Exposition virtuelle : Des facultés sur le front du droit (traduction en allemand et en anglais)

Des facultés sur le front du droit. Les facultés de droit dans la Grande Guerre (Exposition virtuelle)

Nous vous invitons à découvrir désormais en français/anglais/allemand l’exposition sur les facultés sur le front du droit pendant la Grande Guerre.

Le projet bénéficie du soutien de CollEx-Persée

On l’ignore souvent mais les facultés de droit furent des acteurs à part entière de la Première Guerre mondiale, impliquées comme l’ensemble des sociétés européennes dont elles formaient une partie de la jeunesse. Elles furent d’emblée mobilisées du côté de l’Entente au service d’une « guerre du droit » qui opposait un « modèle juridique libéral » érigé par certains de ses acteurs contre le « droit du plus fort » assigné aux revendications de l’ennemi allemand. Saisie à travers le prisme facultaire, cette « guerre du droit » traduit l’engagement des juristes, tant individuel que collectif.

Dans un dispositif conçu pour en permettre l’expansion, l’exposition virtuelle Des facultés sur le front du droit se propose de comprendre la Grande Guerre à travers la communauté des juristes (étudiants et professeurs) qui évoluaient dans les facultés de droit, françaises et européennes. Elle les suit de leur mobilisation dans la guerre (du droit) jusqu’à leur engagement mémoriel et pour la construction de la paix. Si à ce stade la perspective est celle de la France et de ses alliés, des prolongements sont bienvenus pour sonder la manière dont les facultés de la Triple Alliance et leurs membres participèrent de leur côté à l’effort de guerre.

Es wird oft übersehen, dass die juristischen Fakultäten – wie die gesamten europäischen Gesellschaften, deren Jugend sie zum Teil ausbildeten – vollwertige Akteure des Ersten Weltkriegs waren. Auf Seiten der Entente wurden sie von Anfang an mobilisiert, um einen „Krieg des Rechts“ zu führen, bei dem ein „liberales Rechtsmodell“, das von einigen ihrer Akteure propagiert wurde, gegen das “Recht des Stärkeren” ausgespielt wurde, das den Forderungen des deutschen Feindes zugeschrieben wurde. Durch das Prisma der Fakultät betrachtet, spiegelt dieser “Krieg des Rechts” das individuelle und kollektive Engagement der Juristen wider.

Die Online-Ausstellung „Fakultäten an der Front des Rechts” ist so konzipiert, dass sie erweitert werden kann. Sie soll den Ersten Weltkrieg über die Gemeinschaft der Juristen (Studenten und Professoren), die an den französischen und europäischen Rechtsfakultäten tätig waren, verständlich machen. Sie folgt ihnen von ihrer Mobilisierung im Krieg (des Rechts) bis hin zu ihrem Engagement für das Gedenken und die Errichtung des Friedens. Zwar ist die Perspektive vorerst die Frankreichs und seiner Verbündeten, jedoch sind Erweiterungen der Austellung willkommen, um zu untersuchen, wie die Fakultäten des Dreibunds und ihre Mitglieder sich ihrerseits an den Kriegsanstrengungen beteiligten.

Da das Ziel letztendlich darin besteht, den gesamten europäischen Raum zu erfassen, der von diesem tragischen Moment der Weltgeschichte betroffen war, wurde die Übersetzung der gesamten Ausstellung in Angriff genommen. Wir laden Sie zu einem Rundgang in französischer/englischer/deutscher Sprache durch die dunklen Stunden der Fakultäten an der Front des „Krieges des Rechts“ ein

It’s often overlooked, but law faculties were players in their own right in the First World War, involved like the rest of European society, part of whose youth they were shaping. From the outset, they were mobilized, on the Triple Entente side, in the service of a “war for right” that pitted a “liberal legal model” erected by some of its players against the “right of the strongest” assigned to the claims of the German enemy. Seen through the prism of the faculty, this “war for right” reflects the commitment of jurists, both individually and collectively.

Designed to enable wider participation, the online exhibition “Faculties on the front line for right” seeks to understand the Great War through the eyes of the legal community (students and professors) who worked in French and European law faculties. It follows them from their mobilization in the (legal) war to their commitment to remembrance and peace-building. While the perspective at this stage is that of France and its allies, extensions are welcome to explore how Triple Alliance faculties and their members participated in the war effort.

