Le droit mongol dans l’Etat sino-mandchou (1644-1911)

Frédéric Constant, Le droit mongol dans l’Etat sino-mandchou (1644-1911). Entre autonomie et assimilation, Bibliothèque de l’institut des hautes études chinoises, vol. 41, Paris, 2019.

« Partant d’une description complète de la législation impériale promulguée par le gouvernement des Qing pour la Mongolie, l’auteur examine dans ce livre les problèmes nés de l’introduction de cette législation aux Mongols et de l’application de celle-ci. L’étude d’un large éventail de documents juridiques — incluant les codes mongols antérieurs aux Qing, la législation impériale, les règlements administratifs et les jugements rendus à la fois aux niveaux local et central — lui permet d’analyser les interactions entre le droit et diverses questions relatives à l’autonomie locale, au pluralisme juridique, à l’assimilation politique et aux relations entre le centre et la périphérie. L’auteur défend l’idée que les Qing tendirent à mettre en valeur l’approche et les principes du droit chinois lors de l’élaboration de la législation propre aux Mongols. Ils transférèrent progressivement une grande partie de concepts étrangers à la tradition juridique mongole, sinon leur totalité. Malgré les efforts importants mis en œuvre pour contrôler et normaliser l’administration des régions périphériques jusqu’à en faire une extension de la Chine intérieure plutôt qu’un protectorat gouverné par l’aristocratie locale, et malgré les effets de l’immigration Han en Mongolie, les principes du droit mongol ne disparurent cependant pas complètement, ainsi qu’en témoignent les jugements rendus par les juges des niveaux inférieurs de l’administration Qing en Mongolie ». (Présentation de l’éditeur)telechargement

Séminaire EHESS / IMM 2019-2020 Médiévalismes et nationalisation des cultures juridiques en Europe (XIXe-XXe siècles)

  • Emanuele Conte, directeur d’études de l’EHESS, professeur à l’Université Rome-III 
  • Pierre Thévenin, chargé de recherche au CNRS – Institut des Sciences Sociales du Politique — Ecole Normale Supérieure Paris Saclay

Mensuel, (jour indifférent), 10h-13h, (54 ou 105 bd Raspail), du 22/01/2020 au 29/05/2019

En contrepoint du souci de reconnecter entre elles les histoires dont la modernité a disjoint les circuits, il importe d’étendre au langage du droit, considéré dans la spécificité à la fois incantatoire et technique de ses performances, l’examen des « déconnexions » qui ont accompagné l’essor de l’Occident.

Le séminaire sera consacré cette année à ausculter le renvoi au Moyen Âge qui a permis l’affirmation d’un caractère national des institutions juridiques, dans la culture savante du XIXeet du premier XXesiècles. Comment s’est joué le rapatriement, l’indexation « nationale » de ces formes juridiques abstraites qui, des divisions de la propriété à l’organisation des assemblées villageoises, avaient sédimenté dans le système labile du va-et-vient entre un droit romain « commun » aux nations européennes et la myriade des coutumes développées par les communautés locales ?

Afin de vérifier si un retour au Moyen Âge permet de « purifier l’air » des études juridiques — comme Paul Zumthor l’affirmait dans le cas des études littéraires — nous déclinerons cette question en examinant la part de l’histoire médiévale chez quelques grandes figures de la pensée juridique européenne, de Savigny à Gierke, en passant par Frederic Maitland, Hermann Kantorowicz et Jacques Flach.

Professeur invité à l’EHESS, Gadi Algazi, nous aidera à mesurer l’insistance de ces « médiévalismes » dans la réaffirmation contemporaine des « identités nationales ».  

Séance 1 / Introduction – Otto von Gierke 

22 Janvier 2020 de 10h à 13h

Emanuele Conte et Pierre Thévenin / introduction générale.

Céline Jouin (Université de Caen) / « L’histoire du droit d’Otto von Gierke »

Séance 2 / L’histoire constitutionnelle allemande

26 Février 2020 de 10h à 13h

Gadi Algazi (Tel Aviv University) / « Kulturgeschichteet Verfassungsgeschichteen Allemagne avant et après 1871 »

Séance 3 / Hermann Kantorowicz

18 Mars 2020 de 10h à 13h

Rainer Kiesow (EHESS) / « Hermann Kantorowicz, le droit libre et la nation »

Benjamin Lahusen (Université Humboldt, Berlin) / « L’idée de Volksgeistdans la science moderne du droit »

Séance 4/ Otto von Brunner

Gadi Algazi (Université de Tel Aviv) /« Otto von Brunner,les historiens et le nazisme »

29 Avril 2020 de 10h à 13h

Séance 5/ Frederic Maitland

20 Mai 2020 de 10h à 13h

John Hudson (Université Saint Andrews) / « Maitland, the Middle Ages and Britain » 

Séance 6/ Michelet et Jacques Flach

10 Juin 2020 de 10h à 13h

Frédéric Audren (CNRS – Sciences Po) / « Le nationalisme juridique de Jacques Flach » Jacques Chiffoleau (EHESS honoraire) / « Michelet, le Moyen Âge et le droit »

Site de l’EHESS : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/3315/

Cycle 2019-2020 de conférences de droit romain de l’Institut d’Histoire du Droit EA 2515

Droit romain 2020_Affiche

Cycle de conférences de droit romain placé sous la direction scientifique du Pr David Kremer

Les conférences ont lieu à 17h30 en salle des Actes de la Faculté de droit, d’économie et de gestion

10, avenue Pierre Larousse, 92240 Malakoff

Métro ligne 13, station Malakoff – Plateau de Vanves

Tram T3, station Porte de Vanves

Programme à télécharger ICI

Continuer la lecture

Soutenance de HDR le jeudi 12 décembre 2019, Université Bourgogne Franche-Comté

Fabrice Hoarau, Cordemoy, philosophe, historien et utopiste, soutenance de HDR mention Histoire du droit présentée publiquement le jeudi 12 décembre 2019 à la MSH de Dijon.

Composition du Jury :

Louis de Carbonnières, Professeur d’Histoire du droit à l’Université de Lille 2

Cédric Glineur, Professeur d’Histoire du droit à l’Université de Picardie, Rapporteur  

Xavier Godin, Professeur d’Histoire du droit à l’Université de Nantes, Rapporteur

Virginie Lemonnier-Lesage, Professeure d’Histoire du droit à l’Université de Bourgogne/Franche-Comté

Nicolas Warembourg, Professeur d’Histoire du droit à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Rapporteur

Résumé :

« L’étude consacrée à Géraud de Cordemoy (1626-1684) est destinée à mettre en lumière une oeuvre en grande partie méconnue; oeuvre principalement étudiée par les philosophes, qui ont abondamment commenté ses Six Discours sur la distinction et l’union du corps et de l’âme, et plus encore son Discours physique de la parole. On doit pourtant à l’auteur des contributions historiques très utiles à la compréhension des évolutions de la discipline au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, et un ouvrage utopiste essentiel, De la Réformation d’un Etat, dans lequel des réformes majeures de l’éducation et des institutions sont suggérées à la monarchie ».