De l’assassinat considéré comme un des arts juridiques, Droit et littératures policières, journée d’études de la SHFD, Paris, 5 juillet 2019.

Journée d’étude de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

De l’assassinat considéré comme un des arts juridiques. Droit et littératures policières (XIXe-XXsiècles)

vendredi 5 juillet 2019 – 9h30 à 18h

Salle 1 (1er étage, aile Soufflot) 12, place du Panthéon – 75005 Paris

Avec le partenariat de la Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo)

Organisée par Pierre Bonin (IRJS-École de droit de la Sorbonne, université Paris 1) et Laetitia Guerlain (IRM-CAHD-université de Bordeaux)

juillet 2019 – imprimerie Pessac – université de Bordeau

SHFD

Société pour l’histoire des Facultés de droit
https://www.univ-droit.fr/rhfd d’histoire du droit

IRM-CAHD

page1image35635200

9h30 Sous la présidence de,
Didier Truchet, professeur émérite de droit public de l’université Panthéon-Assas (Paris II), président de la Société pour l’histoire des Facultés de droit.

Laetitia Guerlain, maître de conférences en histoire du droit à l’université de Bordeaux, Introduction : droit et littératures policières XIXe-XXe siècles.
Yann-Arzel Durelle-Marc, maître de conférences en histoire du droit à l’université Paris 13, « Polar romain » et droit sous la plume de Steven Saylor : Les mystères de Rome, 1997-2018.

Suzanne Bray, professeur de littérature et civilisation britannique à l’institut catholique de Lille, Le juriste en tant que détective dans les ro- mans policiers historiques de C.J. Sansom.
Laurence Devillairs, doyen de la faculté de philosophie à l’institut catholique de Paris, La fascination du méchant.

Frédéric F. Martin, professeur d’histoire du droit à l’université de Nantes, L’amorale du droit chez James Ellroy et Jim Thompson.Delphine Cingal, maître de conférences en anglais juridique à l’université Panthéon-Assas (Paris II), Une certaine justice de P.D. James : une justice (in)certaine ?

14h30 Sous la présidence de,
Guillaume Richard professeur d’histoire du droit à l’université de Paris Descartes.

Christine Baron, professeur de littérature comparée à l’université de Poitiers, L’univers policier chez Borges, une utopie du sens.
Nicolas Mathey, professeur de droit privé à l’université Paris-Descartes,L’article 353 du Code penal et autres romans de Tanguy Viel : un finistère policier.

Arnaud Coutant, professeur en droit public à l’université de Reims, Le droit dans l’adaptation cinématographique d’un roman policier, Sueurs froides d’Alfred Hitchcock.
Pierre Brunet, professeur de droit public à l’École de droit de la Sorbonne, université Paris 1, Le polar comme laboratoire d’analyse réaliste du droit, dans les Dortmunder de Donald Westlake.

Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’École de droit de la Sorbonne, université Paris 1, Crime social et règlement enfreint : plaralis- me des règles, inter-normativité, et doxa de l’analyse de genre dansGaudy night de Dorothy L. Sayers (1935).

Les actes de la journée seront publiés dans la collection « Droit et Littérature » des éditions Mare et Martin.

L’HUMANISME JURIDIQUE Séminaire international pluridisciplinaire, Paris

L’HUMANISME JURIDIQUE

Séminaire international pluridisciplinaire
sous la direction de
Luigi-Alberto Sanchi (IHD, Cnrs/université Paris II Panthéon-Assas) et Xavier Prévost (IRM-CAHD, université de Bordeaux)

Année 2020
Géographies de l’humanisme juridique

L’Institut d’histoire du droit de l’université Paris II Panthéon-Assas, en collaboration avec l’Institut de recherche Montesquieu-CAHD de l’université de Bordeaux, organise des séances de séminaire qui ont lieu au Collège Sainte-Barbe, en salle Collinet (4 rue Valette, 75005 Paris, 3e étage), le vendredi de 14h30 à 16h30.

LES CONFÉRENCES SONT PUBLIQUES.

Vendredi 10 janvier 2020 – 14h30-16h30
Avignon, un lieu majeur du développement et de la diffusion de l’humanisme juridique (c.1518-1529) ?
Géraldine CAZALS, université de Rouen (CUREJ)

Vendredi 7 février 2020 – 14h30-16h30
L’enseignement juridique en Allemagne (1520-1540). Mathias SCHMOECKEL, université de Bonn

Vendredi 13 mars 2020 – 14h30-16h30
Le schisme des parlements « royalistes » en 1591 : théorie et application des thèses gallicanes.

Marco PENZI, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC)

Vendredi 3 avril 2020 – 14h30-16h30
Peregrinatio academica et circulation du savoir juridique au XVIe siècle.

Luisa BRUNORI, Cnrs / université de Lille (CHJ)

Vendredi 15 mai 2020 – 14h30-16h30
Dall’interpretazione delle antiche epigrafi milanesi alla ricostruzione delle cariche municipali a Milano in epoca romana.
Annalisa BELLONI, université catholique de Milan

Pour une histoire européenne du droit des affaires (PHEDRA) – Comparaisons méthodologiques et bilans historiographiques, Vendredi 21 juin 2019, Université de Paris 2 Panthéon-Assas.