With the ultimate aim of covering the whole of Europe concerned by this tragic episode in world history, we have begun the process of translating the entire exhibition. We invite you to stroll in French/English/German through the dark hours of the faculties on the front line of the “war for right

L’exposition Des facultés sur le front du droit explore l’engagement de l’institution, de ses personnels et de ses étudiants ainsi que des bibliothèques. Après Paris, Toulouse, Lyon, Bordeaux et Lille, elle s’enrichit de l’histoire de facultés de droit en Belgique en association avec le Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique (CHDAJ) de l’Université Libre de Bruxelles.

Bonne découverte (Anne-Sophie Chambost, Florent Garnier et Alexandra Gottely).

 

APPEL À CONTRIBUTIONS : DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES JURISTES BELGES (XIIXe-XXe)

DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES JURISTES BELGES (XIIXe-XXe)

Le présent projet est initié par Jérôme de Brouwer (ULB), Wim Decock (UCLouvain), Frederik Dhondt (VUB), Georges Martyn (UGent), Bérengère Piret (UCLouvain Saint-Louis) et Patrick Wautelet (U. Liège) et Frédéric Audren (CNRS- Sciences Po, ULB)

Le projet de Dictionnaire historique des juristes belges consiste dans la réalisation d’un dictionnaire historique sur le modèle du Dictionnaire des juristes français ou du Juristas Universales. Depuis un certain temps se sont développées en Belgique des recherches qui exhument de nombreuses figures juridiques belges depuis le XIXe siècle (magistrats, avocats, professeurs, hommes et femmes politiques, éditeurs…). Cette mise en avant des figures du droit en Belgique est révélée ou rappelée à l’occasion de différents projets de recherche. À titre d’exemples, on rappellera le projet de prosopographie des magistrats belges Digithemis (UCLouvain), les travaux en cours sur les magistrats coloniaux (UCLouvain Saint-Louis), sur l’École de Bruxelles ou la thèse soutenue sur François Laurent (Gand, 2019) et celle, en cours, sur la formation des juristes en Belgique (ULB). Parmi les publications, on citera seulement les volumes les plus récents, comme l’ouvrage de F. Stevens, L. Waelkens, Geschiedenis van de leuvense Rechtsfaculteit, l’ouvrage de C. Cools, J.-F. Gerkens et al., Tweehonderd jaar rechtsfaculteiten Gent en Luik / Deux-centième anniversaire des facultés de droit de Gand et Liège ou encore celui de G. Martyn, L. Berkvens, P. Brood (eds.), Juristen die schreven en bleven. Nederlandstalige rechtsgeleerde klassiekers, celui de R. Cahen et al., Les professeurs allemands en Belgique. Circulation des savoirs juridiques et enseignement du droit (1817-1914) ou encore les deux volumes consacrés à l’École de Bruxelles (B. Frydman et al., La naissance de l’École de Bruxelles; Le droit selon l’École de Bruxelles).

Ce projet de dictionnaire souhaite prolonger cette dynamique et approfondir la connaissance du monde juridique belge en rassemblant les notices biographiques des juristes qui ont assuré un apport à l’évolution du droit.  Il contribuera, par la réunion d’un ensemble substantiel d’acteurs de l’évolution du droit, au questionnement sur l’identité et les spécificités d’une culture juridique en Belgique.

QUELS OBJECTIFS ?

Cette entreprise collective a une vocation scientifique, pédagogique et mémorielle. Elle souhaite non seulement contribuer à une meilleure compréhension de l’histoire juridique en Belgique (voire à l’édification d’une mémoire collective) mais aussi à une histoire transnationale (et européenne) des milieux juridiques et de la science juridique.

Les objectifs de ce dictionnaire sont au nombre de trois :

  • Il forme une contribution à l’histoire juridique et judiciaire de la Belgique, en offrant une meilleure connaissance de certains acteurs professionnels de ce secteur, de leurs trajectoires, de leurs profils. Cette histoire juridique et judiciaire, qui connaît un certain développement, appelle encore de nombreuses recherches, notamment pour mieux cerner l’identité et la spécificité de ces juristes, pour éclairer une éventuelle « culture juridique belge ».
  • Il forme une contribution à l’histoire de la Belgique, en permettant de mieux évaluer le rôle des juristes dans la société belge et dans ses évolutions politiques et sociales depuis le XIXe siècle. Il attachera une certaine importance aux juristes en politique, à ceux qui ont pris une part décisive à la définition des politiques juridiques dans la Belgique contemporaine. 
  • Il forme une contribution à la mémoire juridique belge. Le dictionnaire est une occasion d’évaluer la place de certaines personnalités dans le Panthéon juridique en Belgique, d’identifier des filiations et des dynasties juridiques, d’éclairer le parcours de ceux qui sont demeurés comme des « grands juristes ».  Il doit également être l’occasion de révéler des figures de juristes belges qui ont été négligées jusqu’ici par l’historiographie.

