Avant l’Etat. Droit international et pluralisme politico-juridique en Europe, XIIe-XVIIe siècle

Appel à communication : Avant l’État. Droit international et pluralisme politico-juridique en Europe, XIIe-XVIIe siècle, Colloque de Rome (20 septembre 2021) et de Lille/Courtrai (18-19 mai 2022).

Texte de l’appel :

« L’ambition de ces deux rencontres est de contribuer à combler une lacune historiographique en nouant un dialogue entre les études historiques – où l’on observe depuis longtemps un regain d’intérêt pour l’étude des relations internationales et, en particulier, pour la diplomatie à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne – et les études relevant de l’histoire du droit, en particulier l’histoire de la pratique et de la doctrine médiévale du droit des gens.

L’État étant considéré comme l’acteur exclusif et même l’a priori de toute compréhension possible des relations internationales, on conçoit encore souvent le droit international comme le droit interétatique : du même coup, on exclut du champ d’investigation les relations entre pouvoirs politiques les plus divers. Or la constellation politique médiévale était caractérisée par une pluralité de centres de pouvoir au statut variable, où l’autorité politique était répartie à différents niveaux. Au lieu d’un lien univoque entre souveraineté et territoire, cette constellation révèle un entrelacement et un chevauchement complexe de différentes juridictions, fondées sur des liens de dépendance personnelle et sur des relations de sujétion territoriale. Loin de pouvoir être conçu comme un droit interétatique dominé par l’État national souverain, le droit international de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne devrait plutôt être considéré comme le cadre multi-normatif qui régit les relations entre une grande variété d’acteurs.

Sur cette question, nous organisons deux rencontres, la première à Rome le 20 septembre 2021 et la deuxième à Lille et Courtrai les 18-19 mai 2022. Notre but est d’aborder un vaste éventail de thèmes concernant le droit international, comme la guerre (ses conditions et son déroulement, soldats et mercenaires, droit de prise et de captivité, négociation et exécution des traités de paix), les représailles, la diplomatie (envoyés diplomatiques, traités d’alliance, ligues et adhaerentiae), les relations féodales (par exemple l’obligation du vassal de répondre à l’appel aux armes du seigneur), la relation entre juridiction et territoire (notion de frontière, statut des étrangers), le droit international privé, le droit de la mer (y compris le statut des pirates), les commerces et les relations avec les juifs et les « infidèles ».

En outre, trois thèmes transversaux feront l’objet d’une attention particulière. Il s’agit des acteurs du droit international (leur sélection, leur statut et la dynamique de leurs relations réciproques) ; des sources du droit international, étant donné que ce dernier ne constituait pas à l’époque prémoderne une branche autonome de la science juridique ; et de la résolution des conflits, en particulier à travers la médiation et l’arbitrage (deux institutions qui ont reçu moins d’attention dans l’historiographie par rapport à la négociation et la guerre).

L’organisation de deux rencontres et la contribution de chercheurs de différentes formations nous permettront de discuter cet ensemble de thèmes sur une période qui s’étend du XIIe au XVIIe siècle, en Europe occidentale et sans exclure les relations des acteurs européens avec l’Orient (Byzance, les Mongols, les Ottomans), le Maghreb et les terres « découvertes » au XVe et au XVIe siècle.

Du point de vue méthodologique, nous envisageons une étude aussi bien de la pratique que de la doctrine. Concernant la pratique, il faut comprendre quels étaient les mécanismes qui permettaient de gérer les relations entre des ordres politiques et juridiques différents. Concernant la doctrine, il s’agit d’étudier la manière de laquelle ce rôle fut joué surtout par le ius commune – produit de la science du droit romain, canonique et féodal – qui fournit aux juristes les concepts et les méthodes nécessaires pour gérer la multi-normativité et, en particulier, les relations entre des systèmes juridiques locaux (appelés iura propria) ».

Téléchargez l’appel à communication : Avant l’État

Des communications s’inscrivant dans la thématique de ces deux colloques sont attendues. Les propositions, en anglais, en français ou en italien, doivent être adressées par courrier électronique à dante.fedele@univ-lille.fr, randall.lesaffer@kuleuven.be et savy_pierre@yahoo.fr. Elles doivent parvenir d’ici le 31 janvier 2021 et compter au moins 3000 caractères. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 28 février 2021. Une publication des actes soumise au contrôle des pairs est envisagée.

Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par les institutions partenaires du projet.

Partenaires

Centre d’histoire judiciaire (UMR 8025) – Université de Lille ; École française de Rome ; KU Leuven, Department of Roman Law and Legal History

Organisateurs

Dante Fedele (CHJ UMR 8025 Lille)

Randall Lesaffer (KU Leuven)

Pierre Savy (EFR)

DHNord 2019 « Corpus et archives numériques »

La MESHS Lille Nord de France organise un colloque autour des Humanités Numériques intitulé  » Corpus et archives numériques »

Argumentaire

Forte de la volonté de valoriser les humanités numériques dans les Hauts-de-France, la 5e édition de DHNord sera placée sous la thématique Corpus et archives numériques.

Nativement numériques ou numérisés, ces derniers sont de plus en plus présents, et ce, quelle que soit la discipline (sciences sociales, art, lettres, histoire etc.). Ces traces numériques abondent à l’heure des réseaux sociaux, du web et du big data. Néanmoins, des questions se posent quant au cadre juridique, l’origine, la fiabilité de ce qui constitue les corpus et archives numériques.

DHNord 2019 souhaite questionner, de façon transversale, la manière dont le numérique impacte les corpus et archives en Sciences Humaines et Sociales.

Cet évènement, ouvert à la communauté scientifique, aux institutions culturelles ainsi qu’aux décideurs, requiert une inscription préalable.

Comité scientifique

Clarisse BARDIOT, DeVisu, Université Polytechnique Hauts-de-France

Joana CASENAVE, Geriico, Université de Lille

Emmanuelle CRONIER, Universié Picardie Jules Verne

Frédéric DAVANSANT, Université du Littoral Côte d’Opale

Esther DEHOUX, Irhis, Université de Lille

Jérôme FONCEL, LEM, Université de Lille

Michaël SINATRA, CRIHN, Université de Montréal

Date

Les 16,17 et 18 octobre 2019

Lieu

MESHS | Espace Baïetto | 2 rue des Canonniers, Lille

Programme_DHNord_2019

Pour un meilleur accueil une inscription est souhaitable : formulaire d’inscription

Histoire et gouvernance : interactions et conflits entre les acteurs et les normes

Journée d’étude le 6 décembre 2019, Faculté de sciences juridiques, politiques et sociales de Lille.

« Cette journée d’étude vise à interroger les différentes recherches en histoire menées par les doctorants et les jeunes chercheurs européens à travers le prisme de la plurigouvernance et de la multinormativité, quelle que soit leur discipline spécifique (droit, sciences humaines et sociales…) ».

Voir l’appel à communication et les modalités de participation

Comité scientifique :
Luisa Brunori, Chargée de recherches HDR, CNRS,
Bruno Dubois, Maître de conférences, Université de Lille,
Dante Fedele, Chargé de recherches, CNRS.
Alain Wijffels, Directeur de recherche, CNRS.

Comité d’organisation :
Alexis Audemar, Paul-Emmanuel Babin, Sonia Baï, Lionel Dubar, Amina Layes, Marion Lecointe, Justine Mazeau, Sofiane Mokhtari, Rodrigue Merlot, Viviana Persi, François Pierrard, Laury Renard, Toussaint Rethore et Matthieu Wattrelot, doctorants au Centre d’Histoire Judiciaire.

Droit et Histoire. Entre normes et transgressions

Séminaire bi-disciplinaire Droit-Histoire de l’ED Sciences de l’Homme et de la Société

 

 

La Police des lumières (8 mars 2019)

  • Nicole Dyonet (Université d’Orléans) : Nicolas Delamare, théoricien de la police

Apaiser et éviter le conflit judiciaire (3 mai 2019)

  • Anne Bonzon (Université de Paris VIII) : Les artisans de la paix. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime

La fabrique de la loi (10 mai 2019)

  • Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis de Bruxelles) : Comment on fabrique les lois dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIIe

Droit et travail (14 juin 2019)

  • Judith Rainhorn (Université de Paris I) : Poison légal. Une histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel

 

Organisateurs

  • Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS UMR 8529 (Université de Lille-CNRS)
  • Centre d’Histoire Judiciaire – CHJ UMR 8025 (Université de Lille-CNRS)

Lieu

Maison de la Recherche (salle F 0-41)
120 Boulevard de l'Ouest
59650 Villeneuve d'Ascq