Vendredi 21 juin 2019 : Pour une histoire européenne du droit des affaires (PHEDRA) – Comparaisons méthodologiques et bilans historiographiques.

Cette journée a pour objet de s’interroger sur les manières dont sont menées les recherches en histoire du droit des affaires à travers l’Europe, afin de lancer le programme PHEDRA sur des bases historiographiques et méthodologiques solides.

 

                                                     

                                        Programme :

 

Sous la présidence de Jean Hilaire– Université Paris II Panthéon-Assas

 

9h30. « Propos introductifs », Olivier Descamps– Université Paris II Panthéon-Assas

 

10h00. « L’Italie », Ferdinando Mazzarella– Università di Palermo

discutant Victor Simon– Université de Reims Champagne-Ardenne

 

10h45. « L’Espagne », Margarita Serna Vallejo – Universidad de Cantabria

discutant Florent Garnier– Université Toulouse 1 Capitole

 

11h30. « Le Benelux », Alain Wijffels– Cnrs/Université de Lille

discutant Alexis Mages– Université de Bourgogne

 

12h15-13h45. Pause

 

13h45. « Le Royaume-Uni », Guido Rossi– University of Edimburgh

discutant Olivier Serra– Université de Rennes 1

 

14h30. « L’Allemagne », Mathias Schmoeckel– Universität Bonn

discutant Nicolas Laurent-Bonne– Université Clermont-Auvergne

 

15h15. « La France », Carine Jallamion– Université de Montpellier

Discutant David Deroussin– Université Jean Moulin Lyon 3

 

16h00. « Propos conclusifs »,

Luisa Brunori– Cnrs/Université de Lille et Xavier Prévost– Université de Bordeaux

 

 

Colloque international : La norme en sciences sociales : regards croisés. Histoire du droit – Science politique, Bordeaux, 6 et 7 juin 2019

Colloque international : La norme en sciences sociales : regards croisés. Histoire du droit – Science politique, Bordeaux, 6 et 7 juin 2019
 
Salle Manon Cormier, Université de Bordeaux, Site de Pessac
 
Colloque organisé par les doctorants.e.s de l’Institut de Recherche Montesquieu
 
La diversité du phénomène normatif est source de complexité mais aussi de débats. L’un des écueils serait pourtant de vouloir parvenir à une définition unique et consensuelle de la norme. Partant, l’enjeu consiste, à travers le dialogue pluridisciplinaire, à éclairer celle-ci sans céder à la tentation de l’identité conceptuelle. Tel est le projet de ce colloque : assumer le caractère mouvant de la norme, tout en souhaitant parvenir à une meilleure intelligibilité de celle-ci. L’intérêt d’une telle rencontre réside, plus particulièrement, dans la volonté de circonscrire une telle étude au regard de deux disciplines : l’histoire du droit et la science politique. Un dialogue conjoint fournit un cadre idéal pour une meilleure appréhension du phénomène normatif. La norme, objet d’étude commun, semble en effet tiraillée entre deux approches parfois contradictoires.
 

Jeudi 6 juin 2019

 

13h30 Accueil des participant.e.s

13h40 Allocution d’ouverture
Xavier PREVOST, professeur d’Histoire du droit, université de Bordeaux

I. NORME ET POUVOIR

14h « Réinvention constitutionnelle et appropriation sociale de la prérogative de nomination sous le Consulat et l’Empire (1799 – 1805) »
Franck DUCHESNE, doctorant en Science politique, Université Paris Nanterre

14h20 « L’ordonnance de Villers-Cotterêts, Normes et insuffisance de pouvoir »

Floriane MASSENA, doctorante en Histoire du droit, Université Paris-Saclay

14h40 Commentaires de Victor LE BRETON-BLON (Histoire du droit)& David BERTRAND (Science politique)

15h30 Discussion avec la salle

16h Pause

16h20 «LanormeensantépubliqueauXVIIIesiècle,unobjetdupouvoir»Julie CADDEO, doctorante en Histoire du droit, Université de Nantes

16h40 « De la recommandation à l’imposition d’une norme : comment le Conseil Constitutionnel a contribué à la construction d’une figure idéale du candidat à l’élection présidentielle depuis 1958 »Clémentine BELLE GRENIER, doctorante en Science politique, Université Paris Dauphine

17h Commentaires d’Alexandre FRAMBERY-IACOBONE (Histoire du droit) & Thibaut DAUPHIN (Science politique)

17h50 Discussionaveclasalle

 

Vendredi 7 juin 2019

 

9h30 Accueil des participant.e.s
II. NORME ET RELIGION

10h « La Paix de Dieu. Étude de la formation d’une norme »Maxime BLACHON, doctorant en Histoire du droit, Université Grenoble Alpes

10h20 « La modernité comme une norme : l’exemple de la construction de la république en Turquie »
Yasin KARA, doctorant en Science politique, Université d’Istanbul

10h40 CommentairesdePaulineGIRARD (Histoiredudroit)&BadrKARKBI(Science politique)

11h30 Discussionaveclasalle
III. NORME ET VOYAGE

14h « La colonisation et la transposition des concepts juridiques. L’exemple du droit coutumier en Inde »
Amanjit Kaur SHARANJIT, doctorante en Histoire du droit, Université Paris Nanterre

14h20 « Le croisement des normes dans l’adoption des conventions internationales de contrôle de stupéfiants »
Julian FERNANDEZ, professeur en Science politique, Université Javeriana Colombie