QUELLE  PERIODE ?

Il s’agit d’approcher, par la voie biographique, la naissance et le développement d’une culture juridique belge dans le cadre de l’espace belge indépendant. La période retenue est la Belgique contemporaine de 1830 jusque 1990. Plus précisément, le dictionnaire intègrera des juristes qui ont été actifs entre 1830 et 1990.

La dimension historique de l’entreprise impose que les juristes actifs au cours de la période la plus récente (les 30 dernières années) n’intègrent pas le dictionnaire.

La période couverte intègre l’expérience de colonisation (Congo, Ruanda-Urundi).

Une série de notices thématiques et transversales permettront d’intégrer par ailleurs des juristes qui ne sont pas repris sur la base de la période de leur activité : notice sur l’héritage de l’ancien régime, du régime français et du régime hollandais ; notice sur l’impact de l’intégration européenne ; notice sur les événements marquants des années 1990 ; …

QUELS JURISTES ?

La sélection des juristes qui intègreront le dictionnaire s’effectuera sur la base de critères cumulatifs :

  • Avoir été actif entre 1830 et 1990 ;
  • être décédé en 2000 au plus tard ;
  • être de nationalité belge ou étrangère et avoir exercé dans l’espace belge ;
  • être titulaire d’un diplôme en droit, belge ou étranger ;
  • Avoir apporté une contribution significative à l’évolution du droit belge ou à l’évolution du droit colonial, en principe par une publication marquante. Pourront également être pris en considération : mercuriale, avis/conclusions du ministère public ; plaidoirie ; proposition de loi ; fondation d’une revue ou projet éditorial ; initiation d’un projet de codification ; initiation d’un groupement, d’une association ayant pour objet l’évolution du droit dans un domaine donné.

La réunion de ces critères doit permettre, si elle est rigoureusement respectée, d’offrir une représentation intéressante de l’ensemble des acteurs (juristes) de l’évolution du droit en Belgique et dans l’espace colonial. Elle doit permettre l’intégration d’une diversité de profils, en ce compris la diversité de genre.

ORGANISATION DU PROJET

Le présent appel à contributions vise, dans un premier temps, à solliciter nos collègues des Facultés de droit et des Facultés de lettres aux fins d’identifier les personnalités qui seraient susceptibles d’intégrer le dictionnaire. Cet appel est également adressé aux praticiens du droit qui manifestent un intérêt pour la perspective historique.

L’objectif de cet appel est donc, à ce stade, de constituer la liste  des noms des juristes qui pourraient être retenus.

Chaque proposition doit comprendre les données suivantes, sous forme simplifiée :

  • Date de naissance et de décès
  • Matière juridique couverte
  • Apport significatif à l’évolution du droit
  • Date/période au cours de laquelle cet apport a été formulé/rendu public

Chaque proposition d’un nom de juriste ne peut pas dépasser 250 mots.

Il convient d’éviter des listes « sèches » n’offrant aucune précision sur les noms suggérés.

Les propositions seront soumises pour consultation à un comité scientifique qui sera prochainement constitué.

Les propositions qui seraient retenues et qui feront l’objet d’une notice ne seront pas nécessairement rédigées par l’auteur de la proposition.

Les propositions sont à communiquer pour le  1er décembre 2023 à l’adresse suivante :

dictionnairedesjuristes@gmail.com

Nous vous remercions d’avance pour la part que vous prendrez à cette entreprise collective, qui devrait aboutir à la publication d’un ouvrage de référence sur les acteurs de l’évolution du droit en Belgique et qui doit permettre l’approche, par les acteurs, leur production et leurs réseaux, d’une identité juridique belge.

Frédéric Audren  – Jérôme de Brouwer –  Wim Decock – Frederik Dhondt – Georges Martyn – Bérengère Piret  –  Patrick Wautelet