Rappel : appel à contribution

Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au xixesiècle (1814-1914). 

Jalons pour une recherche

Dossier Études sociales, 2020/2

Ce dossier des Études socialesse situe à la croisée de deux champs de recherches en pleine expansion : l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale d’une part, et celui de l’histoire de l’éducation populaire de l’autre. 

L’histoire de l’éducation populaire, en premier lieu, longtemps cantonnée à une histoire internaliste et mémorielle, s’est peu à peu abstraite de cette dimension militante (Richez, 2004) pour se faire davantage historienne, comme en témoignent un certain nombre de travaux récents (Christen, 2013, 2014a et 2014b ; Besseet Christen, 2017). En second lieu, l’histoire de l’enseignement de l’économie politique, matière introduite dans les facultés de droit en 1864 avant son autonomisation progressive, a fait l’objet d’une thèse pionnière (Le Van-Lemesle, 2004).Cet enseignement peut être saisi à travers la dimension originelle que lui confère Walras(1879), qui s’apparente à « l’étude du mécanisme et des effets de la libre concurrence absolue en matière d’échange, de production, de capitalisation ». Il peut l’être tout autant à travers l’alternative qu’il lui oppose, l’économie sociale, entendue comme la « recherche des principes de justice suivant lesquels doit s’effectuer la répartition de la richesse entre les individus et l’État par la propriété et l’impôt » (sur ce concept, Lekéal, 2004). Quant à l’histoire de l’enseignement juridique, elle s’est petit à petit extraite de l’histoire des doctrines juridiques avec laquelle elle s’était longtemps confondue, pour s’ouvrir à une socio-histoire ayant permis de nombreux progrès, comme en témoigne la multiplication récente de travaux individuels et de projets collectifs (pour un panorama, Audren, 2014). 

Or, l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale a longtemps privilégié l’enseignement supérieur,qu’il s’agisse des universités ou des grandes écoles. Ce dossier propose ainsi de combler un vide historiographique important : celui de l’enseignement populaire du droit et de l’économie politique et sociale au xixesiècle. Ce projet entend par conséquent prendre place au sein de la littérature déjà existante relative à l’éducation populaire et s’appuyer sur ses acquis (pour un panorama, Poujol, 1981). Malgré son caractère polysémique (Martin,2010 et Besse, Chateigneret Ihaddadene, 2016), l’éducation populaire recouvre en général« toutes les formes d’éducation non scolaire, souvent “complémentaires” de l’école, qui ciblent aussi bien les enfants que les jeunes adultes appartenant aux milieux ouvriers et ruraux et aux classes moyennes »(Martin, 2010). Il faut de ce point de vue distinguer l’éducation populaire de l’enseignement technique ou professionnel. La première, se caractérisant par une dimension non-utilitaire marquée (qui reste cependant à évaluer plus finement), dispenserait des savoirs civiques, politiques ou culturels, tandis que le second, défini comme « l’ensemble des dispositifs de formation initiale destinés à préparer au monde du travail »(Lembré, 2017), privilégierait des savoirs directement utiles dans le monde professionnel (Besse, Chateigneret Ihaddadene, 2016). Même si les frontières entre ces deux catégories ne sont naturellement pas parfaitement étanches, seront exclus de ce dossier l’enseignement du droit et de l’économie politique dans le cadre de formations professionnelles. Dans le sillage des travaux récents consacrés aux littératures populaires du droit (Guerlainet Hakim, à paraître), ce dossier se propose de poser quelques premiers jalons relatifs à l’histoire de l’enseignement du droit et de l’économie politique et/ou sociale hors du cadre scolaire au sens large (qu’il s’agisse de l’enseignement secondaire ou supérieur), c’est-à-dire de s’intéresser à la vulgarisation de ces savoirs, entendue comme leur transmission à un public profane. 

Si ce dossier entend s’appuyer sur les acquis de l’histoire de l’éducation populaire et industrielle, il souhaite également souligner la spécificité des savoirs juridiques et économiques. Ceux-ci, en effet, loin de revêtir une simple dimension cognitive, se caractérisent au contraire par leur caractère performatif marqué (Chatel, 2015). En outre, droit et économie politique et/ou sociale apparaissent à la fois comme deux savoirs porteurs d’enjeux politiques et sociaux particulièrement accusés. L’historiographie a depuis longtemps souligné le potentiel subversif et (ou parce que) émancipateur du droit (Israël, 2004) comme de l’économie politique, (Le Van-Lemesle, 1980) en particulier lorsqu’elle se décline sous la forme d’une économie dite sociale (Lévy, 1974). Ce dossier aura pour bornes chronologiques le longxixesiècle, de la Restauration, date des premiers cours pour adultes (Christen, 2014) jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres apparaissant comme une période de profond bouleversement et de prise en charge étatique de plus en plus poussée de l’éducation populaire qui nécessiterait un traitement différent.

Dans le cadre de ce vaste chantier, plusieurs pistes pourront être explorées. 