14h40 Commentaires d’Alizée MIRANDA (Histoire du droit) & Pierre BOURGOIS / Clément RODIER (Science politique)

15h30 Discussion avec la salle

16h Discours de fermeture prononcé par
Patrick TROUDE-CHASTENET, professeur de Science politique, université de Bordeaux

 
 

ENSEIGNER LE DROIT HORS DES FRONTIERES NATIONALES (XIXe-XXeSIECLES)

Teaching national law abroad


ENSEIGNER LE DROIT HORS DES FRONTIERES NATIONALES (XIXe-XXeSIECLES)

[Lyon – novembre 2018 / Bordeaux – mars 2020 / Aix-Marseille – 2021]


2e JOURNEE D’ETUDE : APPEL À COMMUNICATIONS

Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole
Bordeaux – 13 mars 2020

 

ARGUMENTAIRE

Depuis quelques décennies, l’histoire de l’enseignement du droit à l’époque contemporaine est, en France, un chantier en plein essor. En témoigne la création de la Société pour l’histoire des facultés de droit en 1983, qui a permis la coordination et le développement d’un champ de recherches jusqu’alors délaissé. Cependant, cette histoire des facultés de droit est longtemps restée une histoire des doctrines qui y étaient enseignées et des écoles qui s’y affrontaient. Il a fallu attendre une période plus récente pour que l’historiographie se saisisse des lieux de l’enseignement du droit en eux-mêmes, dans le cadre d’une socio-histoire attentive au fonctionnement de l’institution, à son personnel, ses étudiants, ou encore ses ressources budgétaires. Alors que de telles études fleurissaient déjà dans d’autres disciplines (v. par exemple les travaux de Charles, 2004 ; Picard, 2007 ; Singaravelou, 2009 ; Ferté et Barrera, 2010), les initiatives se sont multipliées ces dernières années chez les juristes, parfois en lien avec les débats actuels liés à l’autonomie des universités ou la rénovation de l’enseignement du droit dans un contexte de globalisation (Ancel et Heuschling, 2016 ; Jamin et Van Caeneghem, 2016).

Ce renouvellement des approches s’est fréquemment adossé à la question des disciplines juridiques. Il a également emprunté le chemin d’un intérêt pour le collectif enseignant. Siprojuris, la base de données bio-bibliographique des professeurs de droit français entre 1804 et 1950, rassemblant 600 individus, a vu le jour, fruit d’un travail collectif coordonné par Catherine Fillon. Ouvrant de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale des élites juridiques, cet important déport prosopographique s’est doublé d’un renouvellement de la biographie intellectuelle des professeurs de droit, désormais moins préoccupée de décréter l’existence de « grands juristes » que de décrypter les mécanismes concrets d’accession à la «grandeur intellectuelle». Enfin, cette nouvelle histoire des facultés de droit s’est souvent concentrée sur des aires géographiques particulières, ce qui a donné lieu à la création, en 2008, du Réseau européen pour l’histoire de l’enseignement du droit.

Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est par conséquent substantiel pour ce qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études entend profiter de ces nouveaux acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi jusqu’alors: l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport au Moyen Âge, notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées, une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).

– Dans le cadre de l’expansion militaire ou coloniale tout d’abord, la métropole entend plaquer son modèle d’enseignement du droit dans le cadre d’institutions dédiées (facultés de droit dans les départements annexés par l’Empire napoléonien ; École de droit d’Alger, expansion universitaire vers le Levant avec les Écoles de droit du Caire ou de Beyrouth, École de droit d’Hanoï, etc.).

– En dehors du cadre « autoritaire » des régions militairement occupées ou colonisées ensuite, nombreux sont les professeurs de droit, surtout à partir de l’entre-deux-guerres, à promouvoir le droit français à l’étranger, dans le cadre d’une diplomatie culturelle bien comprise (conférences, cours au sein d’instituts culturels, etc.).

Cette appréhension transnationale de l’enseignement du droit se situe par conséquent à l’articulation d’un triple questionnement : la réflexion similaire venue des historiens d’autres disciplines, qui se sont également saisis de cette question ; le tournant historiographique vers l’histoire globale ou connectée, ainsi que vers la question des circulations, qui entend interroger, voire dépasser les cadres nationaux habituellement retenus pour écrire l’histoire; la problématique actuelle de la dénationalisation/ globalisation de l’enseignement du droit, qui agite la doctrine.

Il nous a semblé qu’un tel questionnement relatif à l’enseignement du droit hors des frontières nationales était de nature à combler un vide historiographique important, tout en éclairant certains enjeux actuels de la globalisation de l’enseignement du droit. Par ailleurs, les contributions de collègues étrangers pouvant offrir un éclairage similaire dans leurs pays seront particulièrement appréciées. Ces trois journées d’études seront divisées thématiquement :

1) Lyon, 22 novembre 2018 – « Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole »

La première journée d’études est consacrée aux diverses modalités structurelles de l’enseignement du droit en dehors du cadre métropolitain. Si, dans ses colonies, un État peut finir par envisager de créer des facultés calquées sur le modèle de la métropole, il lui faut généralement faire preuve de davantage d’inventivité dans les territoires étrangers demeurés maîtres de leur souveraineté où, par surcroît, il peut être en concurrence avec d’autres États tout aussi désireux de promouvoir leur influence politique et juridique. L’éventail des multiples formes retenues, ponctuelles ou plus pérennes (des tournées de conférences, à la main-mise sur des écoles locales, en passant par la création d’instituts culturels…) mérite d’être précisé, mais aussi cartographié. Où ? Suivant quelles formes ? Selon quels partenariats et avec quels financements ? sont autant de questions auxquelles cette première journée souhaite apporter des réponses plus précises.

