Nicolas Laurent-Bonne et Xavier Prévost (dir.), Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes (II), LGDJ, Contextes, 2018.

Nicolas Laurent-Bonne et Xavier Prévost (dir.), Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes (II), LGDJ, Contextes, 2018.

Résumé:

L’ouvrage s’inscrit dans le sillage d’un premier volume, intitulé Penser l’ordre juridique médiéval et moderne, qui tentait d’évaluer la tendance des historiens des facultés de droit à jeter un voile dogmatique, sinon trompeur, sur les réalités normatives du Moyen Âge et des Temps modernes. Consacré cette fois-ci, non à l’ordre juridique médiéval et moderne, mais à l’écriture de l’histoire du droit privé, ce deuxième volume a pour ambition de livrer une réflexion épistémologique sur l’un des enjeux de l’historiographie juridique : peut-on penser l’ancien droit privé à partir des catégories juridiques contemporaines ? 
Il semble en effet que le droit privé – au moins en France – ait largement échappé à de tels questionnements, qui ont pourtant fait l’objet de débats nourris dans la plupart des autres champs de la connaissance historique. Afin de combler ce manque, l’ouvrage entend porter dans le champ du droit privé le dilemme bien connu du rapport de la recherche historique au présent, telle l’opposition entre écriture d’une histoire continuiste et celle d’une histoire inactuelle. Plus largement, les deux volumes souhaitent contribuer aux débats sur la place de l’analyse historique du droit.

Xavier Prévost, agrégé des facultés de droit, agrégé d’économie et gestion, archiviste paléographe (diplômé de l’École des chartes), ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, est professeur d’histoire du droit à l’université de Bordeaux. 

Nicolas Laurent-Bonne est agrégé des facultés de droit et professeur d’histoire du droit à l’université Clermont Auvergne.

Espace politique / espace juridique dans le monde américain de tradition juridique catholique

20 nov 2018_Espace politique / espace juridique dans le monde américain de tradition juridique catholique

Colloque organisé par l’Institut d’Histoire du Droit EA 2515 en collaboration avec le Centre de Recherches d’histoire de l’Amérique Latine et du Monde Ibérique UMR 8169 de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mardi 20 novembre 2018 de 16h à 19h

Salle du Conseil de la Faculté de droit, d’économie et de gestion de l’Université Paris Descartes

10, avenue Pierre Larousse, 92240 Malakoff

Organisation : M. Jean-Baptiste BUSAALL, Maître de conférences à l’Université Paris Descartes, membre de l’Institut d’Histoire du Droit EA 2515

Lire la suite

Journée d’étude Thémis Outre-mer 3

La magistrature ultramarine aux temps du Premier Empire colonial (vers 1500-1800). Statuts, carrières, influences, organisée par Eric Wenzel et Eric de Mari, le 14 décembre 2018 à la Faculté de droit de Montpellier

Voir le  Programme

Suivre l’actualité de l’histoire du droit des colonies au sein de ‘UMR 5815 Dynamiques du droit

Livre d’or de la Faculté de droit de Toulouse. Mémoires de la Grande Guerre

O. Devaux et F. Garnier, Livre d’or de la Faculté de droit de Toulouse. Mémoires de la Grande Guerre, Presses de l’Université Toulouse Capitole, Toulouse, 2018, 229 p.

Dès les premiers temps de la Grande Guerre, le nombre de morts au combat et de disparus est considérable. De multiples institutions entreprennent d’en dresser progressivement la liste et, à la fin du conflit, seront publiés des Livres d’or destinés à honorer, au même titre que les monuments aux morts, la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés.
La Faculté de droit de Toulouse a participé à ce mouvement avec pour ambition première d’y faire figurer non seulement ceux de ses étudiants et anciens étudiants qui avaient perdu la vie, mais aussi leurs camarades survivants dès lors qu’ils avaient été blessés.
La notice consacrée à chacun d’eux devait aussi être accompagnée d’une photographie. Mais son Livre d’or, qui n’existe qu’en un seul exemplaire n’a jamais été publié.
Les auteurs, s’appuyant essentiellement sur des documents d’archives, en même temps qu’ils retracent la procédure d’élaboration de ce document et présentent des extraits de lettres de combattants ou de leurs parents, ont eu pour ambition de combler cette lacune en enrichissant les notices établies, il y a un siècle, par les autorités de la Faculté.

Bulletin de commande

Lire la suite

L’isolement impossible.

L’approche pluridisciplinaire des qualifications juridiques

Association Française des Jeunes Historiens du Droit

Journée organisée le vendredi 12 octobre à l’Université 
Panthéon-Assas (Paris II), 12 place du Panthéon, 75005 Paris, en salle des Actes (escalier J, 3e étage).