Les lieux et les acteurs de la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle

Où enseigne-t-on le droit et l’économie politique et/ou sociale hors des cadres scolaires au xixesiècle ? Il s’agit d’entamer une cartographie de ces enseignements à destination des profanes. Quelle est la place du droit et de l’économie politique et/ou sociale au Collège de France, au CNAM, dans les coopératives, dans les syndicats et bourses du travail, dans les conférences organisées par les Chambres de commerce, dans les cours du soir pour ouvriers adultes, dans les conférences et universités populaires, dans les causeries anarchistes, chez les saint-simoniens, dans les phalanstères et les familistères, au sein des municipalités socialistes (pour contrecarrer les cours dispensés dans le cadre du paternalisme patronal), au sein d’associations dédiées à l’éducation populaire (Association polytechnique, Société pour l’instruction élémentaire, Ligue de l’enseignement, etc.) ou encore au sein d’œuvres confessionnelles ou réformatrices (patronages de jeunes adultes, Société des conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Cercles catholiques d’ouvriers, Semaines sociales, Unions chrétiennes de jeunes gens, mouvement leplaysien, Sillon de Marc Sangnier, Association catholique de la jeunesse française, etc.) ? 

  • Du côté du droit, on sait, par exemple, que des cours populaires étaient dispensés aux ouvriers pendant la Commune, ou encore qu’un petit nombre de juristes, avocats ou professeurs de droit, s’est engagé dans le mouvement des universités populaires (Audrenet Halpérin, 2013). Les membres du mouvement leplaysien ou des Semaines sociales donnaient également fréquemment des conférences de droit et d’économie politique et sociale, tandis que le « droit usuel » était enseigné dans quantité d’associations dédiées à l’éducation populaire.
  • Du côté de l’économie, on connaît les entreprises des économistes libéraux destinées à promouvoir le libre-échangisme, comme les conférences de Jean-Baptiste Say à l’Athénée, à destination toutefois d’un public issu de la bourgeoisie libérale et cultivée ou encore la tournée de conférences de Frédéric Passy, dans les années 1860, devant un public mi-bourgeois, mi-populaire (Le Van-Lemesle, 2004). Des conférences d’économie politique étaient également organisées dans le cadre des Chambres de commerce, de l’Association polytechnique, de l’Association philotechnique, etc. (Le Van-Lemesle, 1980). Quant à l’économie sociale, sa rivalité avec l’économie politique se joue précisément dans ces cours extra-universitaires : on connaît ainsi les tentatives de certains personnages pour promouvoir un enseignement populaire d’économie politique et sociale, comme par exemple celle de l’ingénieur leplaysien Jules Michel à Lyon, qui enseigne aux ateliers Gillet pendant 25 ans.

De manière plus générale cependant, ces multiples entreprises de diffusion des savoirs juridiques et économiques restent à compléter et préciser. C’est dire qu’on s’interrogera également sur les acteurs de la diffusion de ces savoirs, grands noms ou foule des inconnus (professeurs de droit et d’économie politique, praticiens du droit, syndicalistes, instituteurs, etc.). Qui sont ces enseignants de l’ombre qui dispensent un savoir juridico-économique à des profanes, ni étudiants en droit ou en économie, ni juristes ou économistes de profession ? D’une discipline à l’autre, le profil socio-économique du public qui assiste à ces enseignements évolue-t-il ? Comment se marque la présence des femmes ?

Objectifset temporalitésde la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle

Quels objectifs poursuit-on lorsqu’on entreprend de transmettre un savoir juridique ou économique à des profanes ? De la part des élites, catholiques comme philanthropiques, dispenser quelques saines notions de droit et d’économie à des profanes peut avoir pour finalité, dans le contexte de l’émergence de la question sociale, de moraliser et de domestiquer les classes populaires. Elle peut aussi, – et ce sera surtout le cas à partir de la IIIeRépublique –, viser à atteindre l’idéal républicain d’émancipation de l’homme par l’instruction et à acculturer le peuple à la démocratie. De la part des milieux syndicaux ou ouvriers, dispenser des rudiments de droit et d’économie politique et sociale obéit, on s’en doute, à des objectifs très différents : apprendre à connaître et défendre ses droits ou encore promouvoir un discours économique différent. Dès lors, ces enseignements ont-ils un « simple » but d’instruction ou prennent-ils place la forme d’un militantisme assumé ? (républicain, socialiste, catholique, libre-échangiste, etc). Quelles cultures juridique et économique ces enseignements véhiculent-ils ? Quel est le sens de cette appropriation et de cette transmission des savoirs juridico-économiques aux profanes ? Ces enseignements sont-ils destinés à fournir un minimum de notions pratiques directement utilisables ou au contraire à former des citoyens aux vertus civiques et à acculturer les classes populaires au respect du droit et du libéralisme économique dominant du xixesiècle ? 

C’est dire qu’il s’agira d’éclairer les enjeux sociaux, idéologiques et politiques mouvants de ces enseignements dans ce long xixesiècle. Le choix de la longue durée permettra peut-être de dégager des temporalités différentes dans la forme (privée ou étatique ; nationale ou locale) et dans les objectifs (moraliser, instruire, émanciper) de la transmission de ces savoirs. 

Contenu et modalités de la transmission des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle.

La question du contenu et des modalités de transmission des savoirs juridiques et économiques doit également être interrogée, tant dans ses aspects pédagogiques que matériels. Au point de vue pédagogique tout d’abord, une discipline comme le droit, caractérisée par un vocabulaire très spécifique dont on a souvent relevé combien il pouvait paraître sibyllin aux yeux des non-juristes, nécessite un effort d’adaptation à un public profane. Comment transmettre des rudiments de droit à des personnes n’ayant pas l’habitude de manier la langue si spécifique des juristes ? Dès lors, le contenu des cours est-il adapté ou délivré tel quel ? Des techniques pédagogiques spécifiques sont-elles mises en place pour conserver un auditoire volontiers fuyant ? Des thèmes sont-ils privilégiés pour intéresser, retenir et édifier l’auditoire (par exemple, pour les ouvriers : la propriété, la famille, l’étude des lois sociales, le rapport du capital et du travail ou les enjeux de la lutte des classes) ? 