2) Bordeaux, 13 mars 2020 – « Contenu et objectifs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Cette deuxième journée d’études se concentrera sur la question des cours de droit dispensés hors de la métropole. Quels sont les objectifs de tels enseignements ? (former des élites locales; apporter une connaissance du droit local aux étudiants français; acculturer les populations conquises au droit français ; promouvoir la « grandeur » du droit français à l’étranger, etc.). En fonction des différents buts de ces cours, leur contenu diffère-t-il ? Enseigne-t-on de la même manière, par exemple, le droit civil français dans les colonies, dans les pays militairement conquis ou encore dans les instituts culturels à l’étranger ? Autrement dit, les professeurs de droit opèrent-ils une adaptation du contenu de leurs cours en fonction du contexte et/ ou du public auquel ils s’adressent? C’est, par conséquent, la question des modalités intellectuelles de l’enseignement juridique hors de la métropole qui sera ici abordée.

3) Aix-Marseille, 2021 – « Les acteurs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Enfin, cette troisième journée d’études s’intéressera aux acteurs, qu’ils soient enseignants ou étudiants. Du côté des professeurs, les questionnements concernent, comme souvent dans les problématiques de l’exil durable ou temporaire, la question des profils, des parcours et des raisons, lorsqu’elles existent, qui encouragent à partir. Quelles sont les motivations de ces enseignants ? Matérielles ? Personnelles ? Idéologiques ? Qu’est-ce que l’expérience étrangère nous raconte de ces hommes et de ces femmes : est-elle la preuve d’une plus grande ouverture d’esprit ? A-t-elle des incidences sur leur façon de concevoir et d’enseigner le droit ? Peut-elle avoir un sens politique ?… En parallèle, des interrogations similaires se posent pour les étudiants, en tant qu’individus, mais également en tant que groupes. Les migrations estudiantines peuvent notamment avoir des conséquences sur les équilibres sociaux et culturels des États ou encore sur la circulation des savoirs. Afin de ne pas enfermer ces acteurs du droit dans des spécificités qui pourraient s’avérer trompeuses, nous encourageons leur remise en perspective dans le monde plus global de l’enseignement supérieur, ainsi que les approches comparées.

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

COLL., Actes des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, Paris, Lextenso, 2018, voir en particulier les articles de la partie « professions juridiques et judiciaires ».

ANCEL (P.) et HEUSCHLING (L.) (dir.), La transnationalisation de l’enseignement du droit, Bruxelles, Larcier, 2016.

AUDREN (F.) et HALPERIN (J.-L.), La culture juridique française entre mythes et réalités, XIXe-XXe siècles, Paris, CNRS éd., 2013.

AUDREN (F.), «Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », in KRYNEN (J.) et D’ALTEROCHE (B.) (dir.),L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 145-172.

BASTIER (J.), « L’enseignement du droit à Alger de 1879 à 1914 », in NELIDOFF (Ph.) (dir.), Les facultés de droit de province au XIXe siècle, tome 1, Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 519-542.

CHARLE (Ch.), « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », in HEILBRON (J.), LENOIR (R.) et SAPIRO (G.) (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

CHARLE (Ch.), SCHRIEWER (J.) et WAGNER (P.) (dir.), Transnational Intellectual Networks. Forms of Academic Knowledge and the Search for Cultural Identities, Francfort, New York, Campus, 2004.

DE MARI (E.), FABRE (M.), RENUCCI (F.), Cours d’histoire du droit colonial, UNJF (en ligne), leçon 10 « De la connaissance à la réorganisation du droit ».

FALCONIERI (S.), « Le « droit de la race ». Apprendre l’antisémitisme à la Faculté de droit de Paris (1940-1944) », Clio@themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 7, 2014 (en ligne).

FERTE (P.) et BARERRA (C.) (dir.), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

FILLON (C.), « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du XXe siècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011/1, p. 123-144.

FILLON (C.), « Le Jésuite, l’Universitaire et le Politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’École Française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in GAVEN (J.-C.) et AUDREN(F.) (dir.), Les facultés de droit de province aux XIXe et XXe siècles, tome 3, Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses Universitaires de Toulouse 1 Capitole, 2011, p. 115-138.

GAILLARD (A.-M.) et (J.), Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 1999.

GONZALEZ (C.), « Education and Empire : Colonial Universities in Mexico, India and the United States », Research and Occasional Paper Series, CSHE-Berkeley, 2014 (en ligne).

HALARY (Ch.), Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan, 1994.

HALPERIN (J.-L.) (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Études de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2011.

JAMIN (Ch.) et VAN CAENEGEM (W.) (dir.), The Internationalisation of Legal Education, Switzerland, Springer, 2016.

Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 105, n° 394-395 [Enseignement supérieur et universités dans les espaces coloniaux : histoire, comparaisons (du XIXe siècle aux indépendances)], 2017, coordonné par Hélène CHARTON et Marc MICHEL.

