Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Appel à communication : Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Comité d’organisation

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com

Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.fr

Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux) : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

Comité scientifique

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po), Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo), Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS), Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon), Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon) et Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

Appel à communication (ICI)

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

Argumentaire (Texte repris du document de l’appel à communication-

« Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

Lire la suite

Conférence de l’école doctorale de droit et du CAHD – Université de Bordeaux : Luisa Brunori, La dimension transfrontalière du droit des affaires en question, Pessac, 2 mars 2018.

Conférence de l’école doctorale de droit et du CAHD/ IRM – Université de Bordeaux : Luisa Brunori, La dimension transfrontalière du droit des affaires en question: perspectives historiques et européennes, Pessac, 2 mars 2018.

Conférence doctorale Luisa Brunori

Colloque : Pensée juridique occidentale et juristes romains : archéologie d’un héritage, Paris, 15 et 16 décembre 2017

Pensée juridique occidentale et juristes romains : archéologie d’un héritage

 

Colloque international organisé par le Projet ERC AdG Scriptores Iuris Romani Principal Investigator Aldo Schiavone (Université de Rome, La Sapienza) et l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne
(Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

en partenariat avec le Berg Institute (Université de Tel Aviv), la Société pour l’histoire des facultés de droit et de la culture juridique, l’Institut Universitaire de France (Géraldine Cazals) et le Centre Aquitain d’Histoire du droit (Institut de recherche Montesquieu, Université de Bordeaux)

15 et 16 décembre 2017 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Salle 1 (1er étage, aile Soufflot, 12 place du Panthéon 75005 Paris)

programma convegno Parigi

Conférence : Laetitia Guerlain, Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale, Lille, 17 novembre 2018.

L’école de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale

Conférence du cycle « Un livre, une recherche » le vendredi 17 novembre 2017 à 14h à la Faculté de droit de l’Université Lille 2 pour une rencontre avec Laetitia Guerlain qui présentera son livre « L’école de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale ».

 

Cycle de conférences « Un livre, une recherche »

L’école de Le Play et le droit.
Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale

Laetitia Guerlain
Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux

Le vendredi 17 novembre 2017 à 14h

Faculté de droit – Salle A3.17

 

Discutants : Rodrigue Merlot et Mickaël Wiart, Doctorants au CHJ

 

Evènement organisé par

le Centre d’Histoire Judiciaire

Publication : Laetitia Guerlain, L’école de Le play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science social, tome 34 de la bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, LGDJ, 2017, 564 p.

 

Laetitia Guerlain, L’école de Le play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science social, tome 34 de la bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, LGDJ, 2017, 564 p.

Au XIXème siècle, les relations entre le droit et la sociologie naissante ont revêtu de multiples formes. Certains juristes se sont adonnés à une véritable sociologie qui prenne pour objet le droit ; d’autres ont tenté d’informer la théorie du droit par la théorie sociologique, en important certains concepts. Cet ouvrage ambitionne de contribuer à l’histoire des rapports entre le droit et la science sociale au XIXème siècle, en mettant en lumière une autre déclinaison possible, jusqu’alors peu étudiée, de ces difficiles relations : celle de l’attirance d’une partie des juristes pour la sociologie empirique incarnée, sous la Troisième République, par l’École de Frédéric Le Play. C’est en effet au sein de la science sociale leplaysienne que les juristes de la Troisième République s’investissent le plus. Tandis que certains, guidés par leur catholicisme, envisagent la science sociale leplaysienne comme une arme de combat au service du conservatisme, d’autres s’en saisissent sur le plan méthodologique, afin de tenter de rénover une science du droit jugée trop légicentriste et formaliste. L’École leplaysienne, de son côté, accueille volontiers ces nombreux juristes, tant leur savoir-faire technique se révèle précieux pour rendre possibles les réformes de la société qu’elle appelle de ses voeux. Armée de nouvelles compétences juridiques, l’École leplaysienne entend s’ériger, à l’aide de ses travaux monographiques, en guide du travail législatif, afin de faire de la législation positive une application de la Loi morale. Ce faisant, elle s’affirme bel et bien comme une École de la Loi, bien plus que comme une École de la coutume, comme l’historiographie la dépeint fréquemment.

Prix de thèse de l’École doctorale de droit de l’Université de Bordeaux (2012)
Second prix de thèse de l’Association des historiens des facultés de droit (2013)
Cette publication a reçu le soutien de l’École doctorale de droit de l’Université Montesquieu Bordeaux IV

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Fatiha Cherfouh, Le juriste entre science et politique La revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l’étranger (1877-1938), LGDJ, 2017.

Fatiha Cherfouh, Le juriste entre science et politique La revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l’étranger (1877-1938), LGDJ, tome 31 de la Bibliothèque d’histoire du droit et de droit romain, préface Nader Hakim, 2017.
Qui sont ces hommes qui ont eu le projet de faire du droit une science et des juristes des scientifiques ? Ce sont les animateurs de la Revue générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l’étranger qui naît en 1877, sous l’égide de Joseph Lefort, et qui paraît jusqu’en 1938. Entouré de professeurs et praticiens, français et étrangers, cet avocat parisien place la revue sous le signe de l’ouverture disciplinaire et géographique.
La Revue Générale sera l’un des principaux périodiques juridiques de la Troisième République et en constitue un observatoire privilégié. Les rapports des auteurs à leur environnement, comme la spécialisation croissante du droit, les changements du droit civil ou pénal, la Première Guerre mondiale, la montée du socialisme et de l’interventionnisme étatique, les revendications ouvrières, le rapport à l’Allemagne, impriment à la revue un caractère tantôt singulier, tantôt archétypal.
Un projet est donc au coeur du recueil : l’avènement d’un juriste scientifique au discours savant empreint de neutralité. Mais dans le même temps, ces juristes entendent influencer voire guider la société et le législateur en prônant, selon les domaines, un réformisme juridique ou une forme de conservatisme. Ces juristes ne seraient-ils pas alors davantage des politiques que des scientifiques ? L’analyse historique permet de saisir tous les enjeux de ce questionnement qui trouve encore aujourd’hui des échos au sein de la communauté contemporaine des juristes.

1er Prix de thèse de l’Association des Historiens des Facultés de droit
Prix de thèse Ourliac de l’Académie de Législation de Toulouse

L’humanisme juridique. Séminaire de l’année 2018.

Année 2018

Définir l’humanisme juridique par les sources : quelques textes des XVe-XVIe siècles

L’Institut d’histoire du droit de l’université Panthéon-Assas (Paris II), en collaboration avec l’Institut de recherche Montesquieu/CAHD de l’université de Bordeaux, organise en 2018 des séances de séminaire qui ont lieu au Collège Sainte-Barbe, en salle Collinet (4 rue Valette, 75005 Paris, 3e étage), le vendredi de 14h30 à 16h30.

Programme 2018 – Séminaire Humanisme juridique

Publication : Laurence Soula (dir.), Les cours d’appel. origines et enjeux contemporains, 2016.

couv_courdappel-1

Table des matières

Introduction , Laurence Soula …………………………… 9

Première partie : Aux origines de l’appel

Origines de l’appel judiciaire et naissance de la souveraineté royale

au xiiie siècle, Pierre-Anne Forcadet ………………….. 33

L’appel à la justice du roi au pénal. Formes et conflits aux xive et xve siècles,

Claude Gauvard……………………………………………… 53

Lire la suite