D’un point de vue matériel ensuite, dans quel cadre et selon quelles structures s’organisent ces enseignements populaires (clubs, associations, syndicats) ? Où, comment, à quel rythme les cours sont-ils organisés pour attirer l’auditoire visé (cafés, salles de spectacles, cabinets de lecture, bourses du travail ; l’entrée est-elle libre ou soumise au versement d’une cotisation) ? Ces enseignements relèvent-ils simplement de l’oralité ou reçoivent-ils un prolongement éditorial (comptes rendus dans la presse ou publication de fascicules) ?

C’est dire que ce vaste chantier, loin d’adopter un point-de-vue interne à l’histoire du droit et à l’histoire économique, entend à l’inverse dialoguer avec l’histoire de l’éducation populaire, afin s’emparer pleinement des enjeux de la vulgarisation des savoirs juridiques et économiques au xixesiècle. Saisir la transmission du droit et de l’économie politique et/ou sociale dans la Cité : telle pourrait être, synthétisée en une formule, l’ambition de ce dossier.

Celui-ci souhaiterait idéalement proposer une analyse multi-scalaire : panorama global de ces enseignements dans une ville particulière ; études de cas d’enseignements juridiques et économiques au sein d’une institution ou d’une association donnée ; études de cas autour d’acteurs particuliers ou au contraire perspectives prosopographiques plus larges ; articulation entre discours théorique au sujet de ces enseignements et pratique concrète à travers un indispensable travail archivistique. 

Modalités pratiques

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateursdu dossieravant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille le 10avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost@univ-st-etienne.fr

Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain@u-bordeaux.fr

Farid Lekéal : farid.lekeal@univ-lille.fr

Bibliographie indicative

Audren(F.), 2014. « Alma Mater sous le regard de l’historien du droit. Cultures académiques, formation des élites et identités professionnelles », inKrynen(J.) et d’Alteroche(B.) (dir.), L’histoire du droit en France. Nouvelles tendances, nouveaux territoires, Paris, Classiques Garnier, p. 145-172.

Audren(F.) et Halpérin(J.-L.), 2013. La culture juridique française entre mythes et réalités, xixe-xxesiècles, Paris, CNRS éd.

Besse(L.), 2010. « Éducation populaire », inDelporte(C.), Mollier(J.-Y.) et Sirinelli(J.-F.) (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF.

Besse(L.), Chateigner(F.) et Ihaddadene(F.), 2016. « L’éducation populaire », Savoirs. Revue internationale de recherches en éducation et formation des adultes, n° 42 [Éducation populaire], 3, p. 11-49.

Besse(L.) et Christen(C.) (dir.), 2017. Histoire de l’éducation populaire 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion. 

Cacérès(B.), 1964. Histoire de l’éducation populaire, Paris, Seuil.

Chatel(E.), 2015. « Pour une histoire et une sociologie de l’enseignement de l’économie », Éducation et sociétés, n° 35, 1, p. 5-21.

Christen(C.), 2013. « L’éducation populaire sous la Restauration et la monarchie de Juillet », La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, n° 4, p. 1-16.

Christen(C.), 2014. « Jalons pour une histoire de l’éducation industrielle destinée aux ouvriers adultes au xixesiècle », Les Études sociales, n° 159 [L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870)], p. 3-9.

Dintzer(L.) 1961. « Le mouvement des universités populaires », Le mouvement social, avril-juin, p. 3-38.

Guerlain (L.)et Hakim (N.) (dir.), Le sacré et le profane : les littératures populaires du droit, Paris, Lextenso, 2019.

Guerlain(L.) et Hakim (N.), « Acquiring legal literacy : popular legal literature in 19thcentury France », in Korpiola(M.) (dir.), Learning law by doing. Exploring legal literacy in premodern societies, New York, Palgrave Macmillan, p. 211-252.

Israël (L.), 2004. L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po.

Lee(E.), 2016. Au plaisir de savoir : l’invention des conférences populaires : Paris 1860-1914, Thèse EHESS.

Lekéal(F.), 2004. « Opacité conceptuelle et difficulté d’identification matérielle de l’économie sociale : approche historique », Cahiers de l’Institut Régional du Travaild’Aix-Marseille, n° 12 [Histoire du contrat de travail], p. 109-118.

Lembré(S.), 2017. « L’enseignement professionnel et la culture ouvrière sous la IIIeRépublique », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 35, 1, p. 41-59.

Le Van-Lemesle(L.), 1980. « La promotion de l’économie politique en France au xixesiècle, jusqu’à son introduction dans les Facultés (1815-1881) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 27, n° 2, avril-juin, p. 270-294.

Le Van-Lemesle(L.), 2004. Le Juste ou le riche, l’enseignement de l’économie politique 1815-1950, Paris, Comité de l’histoire économique et financière de la France.

Lévy(E.), 1974. « Signification et perspectives de l’économie sociale », Revue économique, 25-4 [Mélanges Jean Lhomme. Économie sociale], p. 547-577.

Mayeur (F.), 1981. Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, Perrin (rééd. Coll. Tempus, 2004).

Martin(J.-P.), 2010. « Éducation populaire », inJacquet-Francillon(F.), Enfer(R. d’) et Loeffel(L.) (dir.), Une histoire de l’école : anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, xviiie-xxesiècles, Paris, Retz, p. 197-204.

Mercier(L.), 1986. Les universités populaires, 1899-1914 : éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Paris, Les éditions ouvrières.