PICARD (E.), « Étudiants et enseignants : du dossier individuel à la prosopographie », Revue administrative, 2007, p. 55-58 (en ligne sur HAL).

PONTHOREAU (M.-Cl.) (dir.), La dénationalisation de l’enseignement juridique. Comparaisons des pratiques, Paris, Institut Universitaire Varenne, coll. « Colloques & Essais », 2016.

SINGARAVELOU (P.), « L’enseignement supérieur colonial. Un état des lieux », Histoire de l’éducation, 122/2009, p. 71-92

RENUCCI (F.) (dir.), Dictionnaire des juristes ultramarins (XVIIIe-XXe siècles), rapport de recherche GIP« Mission de recherche Droit et Justice », 2012.

TRONCHET (G.), Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

 

Modalités pratiques

Pour la deuxième journée de Bordeaux, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1erseptembre 2019. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 15 octobre.

 

COMITE D’ORGANISATION

Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF) : silviafalconieri@gmail.com
Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III) : catherine.fillon@univ-lyon3.frLaetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux): laetitia.guerlain@u- bordeaux.fr
Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF) : florence.renucci@univ-amu.fr

COMITE SCIENTIFIQUE

Frédéric Audren (directeur de recherches CNRS, École de droit de Sciences Po)

Isabelle Giraudou (professeur associée, Université de Tokyo)

Jean-Louis Halpérin (professeur, ENS)

Béatrice Jaluzot (maître de conférences, Sciences Po Lyon)

Emmanuelle Picard (maître de conférences, ENS Lyon)

Guillaume Tronchet (chercheur affilié à l’IHMC, ENS-Paris 1)

Appel à contribution: Les études sociales

 

La relation maîtres/étudiants

Transmission, empreintes, emprunts en sciences sociales (1850-1950)

 

Pour la revue Les Etudes sociales n° 171 2020/1

 

Coordination : Matthieu Béra & Antoine Savoye

 

 

Objet

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

 

La pédagogie et son empreinte : quels indicateurs ?

Si la dimension pédagogique de la carrière des savants a souvent été occultée ou mise au second plan, c’est pour des raisons qu’il serait intéressant de récapituler [1]. Parmi elles, et cela nous intéresse tout particulièrement, certaines sont d’ordre méthodologique : autant l’accès aux œuvres est relativement immédiat (elles sont là, il « suffit » de les étudier), autant la connaissance des cours, du rapport pédagogique et des publics est plus difficilement accessible. Un travail intermédiaire de recherches en archives est souvent nécessaire pour reconstituer les contenus des cours, le(s) public(s) et les traces de l’empreinte pédagogique. La « marque » que les professeurs laissent souvent sur les étudiants pose des questions méthodologiques passionnantes : comment l’objectiver ? A travers les témoignages posthumes ? [2] Ou bien quand les étudiants prennent à leur tour la plume ? La recherche de ces « traces » implique un travail philologique parfois complexe [3] qui soulève la question redoutable de l’objectivation de l’« influence ». Parmi les sources possibles, on pense évidemment aux  correspondances  échangées entre les étudiants, entre les étudiants et leurs professeurs, entre les professeurs eux-mêmes. L’imagination méthodologique des contributeurs doit ici s’exprimer à plein. C’est une dimension très attendue des contributions, qui fera partie des critères d’évaluation du dossier.

 

Pour une micro-sociologie historique des étudiants

Dans les travaux historiques sur les étudiants, le point de vue général l’emporte souvent [4] : les étudiants sont pris comme une entité vague, générale et collective. Cette approche a pour inconvénient de gommer l’étude des destins individuels, de négliger les fonds privés (correspondances), de condamner les étudiants au traitement statistique qui les renvoie à l’anonymat. On souhaiterait ici infléchir ce point de vue classique de l’historiographie, quasiment muette sur les étudiants concrets, en travaillant par exemple sur des cohortes rendues significatives par leur (r)attachement à un ou plusieurs savants. Le but serait de repérer l’empreinte du maître sur une cohorte ou au contraire de lire les écarts, les pas de côté, en partant du principe qu’on se pose en s’opposant.

 

Quand le maître fut un étudiant

Si l’on est invité à traiter des maîtres dans leur fonction professorale et leurs rapports aux étudiants, on pourra aussi descendre d’une génération dans le temps et se demander quels furent les enseignants des maîtres consacrés par l’histoire des sciences sociales. Ceux-ci furent aussi des étudiants : ils sont passés par une formation initiale souvent intensive, parfois précoce [5], et leur pensée s’est formée à l’intérieur d’un cadre scolaire. Ils ont eu des enseignants qu’il convient de remettre en lumière, qui sont eux aussi trop souvent oubliés par une historiographie largement abusée par les récits autobiographiques où les maîtres s’affichent en inventeur (« créateur incréé », comme disait Bourdieu). Qui connaît les maîtres enseignants de Tarde qu’on aime à nous présenter comme autodidacte ? Ceux de Bergson, qui se pensait lui-même comme incréé ? Que peut-on dire de nouveau sur les maîtres de Durkheim à l’ENS ?

