Le droit face à l’économie sans travail, I, Sources intellectuelles, acteurs, résolution des conflits

Le Droit face à l’économie sans travail. Tome I – Sources intellectuelles, acteurs, résolution des conflits, sous la direction de Luisa Brunori, Serge Dauchy, Olivier Descamps et Xavier Prévost, Collection « Histoire du Droit », n° 6, 2019, 421 p.

« Dix ans après le début de la crise des subprimes, la conjoncture des premières années du troisième millénaire demande un regard ample sur les dynamiques de l’économie sans travail, entendue comme l’ensemble des opérations financières qui ne rémunèrent directement ni le travail humain ni l’échange d’un bien ».

Table des matières

La Règle de l’unité ? le juge et le droit dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècle)

La Règle de l’unité ? Le juge et le droit dans la France moderne (XVeXVIIIe siècle), P. Arabeyre et O. Poncet (dir.), Collection « Histoire du droit », 5, Paris, 2019, 243 p.

« Cet ouvrage collectif apporte des réponses à la question suivante : dans quelle mesure les juges ont-ils accompagné le mouvement d’unification conceptuelle du droit au profit du pouvoir royal, soit pour s’en faire les critiques, soit pour s’en faire les initiateurs ? »

Sommaire :

Olivier Poncet, Introduction. Un roi, un droit : syllogismes modernes ?, p. 7

Première Partie. Une construction intellectuelle. Les arrêtistes

Anne Rousselet-Pimont, L’unité du droit vue par un arrêtiste toulousain. Géraud de Maynard (1537-1607), p. 19

Deuxième partie. Les leçons de la pratique. la part des situations locales

Elise Frêlon, Une activité juridique entre unité nationale et diversité locale. La jurisprudence du Parlement de Bordeaux à l’époque moderne, p. 47

Raphaëlle Lapôtre, Deux législations matrimoniales pour un royaume ? Concurrences et collaborations dans la pratique des tribunaux du Beauvaisis, XVIIe-XVIIIe siècles, p. 65

Troisième partie. Les leçons de la pratique. Entre grâce et logiques de pouvoir

Julie Claustre-Mayade, Le juge, interprète de la grâce ? La jurisprudence du Châtelet de Paris sur les lettres de grâce royale en faveur des endettés (XVe siècle), p. 89

Katia Weidenfeld, La répression de la fraude fiscale, un accompagnement ambigu du pouvoir royal d’imposer (XIVe-XVIIIe siècle), p. 105

Quatrième partie. La voie de la procédure

Boris Bernabé, La procédure civile et la règle des trois unités ou la distinction de la procédure et de l’organisation judiciaire, p. 127

Ugo Bellagamba, Avocats et juges au XVIIIe siècle et durant la période révolutionnaire. De l’amitié entre gens de justice, p. 151

Xavier Godin, Le Conseil du roi et les réformes judiciaires civiles en Bretagne dans la première moitié du XVIe siècle, p. 171

Cinquième partie. La mémoire des magistrats

Clément Pieyre, Des bibliothèques hautes de dix coudées. Les sources du droit dans les catalogues de vente publique des bibliothèques de magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle, p. 197

Patrick Arabeyre, Conclusions. L’unité, une règle ?, p. 225

L’histoire du droit entre science et politique

L’histoire du droit entre science et politique, sous la direction de Nader Hakim, Collection Théorie et histoire du droit, Editions de la Sorbonne, Paris, 2019.

Présentation de l’éditeur :

 » L’histoire du droit est très majoritairement pratiquée au sein des Facultés de droit par des juristes qui ont choisi de se consacrer à l’histoire de leur discipline. Ce lien intime distingue ainsi non seulement l’histoire du droit de l’histoire des Facultés de lettres mais également des sciences politiques et de l’histoire des sciences. Elle est ainsi communément pensée comme neutre ou apolitique, son objectif étant d’éclairer le droit par son histoire.

Issu d’un colloque qui s’est tenu à Bordeaux en 2015, cet ouvrage réunit les contributions de jeunes chercheurs français, italiens et chinois ainsi que trois historiens du droit français, états-unien et israélien. Leur thème commun est en l’occurrence l’inscription politique de l’histoire du droit. En confrontant leurs regards de juristes-historiens ou de philosophes à partir d’exemples puisés dans les époques moderne et contemporaine, en interrogeant leur historiographie et en entrant au coeur de l’épistémologie de leur « science », les auteurs proposent une série de travaux allant de l’École de Salamanque au XVIe siècle au droit public espagnol sous Franco, tout en interrogeant leurs propres méthodes et pratiques de chercheurs. Invitation à la réflexivité, ces études montrent l’ampleur des questionnements d’une jeune recherche dans une discipline qui ne cesse de se renouveler » .

Sommaire

De l’assassinat considéré comme un des arts juridiques, Droit et littératures policières, journée d’études de la SHFD, Paris, 5 juillet 2019.