Poujol(G.), 1981. L’éducation populaire : histoires et pouvoirs, Paris, Les éditions ouvrières.

Richez(J.-C.), 2004. « La mémoire légendaire de l’éducation populaire », Pour, n° 181, p. 106-114.

Terrot(N.), 1997. Histoire de l’éducation des adultes en France. La part de l’éducation des adultes dans la formation des travailleurs (1789-1971), Paris, L’Harmattan.

Walras(L.), 1987. Œuvres économiques complètes, Vol. VII,Mélanges d’économie politique et sociale, Paris, Economica.

DHNord 2019 “Corpus et archives numériques”

La MESHS Lille Nord de France organise un colloque autour des Humanités Numériques intitulé ” Corpus et archives numériques”

Argumentaire

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (sciences sociales, art, lettres, histoire etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant au cadre juridique, l’origine, la fiabilité de ce qui constitue les corpus et archives numériques.

DHNord 2019 souhaite questionner, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales.

Cet évènement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Comité scientifique

Clarisse BARDIOT, DeVisu, Université Polytechnique Hauts-de-France

Joana CASENAVE, Geriico, Université de Lille

Emmanuelle CRONIER, Universié Picardie Jules Verne

Frédéric DAVANSANT, Université du Littoral Côte d’Opale

Esther DEHOUX, Irhis, Université de Lille

Jérôme FONCEL, LEM, Université de Lille

Michaël SINATRA, CRIHN, Université de Montréal

Date

Les 16,17 et 18 octobre 2019

Lieu

MESHS | Espace Baïetto | 2 rue des Canonniers, Lille

Programme_DHNord_2019

Pour un meilleur accueil une inscription est souhaitable : formulaire d’inscription

Histoire et gouvernance : interactions et conflits entre les acteurs et les normes

Journée d’étude le 6 décembre 2019, Faculté de sciences juridiques, politiques et sociales de Lille.

“Cette journée d’étude vise à interroger les différentes recherches en histoire menées par les doctorants et les jeunes chercheurs européens à travers le prisme de la plurigouvernance et de la multinormativité, quelle que soit leur discipline spécifique (droit, sciences humaines et sociales…)”.

Voir l’appel à communication et les modalités de participation

Comité scientifique :
Luisa Brunori, Chargée de recherches HDR, CNRS,
Bruno Dubois, Maître de conférences, Université de Lille,
Dante Fedele, Chargé de recherches, CNRS.
Alain Wijffels, Directeur de recherche, CNRS.

Comité d’organisation :
Alexis Audemar, Paul-Emmanuel Babin, Sonia Baï, Lionel Dubar, Amina Layes, Marion Lecointe, Justine Mazeau, Sofiane Mokhtari, Rodrigue Merlot, Viviana Persi, François Pierrard, Laury Renard, Toussaint Rethore et Matthieu Wattrelot, doctorants au Centre d’Histoire Judiciaire.

Parution de Clio@Themis n° 16. Droit et anthropologie. Archéologie d’un savoir à la Renaissance

Dossier

Introduction

  • Géraldine Cazals et Marie Houllemare

    Les juristes et l’anthropologie à la Renaissance

    À lire certains ouvrages consacrés à la naissance et au développement de l’anthropologie, il semblerait que la question soit tranchée : ce seraient les travaux des naturalistes (Linné, Buffon) ayant permis de classer l’homme au sein des espèces naturelles, l’influence des philosophes (de Rousseau à Kant) ayant proposé une théorie de la nature humaine, et les récits et les observations issus de la seconde grande vague d’exploration (en Afrique, en Amérique, dans le Pacifique), qui auraient permis de (…)

I. Les juristes humanistes et les savoirs anthropologiques

  • Rachel Darmon

    L’institution des dieux : mythologie, anthropologie et humanisme juridique à la Renaissance

    Résumé : Si l’anthropologie moderne diverge, par la systématicité de sa méthodologie, de pratiques d’écriture érudites au statut encore erratique, ses préoccupations n’étaient pas absentes de la démarche des humanistes, à l’intérieur, bien sûr de certaines limites. Au XVIe siècle commence à émerger une étude du fait religieux compris comme un fait de culture, comme une technique élaborée et institutionnalisée. L’humanisme juridique apporte à la tradition mythologique un cadre de réflexion sur le rôle des (…)

  • Géraldine Cazals

    Mens emblematica, mens juridica, mens anthropologica. Réflexions autour de la contribution des jurisconsultes humanistes auteurs d’emblèmes à l’anthropologie (premier XVIe siècle)

    Résumé : Cet article se propose d’analyser la place prise par les savoirs et les questionnements intéressant l’anthropologie dans le cadre des travaux liés au développement de l’emblématique dans la première moitié du XVIe siècle. Via l’étude de divers emblèmes composés notamment par André Alciat, Guillaume de La Perrière, Barthélemy Aneau ou Pierre Coustau, il s’attache à démontrer non seulement les liens entre emblématique, étude des rites antiques et analyse de différents phénomènes sociaux et humains, mais (…)

  • Gaëlle Demelemestre

    Les Dominicains et les Indiens

    Résumé : La conquête du Nouveau Monde a très rapidement suscité dans l’Espagne du XVIe siècle de violents débats, centrés autour de deux interrogations majeures portant sur le droit des Espagnols à la conquête et à la domination des Indes et sur leur droit à réduire les Indiens à l’esclavage. Pour y répondre, les théologiens et juristes espagnols de l’ordre de saint Dominique ont procédé à deux grandes innovations, que le présent article entreprend de développer. La première a été d’appuyer et de conforter leur (…)