Les savants ne s’auto-créent pas, en dépit des efforts considérables déployés par certains d’entre eux pour effacer les traces de leurs difficultés à se former et l’empreinte des formateurs sur leur travail. On pense aux auteurs qui prennent un malin plaisir à « omettre » de citer leurs sources, qui négligent ou escamotent les bibliographies de leurs ouvrages. Il est pourtant essentiel de connaître les maîtres de nos maîtres. Le travail de l’historien passe aussi par là : rétablir les chemins effacés, reconstituer les puzzles incomplets.

Il est important, pensons-nous, d’assumer ici pleinement le constructivisme inhérent aux sciences sociales : nous sommes tous hissés sur des épaules de « géants » comme dirait Norbert Elias, et nous devons éviter de pratiquer « l’amnésie de notre genèse [6] » intellectuelle, en particulier de la genèse de nos maîtres. Au risque d’une quête génétique infinie, certes. Mais cet exercice est salutaire pour vivre enracinés.

 

Calendrier prévisionnel

Les propositions devront être livrées pour le 1er mai aux deux adresses suivantes : bera@u-bordeaux.fr  et antoine.savoye@free.fr. Elles ne feront pas plus d’une page (bibliographie exclue) et présenteront entre autres la méthodologie envisagée. Les avis des porteurs de dossier et du comité seront donnés en juin 2019.

L’article définitif sera attendu pour le 1er novembre 2019. Il sera évalué par deux membres du comité (et les porteurs du dossier). La version définitive sera restituée début 2020 pour une parution prévue au plus tard en juin (Les Etudes sociales, 171, 2020/1). Nous ne retiendrons pas plus de 8 articles de 50 000 signes maximum chacun.

 

[1] Minoration de l’activité d’enseignement par rapport au métier de la recherche, redoublée aujourd’hui plus qu’hier encore. Voir la loi Pécresse de 2008 dont le projet initial visait à « sanctionner » les « non-publiants » en leur donnant deux fois plus d’heures d’enseignement, validant l’idée que l’enseignement est une sanction. Voir aussi les CV des enseignant-chercheurs qui mettent à part cet aspect dans les carrières. Voir l’HDR, étape pour passer Professeur, qui valorise la dimension recherche dans son titre même et minore la dimension pédagogique, etc. L’historiographie emprunte la pente du monde social qui porte les historiens. A eux de savoir s’en défaire et d’en prendre conscience.

[2] Par exemple, le « In memoriam » de Mauss sur Durkheim et, plus généralement, les notices nécrologiques.

[3] Etudes des bibliographies, citations, emprunts et reprises de thèmes, méthodes, notions…

[4] Voir les histoires de l’éducation et des étudiants de Karady, Vergès, Charle, Prost, Condette, etc.

[5] Certains ont été littéralement « dressés » par leurs pères : John Stuart Mill, mais aussi André Durkheim, ou Guillaume-Léonce Duprat, Georges Rodier.

[6] Il est notable que Bourdieu soit à la fois sensible à cette « amnésie de la genèse » et l’un des auteurs qui se présente le plus volontiers comme auto-créé. Tout un travail reste à faire sur le rapport de Bourdieu à ses sources, ses maitres et ses lectures.

TABLE-RONDE « LECTURE DE … LE DROIT DANS LES SOCIÉTÉS HUMAINES, LOUIS ASSIER-ANDRIEU », VENDREDI 19 AVRIL 2019, CENTRE PANTHÉON

 

Le vendredi 19 avril 2019, de 13h30 à 18h,

Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, Aile Soufflot – Salle 1

Pierre Bonin et Pierre Brunet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IRJS, Soazick Kerneis, Université Paris Nanterre, CHAD organisent une table-ronde 

Lectures deLe droit dans les sociétés humaines de Louis Assier-Andrieu, Paris, Nathan, 1996

Participeront à cette table-ronde : 

  • Boris Bernabé, Université Paris-Sud, DSR
  • Anne-Sophie Chambost, Université Jean Monnet (Saint-Etienne), CERCRID
  • Jacques Commaille, ENS Cachan, ISP
  • Albane Geslin, Sciences Po Aix, UMR DICE
  • Eugénie Mérieau, University of Göttingen, Alexander von Humboldt Chair of Comparative Constitutionalism
  • Laetitia Guerlain, Université de Bordeaux, CRM-CAHD
  • Pascal Texier, Université de Limoges, OMIJ

Avec le concours de la  


  •  

Conférence sur la recherche doctorale et les méthodes des juristes, Rennes, 13 avril 2018.

Video de la conférence donnée par Xavier Prévost (IRM-CAHD, université de Bordeaux) sur la recherche doctorale et les méthodes des juristes à l’occasion de la journée des thèses du département Droit-Économie-Management de l’École normale supérieure de Rennes le 13 avril 2018 : https://youtu.be/kVVdF5ZUG9o

Conférence de Laetitia Guerlain: « Droit et anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles : un programme de recherches », Université de Rennes 1, 14 mars 2019.

« Droit et anthropologie dans la France des XIXe et XXe siècles : un programme de recherches », conférencière invitée dans le cadre du séminaire « Les rencontres de l’IODE. Séminaire interdisciplinaire sur et autour du droit », Université de Rennes 1, 14 mars 2019.

Colloque : La Renaissance dans la pensée juridique contemporaine, Bordeaux, 7 et 8 mars 2019.