Journée d’étude de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

De l’assassinat considéré comme un des arts juridiques. Droit et littératures policières (XIXe-XXsiècles)

vendredi 5 juillet 2019 – 9h30 à 18h

Salle 1 (1er étage, aile Soufflot) 12, place du Panthéon – 75005 Paris

Avec le partenariat de la Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo)

Organisée par Pierre Bonin (IRJS-École de droit de la Sorbonne, université Paris 1) et Laetitia Guerlain (IRM-CAHD-université de Bordeaux)

juillet 2019 – imprimerie Pessac – université de Bordeau

SHFD

Société pour l’histoire des Facultés de droit
https://www.univ-droit.fr/rhfd d’histoire du droit

IRM-CAHD

page1image35635200

9h30 Sous la présidence de,
Didier Truchet, professeur émérite de droit public de l’université Panthéon-Assas (Paris II), président de la Société pour l’histoire des Facultés de droit.

Laetitia Guerlain, maître de conférences en histoire du droit à l’université de Bordeaux, Introduction : droit et littératures policières XIXe-XXe siècles.
Yann-Arzel Durelle-Marc, maître de conférences en histoire du droit à l’université Paris 13, « Polar romain » et droit sous la plume de Steven Saylor : Les mystères de Rome, 1997-2018.

Suzanne Bray, professeur de littérature et civilisation britannique à l’institut catholique de Lille, Le juriste en tant que détective dans les ro- mans policiers historiques de C.J. Sansom.
Laurence Devillairs, doyen de la faculté de philosophie à l’institut catholique de Paris, La fascination du méchant.

Frédéric F. Martin, professeur d’histoire du droit à l’université de Nantes, L’amorale du droit chez James Ellroy et Jim Thompson.Delphine Cingal, maître de conférences en anglais juridique à l’université Panthéon-Assas (Paris II), Une certaine justice de P.D. James : une justice (in)certaine ?

14h30 Sous la présidence de,
Guillaume Richard professeur d’histoire du droit à l’université de Paris Descartes.

Christine Baron, professeur de littérature comparée à l’université de Poitiers, L’univers policier chez Borges, une utopie du sens.
Nicolas Mathey, professeur de droit privé à l’université Paris-Descartes,L’article 353 du Code penal et autres romans de Tanguy Viel : un finistère policier.

Arnaud Coutant, professeur en droit public à l’université de Reims, Le droit dans l’adaptation cinématographique d’un roman policier, Sueurs froides d’Alfred Hitchcock.
Pierre Brunet, professeur de droit public à l’École de droit de la Sorbonne, université Paris 1, Le polar comme laboratoire d’analyse réaliste du droit, dans les Dortmunder de Donald Westlake.

Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’École de droit de la Sorbonne, université Paris 1, Crime social et règlement enfreint : plaralis- me des règles, inter-normativité, et doxa de l’analyse de genre dansGaudy night de Dorothy L. Sayers (1935).

Les actes de la journée seront publiés dans la collection « Droit et Littérature » des éditions Mare et Martin.

Professions and Methods in Comparative Legal History

Professions and Methods in Comparative Legal History, 1-3 July 2020, University of Lisbon, Portugal, European Comparative Legal History, Universidad de Lisboa, Faculdade de Direito

Retrouvez le texte de l’appel à communication ci-dessous :

« The Organising Committee of the 6th Biennal Conference and the Executive Council of the ESCLH are pleased to call for papers for the upcoming conference to be held. The main theme picks up threads of thought from the earlier ESCLH conferences in Valencia (2010), Amsterdam (2012), Macerata (2014), Gdansk (2016), Paris (2018) to explore what roles Professions and Methods have played, and continue to play, within comparative legal history. Offers of papers should be submitted by 15 November 2019 (details below).

 The conference will focus on legal professions and method, especially the methods of legal professionals across Europe and the world. Judges, lawyers and other legal professions have developed differently from country to country and even now, we can find substantial differences in training, method, role and work. Legal methodology, including the motivation of judicial decisions, lawyerly style and method of arguing cases needs to be studied in historical and comparative perspective to understand where we are now, and where we might be heading.

 Papers could probe the process of emergence and evolution of legal professions, from their institutional aspects and their understanding of their jobs, through to technical matters of method. They could also study the effects of structure of legal professions on the on the way law functions, most obviously through case law. Papers which also look through the lens of the historical context of the countries in which the legal professions operated are welcome.

Papers should be novel, properly researched and referenced. They should address the conference theme, exploring doctrinal, theoretical, cultural or methodological aspects of comparative legal history. They must also be comparative, addressing more than one system of laws. The organisers particularly welcome addressing multiple legal systems or cultures. This includes where a similar legal system functions in different cultural circles.

Practical details:

  1. To offer a paper, please send the title of their paper, a short abstract (of 200-400 words, no more, and a short CV (no more than 1 page) by 15 November 2019 to the organizing committee, c/o esclhinlisbon2020@fd.ulisboa.pt
  2. The presentations should be in English.
  3. It is also possible to submit a complete proposal for one or more panels (3 papers normally).
  4. The list of accepted papers will be announced by early December 2019.

Shortly, a conference website will be launched with fuller details of the conference. For the moment, some transport and accommodation information follows.

Lisbon offers many accommodation possibilities ranging from five-star hotels, through smaller hotels and private rooms to beds in youth and student hostels. For some postgraduates the University of Lisbon, might be able to offer cheaper accommodation in student dormitories, and anything available will be advertised in due course ».

Organising Committee:

Pedro Barbas Homem, Susana Antas Videira, Ana Fouto, Jorge Silva Santos