II. Savoirs anthropologiques et méthodologie juridique

  • Grégoire Holtz

    De l’« ensauvagement » à l’observation participante : archéologie d’une catégorie anthropologique

    Résumé : Cet article montre comment la notion d’observation participante, théorisée au XXe siècle, trouve ses origines dans les récits de voyages de la Renaissance qui expérimentent déjà l’enquête en immersion dans des sociétés étrangères. Si la légitimité de ces témoignages est héritée du paradigme judiciaire, les écrits juridiques empruntent réciproquement de nombreuses références aux récits pré-ethnographiques pour autoriser leur propos. Ces premières formes d’observation participante sont à la fois légitimées (…)

  • Andrea Daher

    Le Sauvage convertible dans l’alliance amicale franco-tupi (XVIIe siècle)

    Résumé : Ce texte porte sur l’inscription des « codes relationnels » établis avec les Indiens Tupinamba dans les récits des capucins Claude d’Abbeville et Yves d’Évreux, au début du XVIIe siècle, dans une perspective comparative par rapport au livre du huguenot Jean de Léry, dont ils sont tributaires. Il s’agit de répondre à la question de l’historicité de la notion de sympathie, dans la mise en place de critères d’identification (atribution de similitude) et de relation (hiérarchie) entre les hommes. (…)

  • Céline Roynier

    L’anthropologie et le droit dans les conflits historiographiques de l’Angleterre prémoderne : l’exemple du Philadelphus de R. Harvey (1593)

    Résumé : Richard Harvey, astrologue anglais du XVIe siècle, est un auteur assez méconnu. Pourtant, c’est dans son texte intitulé Philaldelphus, paru en 1593, qu’apparait pour la première fois en langue anglaise le terme d’« anthropology ». L’objet de cet article est de tenter de dégager le sens dans lequel est employé ce terme – qui est défini par l’auteur comme l’étude de la généalogie et des actes des personnes – à partir des éléments culturels de l’époque et notamment, d’éléments de culture juridique ainsi (…)

III. Caractérologique, sang, noblesse

  • Gilduin Davy

    Par-delà les brumes du Nord : remarques sur la caractérologie juridique dans l’Historia om de nordiska folken d’Olaus Magnus (1555)

    Résumé : À bien des égards, Olaus Magnus – comme son frère Johannes – peut être considéré comme un père du gothicisme, entendu comme un mouvement d’idée engendrant une nouvelle approche anthropologique du Nord. Son Historia om de nordiska folken amorce en effet une nouvelle perception des peuples scandinaves (principalement les Suédois) dans laquelle est mis en lumière tout un faisceau de valeurs primaires qui configurent leur identité à la fois politique et juridique commune. En tout état de cause, sa (…)

  • Jean-Frédéric Schaub

    Le sang, notion politique et régulateur social sous l’Ancien Régime. Pour une histoire longue de la race

    Résumé : Un des arguments des historiens qui avancent que la question raciale ne prend forme qu’à l’époque contemporaine consiste à montrer que l’évocation du sang est métaphorique avant l’avènement du racisme dit scientifique. Il se serait agi d’évoquer la place de l’identité lignagère à travers une image, celle du sang qui coule de génération en génération. Le présent article, s’appuyant sur des sources à la fois normatives et littéraires, entend montrer au contraire que, dès la fin du Moyen Âge, le sang réel (…)

  • Marie-Clarté Lagrée

    Des apprentis anthropologues au Levant à la fin du XVIe siècle (Nicolay, Regnault, Giraudet, Villamont) : conditions de contact et questionnement

    Résumé : En s’appuyant sur quatre voyageurs français de la seconde moitié du XVIe siècle qui se sont rendus au Levant et ont publié leur récit, cet article étudie la vision anthropologique qui pouvait être la leur. Après avoir présenté les conditions de contact, d’un point de vue juridique et diplomatique, et avoir démontré que ces occasions étaient réelles, cette étude souligne la force de la croyance en l’unité du genre humain et avance que l’intérêt des voyageurs se porte non sur l’homme, mais davantage (…)

    Varia

  • Carlos Petit

    John H. Wigmore and European Culture in the Progressive Era

    Résumé : Nous nous intéressons ici aux initiatives de John Henry Wigmore (1863-1943), doyen de la faculté de droit de la Northwestern University. Depuis le début du dernier siècle, Wigmore a promu plusieurs collections (en anglais) d’œuvres de renommés juristes européens, en matiére du droit pénal, de l’histoire du droit, bref, de la philosophie du droit. Ces pages proposent des clefs pour procéder à une interprétation des collections et pour déveler les stratégies adoptées dans une dynamique de (…)

 

Les Républicanismes dans leur Histoire

Conférence à l’occasion de la parution de l’ouvrage

Histoire de la République en France

 

 

Conférenciers et auteurs

  • Thomas Branthôme, Maître de conférences en Histoire du droit, Université Paris Descartes
  • Jacques de Saint Victor, Professeur en Histoire du droit, Université Paris XIII

Discutant

  • François Quastana, Professeur en Histoire du droit, Université de Lille

Date

Vendredi 5 avril 2019 | 14H00 - 17H00

Lieu

ENS Jourdan, Bâtiment DEMOS, Salle D001
48 Boulevard Jourdan 75014 Paris

 

Droit et Histoire. Entre normes et transgressions

Séminaire bi-disciplinaire Droit-Histoire de l’ED Sciences de l’Homme et de la Société

 

 

La Police des lumières (8 mars 2019)