La Renaissance dans la pensée juridique (xixe-xxesiècles)

Colloque

Université de Bordeaux

7 et 8 mars 2019

Malgré les mutations fondamentales qui se déploient entre 1789 et 1804, pour de nombreux auteurs des xixeet xxe siècles, le seizième siècle apparaît comme l’époque la plus brillante de l’histoire de la jurisprudence moderne, et les œuvres comme les auteurs d’Ancien Régime continuent de jouer dans la pensée juridique contemporaine un rôle non négligeable.

Cette importance du xvie siècle, période charnière de la Renaissance en France, apparaît dans un certain nombre de déclarations fameuses : Savigny assure ainsi que c’est alors que « la science du droit eut véritablement le grand et noble caractère, qu’elle n’a jamais retrouvé depuis » ; Bardoux y voit l’« époque doctrinale » par excellence ; Ginoulhiac une époque de législation, comme une époque de science, et le Répertoire Dalloz le temps du « grand essor de l’esprit juriste français ». Aux yeux de nombreux juristes, jusqu’à nos jours, Cujas, Doneau, Le Douaren, Du Moulin et quelques autres apparaissent durablement comme de « grands jurisconsultes », « fondateurs de la jurisprudence française ». Ceux qu’inspire dès le xixe siècle la méthode historique dans la science du droit n’hésitent pas à mobiliser dans leurs travauxune liste importante d’autorités d’Ancien Régime : Ricard, Furgole, Bourjon, Lebrun, Coquille, Prévost de La Janès, Pothier, Domat comme, bien sûr, Du Moulin. Tandis que la jurisprudence consacre encore certaines de leurs thèses, la doctrine s’efforce de « renouer la chaîne des temps » avec le droit romain et l’Ancien Régime, occultant au passage certaines innovations de la codification napoléonienne. Certes, les progrès de l’histoire et le développement d’un esprit de libre examen promu dès le milieu du xixe siècle contrecarrent quelque peu ces perspectives. Tandis que l’« école des praticiens » en appelle à une évolution du raisonnement et du statut des sources de la réflexion juridique, le poids des autorités traditionnelles se heurte au développement d’un esprit critique et à une prise en considération plus grande des décisions de justice. Si l’autorité des « vieux auteurs » reste centrale aux yeux de divers auteurs, offrant « nourriture solide » et « mâles instructions », leurs œuvres peuvent désormais apparaître comme constituant un « lourd et embarrassant fardeau » à ne pas mettre entre les mains de tous ceux qui étudient le droit. De fait, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’usage qui est fait de leurs œuvres se révèle plus parcimonieuse. Certains civilistes se méfient de l’élément historique en matière juridique et, leurs œuvres n’étant plus réimprimées, l’audience des jurisconsultes de la Renaissance se réduit.

À la fin du xixe siècle, avec l’érection de l’histoire du droit en discipline autonome voire en science « sérieuse », dans le cadre d’une étude « minutieuse » des documents juridiques du passé, l’attention portée à l’histoire de la pensée juridique du xviesiècle et aux auteurs de la période se maintient cependant. Tandis que certaines institutions de la Renaissance française font l’objet de scrupuleuses études, telles les universités, les vies des anciens jurisconsultes et leurs doctrines sont mobilisées. Le tout n’est pas sans contribuer à la révélation d’une histoire juridique à la gloire de diverses formes de particularisme nationaliste, ainsi qu’une certaine conception du progrès juridique et social. Les cours, ouvrages et traités consacrés au Code civil qui continuent de s’intéresser à ces questions comme les travaux plus spécifiquement dédiés à l’histoire du droit servent l’écriture d’un récit national à la gloire d’une école juridique et d’un « esprit juridique » français (F. Audren, J.-L. Halpérin). L’importance accordée à un auteur comme Du Moulin le révèle : tandis que ses travaux si essentiels sur les coutumes contribuent à mettre en lumière l’identité juridique nationale dont le Code civil est l’expression aboutie, il est embrigadé, avec bien d’autres jurisconsultes humanistes, « dans un discours historiographique téléologique dont la vocation essentielle demeure de paver la voie à la formation d’un droit national français qui culmine dans l’ère des codes » (A. Wijffels). Il contribue à la mise en place d’un schéma d’interprétation de la construction de l’État et du droit français qui fait la part belle à une vision tout aussi évolutionniste que continuiste (J.-L. Halpérin).

Ces perspectives téléologiques et utilitaristes se poursuivront dans la plupart des grands manuels d’histoire du droit du début du xxe siècle, lesquels insistent sur la fécondité de cette école juridique française dont sont sortis tant d’hommes illustres, à commencer par cet « homme de génie » que fut Du Moulin, sur l’importance des institutions de l’époque (la coutume…), et, au fond, sur l’importance d’un xvie siècle qui ne cesse d’apparaître non seulement comme « l’âge d’or de la jurisprudence en France », celui de « l’immense travail de la rédaction des coutumes », mais aussi celui de « toutes les grandes ordonnances », et celui d’une pléiade de jurisconsultes illustres, « tels par leur savoir et leur sens juridique, qu’on peut les mettre à côté de ceux de la grande époque romaine ». C’est bien de là que « notre droit moderne est sorti » et là qu’eut lieu « le grand essor de l’esprit juriste français ».

C’est toute l’importance de cette période charnière de la Renaissance dans l’histoire de la pensée juridique française et européenne que ce colloque entend interroger.


prog-coll_LA_RENAISSANCE_HAKIM

Littératures populaires du droit. Le droit à la portée de tous, LGDJ, Contextes, 2019.

