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme. Recherches autour de l’œuvre de Guillaume Benoît (1455-1516), Toulouse, Presses de l’Université des sciences sociales, 2003 (Centre toulousain d’histoire du droit et des idées politiques : Études d’histoire du droit et des idées politiques, n° 7/2003), 590 p.

P. Arabeyre, J. Krynen, J.-L. Halpérin, Dictionnaire historique des juristes français (XIIe – XXe siècle),nouvelle édition revue et augmentée, Paris, PUF-Quadrige, 2015, 1 120 p.

« Un enseignement de science politique dans les facultés de droit canonique françaises de la fin du XVe et au début du XVIe siècle », dans Science politique et droit public dans les facultés de droit européennes (XIIIe – XVIIIe siècle), J. Krynen et M. Stolleis dir., Frankfurt am Main, V. Klostermann, 2008, p. 299-324.

« Manière d’enseigner chez les bartolistes français des XVe et XVIe siècles : la fin d’une écriture ? », dans L’Ecriture des juristes (XVIe – XVIIIe siècle), études réunies et présentées par L. Giavarini, Paris, Editions Classiques Garnier, 2010 (Etudes et essais sur la Renaissance, 90), p. 75-91.

« Le premier recueil méthodique d’ordonnances royales françaises : le Tractatus ordinationum regiarum d’Etienne Aufréri (fin XVe – début du XVIe siècle) », dans Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, t. 79 (2011), p. 391-453.

« La France et son gouvernement au milieu du XVe siècle d’après Bernard de Rosier », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. 150 (1992), p. 245-285.

Italia-Francia allers-retours

Colloque à l’Università degli Studi del Sannio, Italia-Francia allers-retours : influenze, adattamenti, porosità, Benevento, 21 et 22 septembre 2018.

« L’incontro si propone come una occasione di discussione sui modi in cui le due culture giuridiche, quella italiana e quella francese, si sono reciprocamente influenzate nel corso dell’età moderna e contemporanea, sia dal punto di vista della dottrina, che della legislazione e dei profili applicativi del diritto.
È infatti possibile cogliere dei percorsi che si incrociano nei due sensi, e attraverso le relazioni di ciascuna sessione si intende avviare un confronto sull’ impatto che questi contatti (a volte fluidi e spontanei, altre volte risultato di imposizioni) hanno avuto sui nostri sistemi giuridici » (présentation des organisateurs)

Programme

Comité scientifique :

Cristina Ciancio, Università del Sannio
Luisa Brunori, CNRS Université de Lille
Katia Fiorenza, Università del Sannio
Xavier Prévost, Université de Bordeaux