Programme :

9h : Accueil des participants en salle des actes

9h30 : Jean-Philippe Hias (Université Rennes 1), La fraude à la loi en droit romain

9h45 : Discussions

10h15 : Thibault Barbieux (Université Clermont Auvergne), Souveraineté législative et contractualisme dans la France d’Ancien Régime

10h30 : Discussions

11h : Caroline Delahais (Université Rennes 1), Le principe de proportionnalité en responsabilité civile

11h15 : Discussions

11h45 : Bilan, synthèse 

12h30 : Déjeuner

14h : Vianney Doussau (Université Paris II – Panthéon-Assas), L’infamie de l’Antiquité tardive à l’époque moderne

14h15 : Discussions

14h45 : Claire de Blois (Université Paris V – Descartes), La frontière (1648-1919)

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h : Alexandre Frambéry (Université de Bordeaux), L’intention à l’époque contemporaine

16h15 : Discussions

16h30 : Marie Glinel (Université de Toulouse Capitole 1), La répartition dans la gourvernance des biotechnologies

16h45 : Discussions

17h15 : Synthèse

18h30 : Fin de la table ronde

Présidents de séance : Rachel Guillas, Hugo Beuvant

Discutants : Alexandre Mimouni, Jean-Romain Ferrand-Hus, Lancelot Maygnan, François Waquet, Romain Broussais, Alexis le Barbier, Maxence Accart.

.

Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche

Appel à contribution pour un dossier d’Études sociales, 2020/2.

 » Ce dossier des Études sociales se situe à la croisée de deux champs de recherches en pleine expansion : l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale d’une part, et celui de l’histoire de l’éducation populaire de l’autre.

L’histoire de l’éducation populaire, en premier lieu, longtemps cantonnée à une histoire internaliste et mémorielle, s’est peu à peu abstraite de cette dimension militante (Richez, 2004) pour se faire davantage historienne, comme en témoignent un certain nombre de travaux récents (Christen, 2013, 2014a et 2014b ; Besse et Christen, 2017). En second lieu, l’histoire de l’enseignement de l’économie politique, matière introduite dans les facultés de droit en 1864 avant son autonomisation progressive, a fait l’objet d’une thèse pionnière (Le Van-Lemesle, 2004). Cet enseignement peut être saisi à travers la dimension originelle que lui confère Walras (1879), qui s’apparente à « l’étude du mécanisme et des effets de la libre concurrence absolue en matière d’échange, de production, de capitalisation ». Il peut l’être tout autant à travers l’alternative qu’il lui oppose, l’économie sociale, entendue comme la « recherche des principes de justice suivant lesquels doit s’effectuer la répartition de la richesse entre les individus et l’État par la propriété et l’impôt » (sur ce concept, Lekéal, 2004). Quant à l’histoire de l’enseignement juridique, elle s’est petit à petit extraite de l’histoire des doctrines juridiques avec laquelle elle s’était longtemps confondue, pour s’ouvrir à une socio-histoire ayant permis de nombreux progrès, comme en témoigne la multiplication récente de travaux individuels et de projets collectifs (pour un panorama, Audren, 2014).

Lire la suite

Conférences Sur le front du droit – 16 octobre 2018

Le Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (E.A 789) organise un cycle de conférences sur les juristes européens et américains dans la Grande Guerre.

Ce cycle de conférences est organisé en collaboration avec le Collège supérieur du Droit et l’École européenne de droit.

Les conférences sont destinées aux étudiants et au grand public. Elles ont pour objectif commun de questionner la place des juristes et du droit au cours de la période 1914-1918 et dans l’après-guerre. Comment le droit est appliqué au cours de cette période ? Comment ces circonstances sont prises en considération par le juge et la doctrine ? En quoi la guerre influe-t-elle sur la formation et le développement de domaine(s) juridique(s) ?

Mardi 16 octobre 2018 (18 h),Université Toulouse Capitole, Salle des conférences, BU de l’Arsenal

Michaël AMARA (Chef de service « Archives contemporaines », Archives générales du Royaume), La Cour militaire belge durant la Grande Guerre ou le difficile exercice de la Justice militaire en Belgique (1914-1918) (Résumé)

Annamaria MONTI (Professeur à l’Università Commerciale Luigi Bocconi), Les juristes universitaires italiens et la guerre : pistes de recherche.

Ces conférences font partie d’un ensemble de publications et manifestations portées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires (Label Mission Centenaire)

Exposition – Des juristes mobilisés (La Faculté de droit de Toulouse pendant la Première Guerre mondiale)

Cette exposition évoque la situation, pendant la Première Guerre mondiale, de la Faculté de droit de Toulouse avec son doyen Maurice Hauriou. Elle met en lumière l’engagement des étudiants et des enseignants, sur le front et à Toulouse, par leurs idées et leurs actions notamment avec l’accueil de soldats-étudiants américains.

Commissariat : Florent Garnier, Philippe Delvit, Marcel Marty et Marielle Mouranche

Cette exposition fait partie d’un ensemble de manifestations organisées par le C.T.H.D.I.P. et associant divers partenaires (Label Mission Centenaire)

Bibliothèque de l’Arsenal, Toulouse, octobre et novembre 2018