  • Nicole Dyonet (Université d’Orléans) : Nicolas Delamare, théoricien de la police

Apaiser et éviter le conflit judiciaire (3 mai 2019)

  • Anne Bonzon (Université de Paris VIII) : Les artisans de la paix. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime

La fabrique de la loi (10 mai 2019)

  • Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis de Bruxelles) : Comment on fabrique les lois dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIIe

Droit et travail (14 juin 2019)

  • Judith Rainhorn (Université de Paris I) : Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel

 

Organisateurs

  • Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS UMR 8529 (Université de Lille-CNRS)
  • Centre d’Histoire Judiciaire – CHJ UMR 8025 (Université de Lille-CNRS)

Lieu

Maison de la Recherche (salle F 0-41)
120 Boulevard de l'Ouest
59650 Villeneuve d'Ascq

Parution de Clio@Themis n° 15 : Droit et anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains

Dossier

Frédéric Audren et Laetitia Guerlain

Introduction. Un nouvel agenda pour l’anthropologie du droit ?

1. En s’emparant de la thématique des rapports entre droit et anthropologie, ce numéro de Clio@Themis s’inscrit, à l’instar de numéros précédents, dans la perspective d’une histoire sociale et intellectuelle du droit. C’est à partir des rapports difficiles entre droit et anthropologie que ce volume poursuit plus spécifiquement l’enquête sur le couple droit et (autres) sciences sociales, entendu ici, non seulement comme objet, mais également comme méthode. Que les relations entre droit et anthropologie (…)

>>Lire l’article

Louis Assier-Andrieu

Difficulté et nécessité de l’anthropologie du droit

Résumé : Cet article, rejetant les séductions de l’exotisme, se propose d’approfondir la compréhension de la tradition juridique occidentale grâce aux instruments de l’anthropologie culturelle. Rappelant les propriétés de la raison juridique et traçant la voie à une nouvelle articulation entre droit et anthropologie, il met également en garde contre la tentation d’étendre la domination de cette raison occidentale sur les autres sociétés et les autres cultures. Abstract : This article aims to deepen the (…)

>>Lire l’article

Géraldine Cazals

Les juristes humanistes de la Renaissance, des anthropologues en puissance ? Réflexions autour de quelques études (principalement françaises) de cas

Résumé : Interrogeant le rôle joué par les juristes – principalement français – dans l’histoire de l’anthropologie à la Renaissance, cet article met en avant la manière dont les juristes humanistes se sont trouvés, par leur travail philologique et historique, au cœur d’une immense œuvre de collecte de savoirs, et à quel point les progrès de la cosmographie et du comparatisme juridique ont permis chez eux le développement de réflexions essentielles au plan anthropologique. Ce faisant, il s’agit de mettre en (…)

>>Lire l’article

Kaius Tuori

Law and Rationality : A Historiographical Survey of the Understanding of Motivation and Human Agency in Early Legal Anthropology

Résumé : Cet article se propose d’examiner la manière dont la science juridique du xixe siècle a conceptualisé et traité l’altérité en droit, en donnant l’exemple de phénomènes juridiques tels que l’ordalie et la vengeance pour illustrer la manière dont le concept de rationalité juridique a évolué au moment du développement de l’anthropologie juridique et voir comment il influence encore notre compréhension de l’altérité juridique. Il fournit de nouvelles informations sur la manière dont les notions de raison (…)

>>Lire l’article

Silvia Falconieri

Droit colonial et anthropologie.

Expertises ethniques, enquêtes et études raciales dans l’outre-mer français (Fin du xixe siècle-1946)

Résumé : Dans le cadre du colonialisme français des xixe et xxe siècles, le savoir anthropologique joue un rôle crucial lorsqu’il s’agit d’encadrer juridiquement les populations colonisées. Quelles sont les formes, les modalités, les buts de la rencontre du droit avec ce savoir autre ? Qu’est-ce que l’anthropologie des juristes coloniaux ? De quelle manière le savoir, les outils et les techniques de l’anthropologie sont-ils mobilisés par les spécialistes de droit colonial et avec quelles conséquences ? À (…)

>>Lire l’article

Alain Chenu

René Maunier, Album graphique de la statistique criminelle de l’Égypte (1890-1918).

Un inédit centenaire présenté par Alain Chenu

Résumé : En tant que directeur de la statistique au ministère égyptien de la justice, René Maunier a rédigé et calligraphié lui-même, en 1918, un « album graphique » décrivant les évolutions des crimes, délits et infractions enregistrés par les « juridictions indigènes » de 1890 à 1918. Cet ensemble de tableaux, courbes, cartes et histogrammes est précédé d’une « note explicative » dans laquelle l’auteur énonce les principes qu’il a suivis et passe en revue la littérature sur la statistique criminelle en Égypte. (…)

>>Lire l’article

Laetitia Guerlain

Entre science juridique et savoirs anthropologiques : évolutionnisme et histoire comparée du droit chez Émile Jobbé-Duval (1851-1931)

Résumé : Cet article brosse un portrait intellectuel de l’historien du droit Émile Jobbé-Duval. Il examine plus particulièrement comment, dans ses travaux d’histoire comparée du droit, l’auteur utilise la littérature anthropologique évolutionniste de la charnière des xixe et xxe siècles, et ce que ce croisement intertextuel produit. Cette contribution invite par conséquent à réévaluer l’apport français à l’histoire de l’anthropologie juridique, souvent minoré. Il semble au contraire que l’œuvre des juristes (…)

>>Lire l’article

Albane Geslin

Une brève historiographie de « pluralisme juridique » : quand les usages d’une notion en font un instrument de luttes politiques