Laetitia Guerlain et Nader Hakim (dir.), Littératures populaires du droit. Le droit à la portée de tous, LGDJ, Contextes, 2019.

La « littérature populaire du droit » existe-t-elle ? La question peut paraître incongrue alors que le droit est un savoir spécialisé et un privilège de la communauté des juristes. Le juriste n’est-il pas celui ou celle qui maîtrise tous les textes du droit ?

C’est toutefois oublier que dans les caves et greniers ou dans les bibliothèques trônent une foule de livres qui ne sont ni scientifiques, ni réservés aux juristes. C’est également faire fi d’une question essentielle qui n’est autre que le droit intéresse tout un chacun et que « nul n’est censé ignorer la loi ».

De cette ambivalence relative à l’arme du droit naît un genre littéraire : les textes publiés à destination des profanes, cette littérature « populaire » en ce qu’elle n’est ni réservée aux juristes ni forcément écrite par des juristes de profession. Il y a ainsi une littérature grise qui ne retient guère l’attention et qui pourtant véhicule ce qu’est le droit pour toute une population de professionnels divers et variés, de curieux et d’utilisateurs allant de l’artisan ou de l’architecte jusqu’à « l’homme de la rue » et qui n’ont jamais mis les pieds dans une faculté de droit, un cabinet d’avocat ou même dans un tribunal.

Ni inventaire ni quête du droit dans la littérature, les études d’histoire du droit réunies dans ce volume, majoritairement issues d’un colloque organisé à la Maison Française d’Oxford, se proposent ainsi d’explorer tout un continent inconnu en tentant de le cartographier, de le sonder et d’interroger son ancienneté et sa variété dans plusieurs pays européens.

Parution : Xavier Prévost, Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559), Ecole des Chartes, 2018.

Xavier Prévost, Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559) dans la collection Mémoires et documents de l’École des chartes.Plus d’informations : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100088940

Présentation : L’affermissement du pouvoir monarchique constitue l’un des principaux facteurs de transformation du droit en France à la Renaissance, notamment à travers la promulgation croissante de lettres patentes, qui commencent à être imprimées à l’unité à la fin du XVe siècle. Si l’initiative revient d’abord aux imprimeurs-libraires, les institutions monarchiques s’aperçoivent rapidement des bénéfices d’une telle reproduction et amorcent la régulation de ce marché par l’attribution de privilèges de librairie. La protection ainsi accordée se double du contrôle d’une activité qui touche à une prérogative essentielle du roi : faire loi.Outre ses effets sur le marché du livre juridique, la mise sous presse des lois royales ne reste pas sans incidence sur le processus législatif lui-même, introduisant un certain nombre d’innovations et d’expérimentations. Si le cas des originaux imprimés retient en particulier l’attention, la très grande majorité des pièces imprimées demeure néanmoins constituée de copies privées à destination d’un public de juristes et d’érudits. L’intensification de l’impression des lois à partir du règne de François Ier permet alors le développement d’un mode non institutionnel de diffusion et de conservation grâce à la formation de collections d’actes royaux imprimés, qui constituent encore aujourd’hui une ressource inépuisable pour la connaissance de la législation monarchique.Tout en offrant un panorama des textes législatifs, cette histoire matérielle de la loi à l’aube de l’État moderne dévoile ainsi des aspects méconnus des formes du droit par le recours à l’histoire du livre.

Nicolas Laurent-Bonne et Xavier Prévost (dir.), Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes (II), LGDJ, Contextes, 2018.

Nicolas Laurent-Bonne et Xavier Prévost (dir.), Penser l’ancien droit privé. Regards croisés sur les méthodes des juristes (II), LGDJ, Contextes, 2018.

Résumé:

L’ouvrage s’inscrit dans le sillage d’un premier volume, intitulé Penser l’ordre juridique médiéval et moderne, qui tentait d’évaluer la tendance des historiens des facultés de droit à jeter un voile dogmatique, sinon trompeur, sur les réalités normatives du Moyen Âge et des Temps modernes. Consacré cette fois-ci, non à l’ordre juridique médiéval et moderne, mais à l’écriture de l’histoire du droit privé, ce deuxième volume a pour ambition de livrer une réflexion épistémologique sur l’un des enjeux de l’historiographie juridique : peut-on penser l’ancien droit privé à partir des catégories juridiques contemporaines ? 
Il semble en effet que le droit privé – au moins en France – ait largement échappé à de tels questionnements, qui ont pourtant fait l’objet de débats nourris dans la plupart des autres champs de la connaissance historique. Afin de combler ce manque, l’ouvrage entend porter dans le champ du droit privé le dilemme bien connu du rapport de la recherche historique au présent, telle l’opposition entre écriture d’une histoire continuiste et celle d’une histoire inactuelle. Plus largement, les deux volumes souhaitent contribuer aux débats sur la place de l’analyse historique du droit.

Xavier Prévost, agrégé des facultés de droit, agrégé d’économie et gestion, archiviste paléographe (diplômé de l’École des chartes), ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, est professeur d’histoire du droit à l’université de Bordeaux. 

Nicolas Laurent-Bonne est agrégé des facultés de droit et professeur d’histoire du droit à l’université Clermont Auvergne.