Résumé : La notion de pluralisme juridique – l’idée associée au syntagme – remplit, dans le discours des anthropologues du droit, des fonctions autres que purement descriptives d’une prétendue réalité normative et s’apparente à un instrument de luttes politiques qui se déploient sur plusieurs terrains : sur le plan scientifique, dans le champ disciplinaire, institutionnel et sur le terrain de l’éthique. Elles participent toutes à la contestation de l’État et de son droit, de sa place dans la vie sociale, (…)

>>Lire l’article

Irène Bellier

La reconnaissance des peuples autochtones comme sujets du droit international. Enjeux contemporains de l’anthropologie politique en dialogue avec le droit

Résumé : Cet article explique comment la catégorie politique relationnelle [peuples autochtones] suscite de nouveaux débats en anthropologie et en droit. En revenant sur les enjeux linguistiques – l’énoncé de cette catégorie internationale variant selon les langues dominantes tandis que ses usages s’inscrivent dans divers contextes politiques – il précise les enjeux de la différenciation entre les termes de « peuple » et de « population ». Le traitement des questions autochtones induit une série de (…)

>>Lire l’article

Fernanda Pirie

Legalism : a turn to history in the anthropology of law

Résumé : Des débats notoires sur les définitions caractérisent l’anthropologie du droit. En particulier, aucun consensus n’a été trouvé sur la façon dont le « droit » se distingue d’autres phénomènes sociaux. Le présent article suggère que cette question requiert de combiner l’érudition des anthropologues et celle des historiens. Une comparaison minutieuse entre plusieurs exemples empiriques met en évidence l’importance des textes et de la forme juridique pour saisir l’essence du droit. Des études de cas (…)

>>Lire l’article

Document

Frédéric Audren | Jacques Flach

L’ethnologie juridique au Collège de France : le cours de Jacques Flach sur les Institutions primitives (1892-1904)

Résumé : Cette contribution présente le cours sur les institutions primitives dispensé par l’historien du droit Jacques Flach au Collège de France entre 1892 et 1904. Elle insiste sur la singularité de son approche historique et comparative. Soucieux d’étudier les institutions en contexte, il propose une interprétation inédite de la féodalité, ambitionne d’écrire une histoire globale du droit et cherche à restituer l’altérité institutionnelle des sociétés primitives. Flach est ainsi l’un des premiers à (…)

>>Lire l’article

Traduction

Annelise Riles (auteur) | Laetitia Guerlain (présentatrice) | Prune Decoux et David Foulks (traducteurs)

Le droit est-il porteur d’espoir ?

Résumé : Qu’est-ce que le droit a à apporter au débat, désormais vigoureux, se déroulant en économie, sociologie, psychologie, philosophie, études littéraires et anthropologie sur la nature et les sources de l’espoir dans la vie personnelle et sociale  ? En quoi peut-il contribuer à l’espoir  ? Est-il porteur d’une quelconque espérance  ? Plutôt que de se concentrer sur les finalités du droit (la justice sociale, l’efficacité économique,…), cette étude porte sur ses moyens (ou techniques juridiques). La (…)

>>Lire l’article

Droit et histoire. Normes et transgressions

Séminaire doctoral, Droit et histoire, Normes et transgressions (de janvier à juin 2019) de l’UMR 8529-IRHIS et 8025-CHJ (dir. Catherine Denys, Farid Lekéal, Hervé Leuwers) à Lille, Maison de la recherche, salle F0.41, Université de Lille, site du Pont-de-Bois

– 11 janvier – Question d’archives. Une juridiction d’Ancien Régime

Véronique Demars-Sion (ULille), Sabrina Michel (ULille), Le parlement de Flandre. Une enquête archivistique

Animé par Nicolas Derasse, Hervé Leuwers (ULille)

– 1er février – Se souvenir des jugements au XVIIIe siècle 

Géraldine Cazals (université de Rouen), L’arrestographie flamande. Jurisprudence et littérature juridique à la fin de l’Ancien Régime

Animé par Nicolas Derasse, Hervé Leuwers (ULille)

– 8 mars – La police des Lumières
Nicole Dyonet (université d’Orléans) Nicolas Delamare, théoricien de la police

Animé par Catherine Denys (ULille)

– 3 mai – Apaiser et éviter le conflit judiciaire
Anne Bonzon (université de Paris VIII), Les artisans de la paix. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime

Animé par Catherine Denys (ULille)

– 10 mai – La fabrique de la loi
Jean-Marie Cauchies (université Saint-Louis, Bruxelles), Comment on fabrique les lois dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIIe

Animé par Farid Lekeal (ULille)

– 14 juin – Droit et travail
Judith Rainhorn (université Paris 1), Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel

Animé par Farid Lekeal (ULille)

Banques et économie à la Renaissance

Dans le cadre du cycle de conférences à la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne,

Luisa Brunori, chargée de recherche HDR au Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025, CNRS-Université de Lille), communiquera sous le thème :

Banques et économie à la Renaissance

Lieu : Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris, Salle de formation de la BIS

Date : jeudi 20 décembre 2018, de 17H00 à 19H00

Parution du volume 41 des C@hiers du CRHIDI | Gens de robe, gens de guerre : ordre public et ordre social

 

  • Éric Bousmar, Stanislas Horvat, Catherine Lecomte & Emese K. E. von Boné

En mémoire de Philippe Annaert

  • Arnaud Paturet

De quelques aspects juridiques et sociétaux des sépultures des soldats dans l’ancienne Rome

  • Sylvie Le Strat-Lelong

Rétablir l’ordre au comté de Bourgogne. L’action des réformateurs d’Eudes IV en 1337 et 1343-1344

  • Renaud Limelette

Recherche sur le conseiller-commissaire au parlement de Flandre

  • Sébastien Dhalluin

Quand la robe se révolte : la désobéissance des magistrats du parlement de Flandre aux ordres de Louis XIV

  • Benoît Lagasse

Les différents types de fief dans la principauté de Liège suivant Charles de Méan

  • Raphaël Cahen

Joseph-Marie Portalis (1778-1858) et la liberté de la presse vers 1820

  • Frederik Dhondt

La neutralité permanente de la Belgique et l’histoire du droit international : quelques jalons pour la recherche

  • Hélène Duffuler-Vialle

De la caserne aux maisons closes : la réglementation de la prostitution au profit de l’institution militaire (1900-1939)

 

Fête de la Science 2018

De l’aveu… à la preuve scientifique

Éviter l’erreur judiciaire : l’expert peut-il éclairer la justice ?

 

À l’occasion de la Fête de la Science, le Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025) s’associe à l’Unité de Taphonomie Médico-Légale (EA 7367) pour rejuger un procès criminel de 1714.

Dans un premier temps, une équipe du CHJ plongera les participants dans la procédure judiciaire du XVIIIe siècle à l’occasion de la découverte du cadavre de Guillaume Monier le 2 mars 1714. Le public découvrira tout ce qui a pu être mis en œuvre (expertises, témoignages et torture) pour juger Jeanne-Françoise Margueritte, l’accusée de ce procès.

Puis dans un second temps, et à partir des mêmes pièces, l’UTML abordera le procès avec les outils scientifiques contemporains (autopsie, entomologie, analyses biologiques et chimiques, etc.) mis au service de la justice

Parution de Clio@Themis n° 14 : L’histoire de la pensée juridique : historiographie, actualité et enjeux

Dossier

  • Géraldine Cazals et Nader Hakim

L’histoire de la pensée juridique : historiographie, actualité et enjeux.

1. Entre toutes les tendances actuelles de l’histoire du droit en France, l’émergence de l’histoire de la pensée juridique en tant que champ de recherche de premier plan constitue un phénomène notable. Depuis les années 1950, comme l’attestent notamment les travaux de Michel Villey, l’histoire de la pensée juridique s’est considérablement développée en France, en lien avec l’histoire de la philosophie du droit. Dans les années 1980, à l’invitation des juristes privatistes et publicistes, les études (…)

>>Lire l’article

  • Paolo Grossi

Vingtième siècle : la redécouverte de l’historicité du droit

Résumé : S’interrogeant sur les caractéristiques de la modernité et de la post-modernité en droit, cet article s’intéresse aux conséquences que ces caractéristiques ont pu avoir pour l’histoire du droit. Observant quelle révolution copernicienne a eu lieu avec la reconnaissance du caractère essentiellement social du droit, il note quelle conquête constitue la conscience de l’historicité du droit dans la conscience collective de l’Europe de civil law.

>>Lire l’article

  • Aldo Schiavone

Les juristes et l’histoire. Pour une nouvelle archéologie du droit

Résumé : Cet article s’interroge sur la crise du droit dans le monde globalisé, et sur la formation d’un nouveau paradigme du “juridique”. Il envisage dans ce cadre le rôle et les perspectives des travaux des historiens du droit d’aujourd’hui.

>>Lire l’article

  • Michael Stolleis

Sur la place de l’histoire contemporaine du droit en Allemagne

Résumé : Le texte présente dans un premier temps la situation de l’histoire du droit en Allemagne depuis les années 1980, avant d’évoquer dans un second temps la situation interne relative au personnel, au matériel étudié ainsi que diverses questions méthodologiques centrales. Il souligne pour finir les moments caractéristiques de cette littérature en France et en Allemagne.

>>Lire l’article

Continuer la lecture

Le parlement de Flandre

Meta-ParleFlandre : un système de gestion de contenu original sur le parlement de Flandre (1667-1790)

Meta-ParleFlandre propose aux chercheurs et aux curieux de nombreux corpus éclairants l’histoire juridique du parlement de Flandre.

Édités avec le système de gestion de contenus Omeka, les corpus sont classés par collections thématiques. On y trouvera, par exemple :

  • Des sources normatives

  • Des sources jurisprudentielles

  • Des résultats de la recherche menée par des membres du CHJ

  • Et d’autres collections thématiques à venir (accès aux collections ouvertes)

Tous les contenus des collections sont décrits au format Dublin Core et/ou Zotero, auquel s’ajoute parfois un schéma descriptif particulier.

Chaque champ descriptif (Dublin Core, Zotero, schéma particulier) est interrogeable à travers le moteur de recherche (via la recherche avancée). Des hyperliens internes regroupent également des contenus disséminés dans différentes collections. Si bien qu’il est relativement aisé de rassembler des contenus dispersés, par nature, dans plusieurs collections autour d’une thématique de recherche individuelle.

Respectant les standards du web sémantique, Meta-ParleFlandre propose également plusieurs formats de sorties :

Enfin Meta-Parleflandre dispose d’un entrepôt de métadonnées. Celui-ci peut être moissonné à l’adresse suivante : https://parleflandre.nakalona.fr/oai-pmh-repository/request suivi de « ?verb= » et de la requête désirée (Identify, ListSets, ListMetadataFormats, ListIdentifiers, ListRecords et GetRecord).

Site web : https://parleflandre.nakalona.fr/